Bisous de Čierna nad Tisou

Tout sur le chemin de fer réel !

Modérateur : MOD

Répondre
Avatar du membre
Christophe PC
Intarissable !
Messages : 4027
Enregistré le : sam. 05 juil. 2008, 11:03

Bisous de Čierna nad Tisou

Message par Christophe PC » mer. 29 mai 2019, 13:58

"nad Tisou", la rime est plus facile - surtout avec la déclinaison slovaque - qu'avec les autres noms de cette rivière plus longue que la Loire: Tisza ou Tisa, voire Theiss, Autriche-Hongrie oblige, dans mon Larousse de 1911.

La bourgade de Tcherna sur la Tisza se situe à l'extrême est de la Slovaquie, face à l'Ukraine.
J'y fis, il y a deux semaines un saut, en forme de boucle aussi rapide que ferroviaire.
A l'issue d'un Vienne-Bratislava de grande banlieue et sans attraits, suivi d'un rapide pourŽilina sur un itinéraire dont s'achève une modernisation très ambitieuse avec correspondance quatre heures plus tard, j'étais arrivé la veille à Kosice.
J'arrivai assez tard, sans avoir rien préparé, pour constater que s'y tenaient les championnats du monde de hockey et que l'hôtellerie locale avait pour l'occasion au moins triplé ses tarifs. J'y coupai pour une nuit, mais avec beaucoup de mal.
Peu enclin à rechercher une place pour un match sur glace, je pris le train pour la frontière ukraine le lendemain en fin de matinée, après un tour du centre historique, assez plaisant et très soigné.
Traction électrique, mais pour un régional assez lent, qui mit deux bonnes heures.
Ce n'est qu'à l'arrivée à Čierna nad Tisou que je constatai que si je m'y attardais je serais contraint de repasser une nuit à Kosice, faute de correspondance pour continuer mon tour du pays.
Je suis donc reparti par le même train qui m'y avait conduit, sans même avoir le temps de monter sur la grande passerelle qui enjambe le faisceau marchandise, où se traite une bonne partie du trafic avec la "voie large" venue de l'est.
Il m'a donné la correspondance à Kosice pour l'express de Bratislava par l'itinéraire sud, aux nombreuses sections à voie unique et/ou non-électrifiées, passant par endroits à quelques encablures de la frontière hongroise, à travers des territoires d'ailleurs majoritairement magyarophones.
DSCN4403.jpg
Le régional pour Bratislava, à Vienne centrale. Les Autrichiens aimeraient bien, route de la Soie oblige, tirer la voie large russo-ukrainienne jusque chez eux, et quémandent avec insistance quelques milliards européens pour ce faire, mais le trajet d'environ une heure entre les deux capitales se fait toujours en traction diesel.
Ce qui n'empêche pas les ÖBB d'imprimer sur mon billet leurs félicitations pour avoir contribué à une réduction de CO2 de 13,3 kilos
DSCN4411.jpg
L'ancien - bien conservé! - et le moderne à Bratislava Centrale
DSCN4408.jpg
Les "laminatka" des diverses séries successives ont presque toutes dépassé les 50 ans. Leur carrosserie utilisait un mélange sur base de fibre de verre - un laminé sans doute cousin de celui des Trabant est-allemandes - ce qui leur valut leur surnom. J'aurais tendance á les trouver plus agréables á regarder que les Vectron contemporaines.

Christophe PC
Fichiers joints
DSCN4414.jpg

Avatar du membre
Christophe PC
Intarissable !
Messages : 4027
Enregistré le : sam. 05 juil. 2008, 11:03

Re: Bisous de Čierna nad Tisou

Message par Christophe PC » mer. 29 mai 2019, 15:36

Dernier coup d'oeil au chateau de Bratislava, puis embarquement...
[
DSCN4410.jpg
DSCN4412.jpg
Après 283 km - la distance figure sur les billets - arrivée à Zilina.
La ville est le carrefour de lignes vers l'est, le nord-ouest et la Moravie tchèque, et la Pologne au nord. Sur les cent derniers kilomètres avant Zilina la ligne longe la rivière Vah dans une vallée de plus en plus resserrée, où de gros travaux sont en cours pour moderniser la plateforme et éliminer les tronçons trop sinueux à coup de nouveaux tunnels et ponts.
DSCN4415.jpg
.
La proximité de la Tchéquie et la "compatibilité électrique" - on est passé du 25 kV au 3 kV entre Trencin et Zilina - permettent des interpénétrations d'engins apportant de nouvelles couleurs.
DSCN4423.jpg
On croise ou dépasse un trafic marchandises soutenu. Nombreux trains de charbon et d'automobiles. Difficile d'identifier les modèles et de déterminer si c'est un transit en provenance de l'étranger ou reléve de l'exportation.
DSCN4413.jpg
Rapportée à la population du pays, la production automobile de Slovaquie - qui dépasse le million d'exemplaires - en fait le premier pays constructeur au monde
Christophe PC
Fichiers joints
DSCN4414.jpg

Gilles74
Prolixe
Messages : 1691
Enregistré le : ven. 19 août 2016, 17:06
Echelle pratiquée : HO

Re: Bisous de Čierna nad Tisou

Message par Gilles74 » mer. 29 mai 2019, 20:10

Bonsoir. Il y a deux itinéraires entre Vienne et Bratislava. Celui cité par Marchegg, sur la rive gauche du Danube, en partie à voie unique, en diesel, qui aboutit à la gare centrale de la capitale slovaque.
On peut aussi passer par le rive droite du Danube, mais il faut se rendre à la gare de Bratislava Petrzalka, une curiosité, un bâtiment voyageurs imposant, une gare déserte, avec pour presque seul trafic voyageurs des trains régionaux autrichiens, cadencés à l'heure, sur une ligne à double voie, électrifiée qui rejoint la ligne Budapest Vienne. Cette gare slovaque dispose aussi d'un grand faisceau de transit fret, mais sans aucun mouvement lorsque j'y suis passé.
Il y a quelques années j'avais profité des billets qui permettent de passer la journée à Bratislava depuis Vienne, transports urbains compris. Ce billet était valable sur les deux itinéraires.

Avatar du membre
Christophe PC
Intarissable !
Messages : 4027
Enregistré le : sam. 05 juil. 2008, 11:03

Re: Bisous de Čierna nad Tisou

Message par Christophe PC » mer. 29 mai 2019, 21:39

Gilles74 a écrit :
mer. 29 mai 2019, 20:10
Il y a quelques années j'avais profité des billets qui permettent de passer la journée à Bratislava depuis Vienne, transports urbains compris. Ce billet était valable sur les deux itinéraires.
Dans mon cas, les conditions pour un AR du genre touristique n'étaient pas remplies, le billet pour Petržalka était, si je me souviens bien, 10% plus cher que pour la gare centrale, et surtout je n'aurais eu de cette gare "rive droite", située quelques centaines de mètres derrière la frontière, aucune correspondance grandes lignes.
Il aurait fallu prendre un omnibus pour traverser le Danube jusqu'à la station de Predmesti, d'où, bien qu'elles se jouxtent, il faut une dizaine de minutes de marche pour rallier la gare Vinohrady, où je ne suis pas sûr que s'arrêtent tous les trains grandes lignes partant de la gare centrale...

En revanche pour une visite à partir de Vienne mieux vaut combiner et faire l'aller RG via Marchegg et repartir de Slovaquie RD via Petržalka, cela évite de se fatiguer à remonter la colline où s'étale Bratislava du Danube jusqu'à la gare centrale.

Entretemps j'avais eu ma correspondance, après une pause déjeuner, pour continuer de Zilina à Cassovie, alias Kosice.
242 kilomètres, électrifiés, mais dont le tracé, assez tourmenté, n'a pas encore connu de rectifications comparables à la ligne de la capitale vers Trencin/Zilina, avec comme conséquence des moyennes sensiblement plus basses.

Cassovie, j'aime bien ce nom français tombé en désuétude, est la deuxième ville de Slovaquie, siège d'implantations industrielles lourdes.
Le coeur de la ville a conservé son charme et sa ceinture de parcs, mais les collines avoisinantes sont couronnées de cités peu amènes.

Aux abords de la gare stationnent de nombreux exemplaires de matériels historiques, comme les fers à repasser qui ne sont pas affectés qu'aux maneuvres de gare et triages, les BB doubles assurant les trains de charbon et produits sidérurgiques pour les aciéries du voisinage
DSCN4450.jpg
DSCN4451.jpg
DSCN4454.jpg
DSCN4466.jpg
DSCN4458.jpg
Mais on voit aussi, venu en presque voisin, l'un ou l'autre Pendolino tchèque
DSCN4478.jpg

Christophe PC

Avatar du membre
VincentLB
Intarissable !
Messages : 3876
Enregistré le : mer. 16 avr. 2008, 14:06
Echelle pratiquée : H0m, H0e, H0f
Prénom : Vincent
Club : Gemme, Morop, ArGe-S
Site Internet : http://www.gemme.org
Localisation : Schaerbeek
Âge : 54

Re: Bisous de Čierna nad Tisou

Message par VincentLB » jeu. 30 mai 2019, 16:45

Voici quelques photos, datant du 5 septembre 2006 (ça ne nous rajeunit pas :mort: ) prises en gare de Čierna nad Tisou et, en particulier depuis la passerelle qui permet de passer d'icelle en territoire ukrainien (faute de visa, il nous était interdit de descendre… :siffle: ).

Tout d'abord, quelques unes des fresques ornant le bâtiment des voyageurs :
136_3688.JPG
136_3689.JPG
136_3690.JPG

Une loc-monument à proximité de la gare :
136_3691.JPG
136_3692.JPG
136_3693.JPG
Vues depuis la passerelle, côté slovaque :
136_3696.JPG
136_3697.JPG
136_3698.JPG
Vues depuis la passerelle, côté ukrainien :
136_3699.JPG
136_3700.JPG
137_3702.JPG
137_3703.JPG
Vincent: Schmalspur über alles

Avatar du membre
Christophe PC
Intarissable !
Messages : 4027
Enregistré le : sam. 05 juil. 2008, 11:03

Re: Bisous de Čierna nad Tisou

Message par Christophe PC » mer. 05 juin 2019, 18:48

VincentLB a écrit :
jeu. 30 mai 2019, 16:45
Voici quelques photos, datant du 5 septembre 2006 (ça ne nous rajeunit pas :mort: ) prises en gare de Čierna nad Tisou et, en particulier depuis la passerelle qui permet de passer d'icelle en territoire ukrainien (faute de visa, il nous était interdit de descendre… :siffle: ).
La frontière passe de fait presque deux kilomètres plus à l'est (et celle avec la Hongrie n'est qu'un peu plus lointaine dans le sud). Je suppose qu'à l'époque les faisceaux de triage étaient séparés en zones d'accès contrôlé.
Mais comme mentionné je n'ai pu, faute de temps, aller vérifier.
Je me serais d'ailleurs gardé d'aller trop titiller les "gardes frontières européens" de Frontex... pour avoir fait l'expérience, bien plus en amont de la Tisza au Maramures, voire sur le Prout qui coule entre les deux Moldavies, ou dans le delta du Danube, que ces braves contrôleurs s'ennuient manifestement en face des déserts des Tartares qu'on leur demande de surveiller, et qu'ils adorent tailler une longue conversation dès qu'ils ont la visite de touristes. Ce qui peut faire rater le dernier train pour rentrer...

Quelques images du rapide aller retour entre Kosice et Čierna nad Tisou, où un wagon-lit a été ajouté.
DSCN4472.jpg
On croise surtout du trafic marchandises
DSCN4459.jpg
On est en zone bilingue, on y restera sur une bonne partie de la "magistrale sud". qui tangente la frontière magyare en plusieurs points.
C'est par elle que je rentrerai de Kosice en direction de Bratislava, à travers le piémont sud des "basses Tatras" , qui constituent en quelque sorte l'épine dorsale du pays.
Elle est à voie unique sur de nombreuses portions et ne retrouvera la caténaire qu'à Zvollen, à mi-chemin de la capitale, et les gares et leurs quais n'ont pas encore bénéficié des subsides européens, les quais ne sont pas PMR-compatibles.
Mais les agents de gare, qui viennent donner le signal du départ, sont tous (et toutes) impeccables dans leurs uniformes
DSCN4484.jpg
DSCN4482.jpg
DSCN4461.jpg
La machine est une BB "masque de plongée".
Vaillante, mais la vitesse, déjà plutôt modeste, baisse beaucoup dans les montées, et il y en a pour sortir des vallées successives de rivières coulant toutes nord-sud vers la Hongrie et le danube...
DSCN4479.jpg
Croisé un OVNI sur le chemin...
comme il doit y avoir autant de Slovaques parlant français que de Français parlant le slovaque, je n'ai pu déterminer sa fonction. Quelqu'un connait?
DSCN4462.jpg

Christophe PC
Fichiers joints
DSCN4456.jpg
DSCN4461.jpg

Avatar du membre
Pierre B
Intarissable !
Messages : 13332
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 14:20
Echelle pratiquée : H0
Localisation : France
Âge : 63

Re: Bisous de Čierna nad Tisou

Message par Pierre B » mer. 05 juin 2019, 22:31

Christophe PC a écrit :
mer. 05 juin 2019, 18:48
Je me serais d'ailleurs gardé d'aller trop titiller les "gardes frontières européens" de Frontex... pour avoir fait l'expérience, bien plus en amont de la Tisza au Maramures, voire sur le Prout qui coule entre les deux Moldavies, ou dans le delta du Danube, que ces braves contrôleurs s'ennuient manifestement en face des déserts des Tartares qu'on leur demande de surveiller, et qu'ils adorent tailler une longue conversation dès qu'ils ont la visite de touristes. Ce qui peut faire rater le dernier train pour rentrer...[ . . .
Bien avant Frontex et l'UE, à une autre époque, les gardes-frontière aimaient aussi les trop rares distractions :

Image
CÎmpulung la Tisa, le 1 octobre 1985. Photo Pierre B

Comme le militaire sur la photo avait bien vu mon appareil photo, j'ai pris la photo sans hésiter et j'ai attendu qu'il m'arête et me demande de le suivre. Je n'ai pas compris les mots, mais le contexte était évident (j'ai appris plus tard qu'il m'avait d'abord adressé la parole en ukrainien; je me débrouille en roumain, mais pas en ukrainien).

J'ai passé quelques heures à faire la causette et à voir la vie dans un poste frontière roumain, y compris le nettoyage et le fonctionnement des carabines. C'était intéressant. Je suis reparti du poste frontière après avoir demandé si j'avais le droit de voir ce qu'il s'y passait. L'officier qui m'avait "invité" dans son bureau m'a répondu que non, puisque les étrangers n'avaient absolument pas le droit de rentrer dans un établissement militaire roumain.
Je crois qu'il s'est ensuite demandé si je n'avais pas pris la photo juste pour me faire arrêter, pour voir le poste frontière de l'intérieur. Ça lui paraissait surement plus plausible que mon histoire de photo d'une locomotive soviétique, vu que lui ne comprenait pas en quoi une locomotive ou une autre pouvait avoir le moindre intérêt.
Donc l'officier m'a alors prié de reprendre mon chemin, et les militaires m'ont donné des pommes pour la route. 8)
Pierre

Avatar du membre
Christophe PC
Intarissable !
Messages : 4027
Enregistré le : sam. 05 juil. 2008, 11:03

Re: Bisous de Čierna nad Tisou

Message par Christophe PC » mer. 05 juin 2019, 23:54

Comme je voulais ne pas faire exclusivement du train au cours de ma brève virée slovaque, j'avais vite parcouru le guide vert en ligne et décidé de m'arrêter pour visiter l'une des plus étoilée de ses recommandations, la petite cité autrefois minière et riche de Banská Štiavnica.

Elle s'étale sur au moins 200 mètres de dénivelée - et la gare est tout en bas! - au coeur des hautes collines dominant au sud la vallée de la rivière Hron.
Pour y aller, je m'arrête à Zvolen, noeud ferroviaire dominé par son imposant château.
Nous y arrivons avec pas loin de 40 minutes de retard, mais le petit autorail qui assure la première partie de la correspondance attend sur la voie
d'à côté.
J'y monte pendant que la diesel du rapide que je viens de quitter est dételée pour faire place à une électrique, le 50 Hz est disponible de Zvolen à Bratislava..
DSCN4487.jpg
"première partie de la correspondance" car l'autorail s'arrête après six ou sept kilomètres parcourus sous les caténaires de la grande ligne à Hronská Breznica. Un autorail tout pareil, de la même grande famille des M 152 tchéquoslovaques (construits à 680 exemplaires et diversement modernisés) attend la poignée de voyageurs pour repartir en sens inverse et obliquer après un kilomètre pour traverser la Hron et entamer aussitôt une longue montée - 300 mètres à gravir en 19 kilomètres - à travers champs et forêts.
La courte ligne, à l'origine à voie étroite, a été mise à voie normale parait-il en 1949.
A en juger par les chocs que transmet la suspension, on n'a sans doute pas changé la moindre traverse ni le moindre rail depuis. Cela tape très fort, et il y a de longs passages où la vitesse ne dépasse guère celle d'un homme au pas.
Je passe toute la journée du lendemain à visiter Banská Štiavnica, ses deux châteaux, son impressionnant calvaire, ses musées de la mine. Et le surlendemain,je "descends à la gare" reprendre mon train, il y en a trois par jour, avec des horaires assez bizarres.
DSCN4489.jpg
DSCN4488.jpg
DSCN4491.jpg
DSCN4492.jpg
L'autorail est direct jusqu'à Zvolen, au prix d'un rebroussement, pas besoin de changer en route. Le rapide pour Bratislava aura du retard, et en accumulera ensuite quelques dizaines de minutes supplémentaires sur le chemin de la capitale, mais j'aurai nonobstant ma correspondance pour Vienne.
DSCN4498.jpg
Christophe PC

Répondre