Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Naissance et mort des prototypes

Tout sur le chemin de fer réel !

Modérateur: MOD

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Jeu 22 Fév 2018, 02:23 
La 4 CMD 1 est toujours là depuis 1934 !
Avatar de l’utilisateur
Petru
Bavard
 
Messages: 62
Inscrit le: Lun 20 Nov 2006, 23:05
Localisation: Beaumont (43)
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Pierre

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Jeu 22 Fév 2018, 21:02 
Bonsoir
Sujet intéressant. Il n'y a pas de règle générale, mais à chaque fois un cas particulier.
Quelques petites remarques toutefois.
Woessner a écrit:la BB 20103 a fait ses six derniers mois sous la forme d’une 2B 20103 suite au retrait d’un de ses deux moteurs.

La 20103 et sa soeur 20104 avaient des bogies monomoteur. Donc un seul moteur HS, sinon elle avançait plus du tout :wink:
cf. le blog ferrovissime avec une belle photo d'un bogie :
http://blog.ferrovissime.com/2016/10/les-bb-20103-et-104-des-machines.html
Lakur a écrit:BB 20004 (issue d'une BB 16000)

BB 20004 issue d'une 16500 (16540, remise au type)
BB 20005 issue de la BB 16028 (remise au type, aussi)
Lakur a écrit:la CC 10002 (issue d'une... BB 16500 : sacrée transformation ! le pire c'est qu'au lieu de la laisser comme ça, ils l'ont... retransformée en BB ! comprenne qui pourra).

A ma connaissance, la CC 10002 servait de proto pour des bogies C monomoteur qui furent exportés en Finlande (locomotives Diesel Dr13).
Mais la 10002 a quand même eu une belle carrière de 10 ans sous cette forme.
Lakur a écrit:d'autres ont une apparence complètement différente, comme les BB 9200, issues des BB 9003 et BB 9004.

Il y a une croyance forte que les 9200 sont les héritières directes des 9003-4.
Mais c'est plus compliqué. Elles ont certes hérité des bogies, de la transmission à cardans, de la chaîne de traction par arbre à cames JH. Mais elles ont aussi hérité des 9001-2, notamment les moteurs de traction.
Ferrovia
Causant
 
Messages: 239
Inscrit le: Mer 16 Sep 2009, 19:39
Âge: 40

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Jeu 22 Fév 2018, 22:47 
Ferrovia a écrit:La 20103 et sa soeur 20104 avaient des bogies monomoteur. Donc un seul moteur HS, sinon elle avançait plus du tout


Effectivement, la 20103 ne roulait plus ses neuf derniers mois qu’avec un seul de ses deux moteurs. Mais, l’ayant vécue en direct, la fin de ces deux bi-fréquences mérite d’être contée.

Au mois d’août 1981, la 20101 a grillé trois de ses quatre moteurs de traction et a été « mise aux orties » sur une voie non électrifiée du dépôt en « attente de pièces » ; on doute d’ailleurs qu’elles n'aient jamais été commandées. Quelques jours plus tard, la 20103 fait un incident similaire, un de ses deux moteurs étant partiellement détruit par défrettage du collecteur. La machine est levée et la transmission entre le moteur avarié et les roues est démontée. La « 2B » 20103 reprend donc du service avec la moitié de sa puissance entre Hausbergen, Strasbourg et Kehl, la masse remorquable étant toutefois relevée de 1075 à 1450 tonnes (pour un moteur) entre Hausbergen et Kehl à condition de passer par Strasbourg-ville. La 20101 est rayée des effectifs le 1er janvier 1982, pendant que la 20103 tourne encore tant bien que mal deux à trois jours par semaine, entre ses séjours de plus en plus prolongés à l’atelier, elle fera d’ailleurs encore l’objet de trois demandes de secours. J’ai l’occasion de la conduire encore plusieurs fois, à « faire le tour de la cathédrale » avec elle. Ce qui est pénible, c’est qu’on sait quand on part, mais pas si on va rentrer ! Je la prends une dernière fois le 21 mai 1982 pour effectuer deux allers-retours Kehl. Puis elle entre le 23 mai à l’atelier pour subir une Visite Limitée (VL) programmée.

L’après-midi du 25, elle est rendue au service « bonne, sans restriction ». Surprise de l’ « Alternant Machines » à la feuille, qui sait qu’elle est « restreinte au secteur Strasbourg » depuis plusieurs années, et qui demande confirmation à l’atelier par l’interphone avant de l’engager en service :
- Tu es sûr qu’il n’y a pas de restrictions, vraiment aucune ?
- Absolument. Elles sont toutes levées, à part qu’elle n’a toujours qu’un seul moteur.
Au vu de ses feuilles et des trains qu’il lui reste à couvrir, l’Alternant juge donc la machine apte à tirer un train vers Blainville dans la soirée avec retour haut le pied.
La ligne, de Hausbergen à Igney-Avricourt, est assez vallonnée en plaine d’Alsace, puis en rampe de 5 à 8mm/m pour la traversée des Vosges. Après une dizaine de kilomètres de petites montées et descentes insignifiantes près de Sarrebourg, l’ascension reprend en rampe continue de 5 mm/m sur quinze kilomètres jusqu’à Réchicourt, peu avant Igney-Avricourt, où la ligne se trouve à la hauteur de la pointe de la cathédrale de Strasbourg, soit 143 mètres plus haut que Hausbergen.

La 20103 gravit toutes ces côtes avec aisance lorsque, à l’entrée de la gare d’Igney-Avricourt, un fait inhabituel surprend le mécanicien : sans crier gare, il se produit un serrage d’urgence du train, la machine disjoncte et toutes les lumières du pupitre s’éteignent. Le train s’arrête quelques mètres après le bout du quai, et c’est alors que le mécanicien se rend compte du danger : le feu fait rage dans le compartiment haute tension et il faut se sauver dare-dare. Son aide-conducteur abandonne la boite de pâté qu’il venait d’ouvrir pour son casse-croûte, prend son sac et saute de la machine. Le train 1009 Paris – Strasbourg est arrêté in extremis en gare de Lunéville alors qu’il en redémarrait déjà après desserte et sera détourné via Metz. Dix minutes plus tard les pompiers sont là et essaient pendant trois heures, tant bien que mal, de maîtriser l’incendie. Hélas, tout l’appareillage est détruit et la machine est jugée irréparable. Personne ne la pleure : ni les conducteurs, ni l’atelier. Seul peut-être quelqu’un du musée de Mulhouse regrette que la première locomotive au monde équipée de redresseurs au silicium ne puisse plus figurer dans la « Cour des Grandes » à la place qui lui était promise.
Woessner
Volubile
 
Messages: 2007
Inscrit le: Sam 27 Mai 2017, 17:16
Echelle pratiquée: HO
Prénom: WeekEnd

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Ven 23 Fév 2018, 10:09 
Sans être à proprement parler des prototypes, la région de Paris-Est affectait volontiers aux navettes de la ligne des Coquetiers (Bondy-Aulnay) les engins un peu bizarres du parc :
- La BB 16700, seule BB 16500 avec des capots proéminents, vestige d'un essai d'attelage automatique
- Les rames RIB 42 et 43 (ex I42/I43) composées de deux voitures d'extrémité RIB 60 et de deux voitures intermédiaires RIB 70. Rames qui ont fini avec des voitures intermédiaires RIB 60 mais ex-ZRABD des rames à 8 caisses du Nord ! Les seules RIB avec 3 fourgons et 3 compartiments de 1ere.

Je n'ai pas eu la chance de voir les deux canards boiteux (BB 16700 + RIB 42/43) ensemble mais cela a dû arriver. Je suppose que la BB 16700 bien qu'étant une sillicium à engrenages renforcés, donc plutôt affectée au fret (avant les activités, le parc était mixte), ne devait pas être appréciée pour les manœuvres d'attelage avec ses capots. Elle a fini à Achères au TER Basse Normandie, ce qui laisse bien penser que le Fret n'en voulait pas !

J'ai connu un authentique prototype mis au type de série : la Z 6006, un des protos de la série Z6100, la grand-mère de tous les "petits gris". Les Z 6000 étaient affectées à des tâches secondaires de la région Paris-Nord, navettes Pontoise-Creil et Creil-St Just en chaussée. Mais souvent seule la Z 6006 roulait. Un peu plus puissante que les Z6100, elle ne disposait pas d'une meilleure adhérence, d'autant que les trains qu'on lui confiait étaient souvent en US et peu remplis.
Elle a fini sur les navettes de personnel à Paris-Est, réduite à deux caisses. Déjà que les Z6100 étaient de mauvaises freineuses (au métro on appelle ça des "savonnettes"), je n'ose imaginer pour les Z6000 à deux caisses. Une d'elle s'est payé le heurtoir de Paris-Est, intervention du CHST (je suppose) et fin de carrière des Z6000 ! Maintenant qu'il y a prescription, il faut dire que les navettes étaient auparavant assurées en X4300 de Metz montées en fonte et que les ADC avaient l'habitude de serrer à fond pas loin avant le heurtoir. Avec le bruit, on ne pouvait pas manquer l'arrivée de la navette.Avantage et inconvénient des semelles en fonte... Évidemment, s'ils ont essayé de faire pareil avec la 6000 ?
Engin intéressant, la Z6006 aurait mérité une préservation (d'autant que c"est la Z6008, engin maudit (*), décidément, qui avait tapé)

(*) Sortie sous le n°9058 en 1959, connue sous le nom de "prototype Pruneau" et qui n'a jamais fonctionné correctement sous cette forme avant une transformation en type Z6100
15063
Prolixe
 
Messages: 1752
Inscrit le: Lun 07 Mars 2011, 09:15

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Ven 23 Fév 2018, 11:43 
Bonjour
Woessner a écrit:Effectivement, la 20103 ne roulait plus ses neuf derniers mois qu’avec un seul de ses deux moteurs.
Désolé, j'étais persuadé d'avoir lu "2B 20103 suite au retrait de deux de ses moteurs" au lieu de "2B 20103 suite au retrait d’un de ses deux moteurs."
J'ai eu beau citer ta phrase que je ne l'ai pas mieux relue :oops: .

En tout cas, merci pour ce témoignage de terrain. A-t-on su la cause de l'incendie? Quelle information donnait l'ampèremètre? Le courant pour chaque moteur ou pour la paire?
Seul peut-être quelqu’un du musée de Mulhouse regrette que la première locomotive au monde équipée de redresseurs au silicium ne puisse plus figurer dans la « Cour des Grandes » à la place qui lui était promise.
Ne fut-ce pas la Z 9055 ou la BB 10001 qui ont testé en premier les redresseurs secs (avec un montage expérimental et de plus faible puissance) ?

15063 a écrit:J'ai connu un authentique prototype mis au type de série : la Z 6006
Ah justement, je m'étonnais que personne ne parle des automotrices protos.
Le cas des Z 6000 est un peu à rapprocher des CC 7000 ou BB 8000. Des protos anticipant une production en série et qui ont eu une carrière plutôt longue après avoir été alignés sur les engins de série.
Sans doute pas complètement alignés puisque retirés du service dès 1995.
Une d'elle s'est payé le heurtoir de Paris-Est, intervention du CHST (je suppose) et fin de carrière des Z6000 !
Tiens, il me semble avoir lu que l'accident de 1997 s'était passé au chantier de l'Ourcq. Tu confirmes pour Paris-Est?
Engin intéressant, la Z6006 aurait mérité une préservation (d'autant que c"est la Z6008, engin maudit (*), décidément, qui avait tapé)
La 6008 a eu une carrière particulière aussi. Elle n'est pas restée "Proto Pruneau" à moteur direct longtemps. Modifiée dès 1964 avec deux chaînes de traction indépendantes.
Sur la première la tension est réglée par un amplificateur magnétique (dit aussi self saturable) tandis que la seconde, logée dans la remorque ZRBz attenante, est formée d'un transformateur comportant quatre enroulements secondaires qui sont réglés chacun par un pont asymétrique de diodes et thyristors.

Chaîne de traction appliquée en série sur les Z 6150-6185 et inspirant largement celle des BB 15000, si je ne dis pas de bêtises.
Le moteur direct fut remplacé par un moteur à courant redressé TAO 646 A1 de BB 16500 de 1290 kW au lieu des modestes 615 kW du moteur CEM GRLM 792 de la série.
Après, je n'ai pas trop d'info sur ce qu'il est advenu à la Z 6008 jusqu'en 1997. Elle sans doute été mise au type Z 6150 mais a-t-elle gardé son bogie moteur de BB 16500 jusqu'à la fin?
Ferrovia
Causant
 
Messages: 239
Inscrit le: Mer 16 Sep 2009, 19:39
Âge: 40

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Ven 23 Fév 2018, 12:13 
Autant pour moi, l'accident de la Z6008 était à l'Ourcq :mrgreen:
J'ai confondu avec une UM3 de Z6100 qui avait tapé voie 36 à PNO banlieue, détruisant l'armoire du télépancartage et les distributeurs de confiserie situés derrière le heurtoir. Il y avait plein de bonbons sur la plate-forme mais manque de chance la police était déjà là...
15063
Prolixe
 
Messages: 1752
Inscrit le: Lun 07 Mars 2011, 09:15

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Ven 23 Fév 2018, 13:02 
15063 a écrit:Sans être à proprement parler des prototypes, [...]
- Les rames RIB 42 et 43 (ex I42/I43) composées de deux voitures d'extrémité RIB 60 et de deux voitures intermédiaires RIB 70. Rames qui ont fini avec des voitures intermédiaires RIB 60 mais ex-ZRABD des rames à 8 caisses du Nord ! Les seules RIB avec 3 fourgons et 3 compartiments de 1ere.

C'est hors sujet par rapport aux prototypes, mais voilà les infos que j'ai glanées sur les recompositions de RIB de l'Est (à partir de l'encyclo Rambaud-Dupuy et d'interventions sur les fora, dont les tiennes) :

La région Est reçoit 27 segments RIB 60 notés i01 à i27 à quatre caisses.
+ 1 ZRAB + 1 ZRBDx de réserve

en 1970, les segments i06 à i08 partent sur Métrolor et sont réduits à 3 caisses
Les ZRAB et ZRBDx de réserve et deux ZRBz libérées forment un segment i28.
La troisième ZRBz est transformée en ZRBz 26115.
Les deux autres segments partis en Lorraine sont compensés par une rame Est ex-Bastille remplacée par les MS 61 sur la ligne de Vincennes.

Lors de la livraison des RIB 70, l'Est reçoit 65 voitures, soit 16 segments i34 à i49 (pourquoi un trou entre i29 et i33 ?) + 1 voiture de réserve.
Je n'ai pas le détail des RIB 70 de réserve mais on compte 1 segment de quatre caisses complet sur le Nord et une Bx et trois caisses intercalaires Bz ou ABDz réparties sur PSL et l'Est.
On a donc 55 Bx et 54 ABD RIB 70 pour former 54 segments (33 segments 4 caisses sur PNO et PE, 10 segments 7 caisses PSL et 11 segments 3 caisses Metrolor ou servant de bouche-trou sur NPdC et Alsace).

Au cours des années 70 et 80, la série est amputée de deux Bx et d'une ABD. Une de ces voitures remplace une RIB 76 accidentée à Villeneuve St Georges en 1981. Les deux autres sont radiées. De plus, l'Est forme un segment supplémentaire i50.

Pour remplacer les caisses radiées ou transformées et composer le segment i50, il manque 2 Bx et 2 ABD. Le nombre de segments RIB 60 de l'Est est réduit à 26, les 2 ZR BDx et les 2 ZR AB surabondantes sont permutées au parc RIB 70 (segments i42 et i43). Les caisses intercalaires RIB 60 ont probablement servi à recompléter à quatre caisses les segments i06 à i08 dont Metrolor n'avait plus besoin.
Sur les trois remorques Bz ou ABDz RIB 70 de réserve, une fut transformée en ZR 26135 et les deux autres intégrées au segment i50. De sorte qu'en 1988, il y avaient 235 caisses RIB 70 toutes intégrées dans un segment en service et plus aucune caisse de réserve.

Dans le même temps, le Nord s'est délesté de ses 17 segments RIB 70 devenant i51 à i67 à l'Est et, en 1985, de trois segments RIB 60 sur Bogies A, renumérotés i27 à i29 à l'Est.
Ferrovia
Causant
 
Messages: 239
Inscrit le: Mer 16 Sep 2009, 19:39
Âge: 40

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Ven 23 Fév 2018, 17:23 
Un prototype qu'on a toujours confondu avec la série :

Image
Lionel
Avatar de l’utilisateur
Castle class
Intarissable !
 
Messages: 5029
Inscrit le: Mar 09 Jan 2007, 22:58
Localisation: Oise
Âge: 67
Club: REV

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Sam 24 Fév 2018, 01:36 
Lakur a écrit:BB 20004 (issue d'une BB 16000)
Ferrovia a écrit:BB 20004 issue d'une 16500 (16540, remise au type)
BB 20005 issue de la BB 16028 (remise au type, aussi).
Oupses ! j'ai confusionné ! :oops: Bon, je n'arrive quand même pas à comprendre la raison des "remises au type" après les expériences.
Avatar de l’utilisateur
Lakur
Loquace
 
Messages: 1160
Inscrit le: Sam 04 Avr 2009, 12:53
Localisation: Île-de-France

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Sam 24 Fév 2018, 10:26 
Bonjour

Supposition au doigt mouillé (je n'ai pas les dates de transformations et de remise au type sous la main).
Lorsque les BB 25150 ont été livrées en Savoie. On était bien content de se débarrasser des prototypes. C'est toujours plus simple d'entretenir une série pour établir les cycles de révision ou gérer les pièces détachées.
Glisser les 20004, 20005, 10002 parmi les 16000 et 16500 en révision générale ne devait pas coûter plus cher, d'autant qu'à l'époque, les machines étaient modifiées ignitrons vers silicium.

Le cas de la BB 15007-7003-10003 est encore plus extrême. Remise au type après 23 ans de proto et cannibalisation d'une 15000 accidentée pour l'opération. Là, c'est sans doute le manque de machines qui a provoquer la décision.
Ferrovia
Causant
 
Messages: 239
Inscrit le: Mer 16 Sep 2009, 19:39
Âge: 40

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Sam 24 Fév 2018, 21:39 
Petru a écrit:La 4 CMD 1 est toujours là depuis 1934 !


Salut Pierre,
Merci d’avoir ressorti l’histoire de cette loc. Je vois que tu es toujours bien affûté. :D

A bientôt.
Hervé - TC V9 Gold
Avatar de l’utilisateur
RVB83
Papotier
 
Messages: 164
Inscrit le: Ven 29 Nov 2013, 19:19
Localisation: Var
Âge: 55
Echelle pratiquée: H0 ep II PLM+USA
Prénom: Hervé
Club: AMFI

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Dim 25 Fév 2018, 11:47 
Castle class a écrit:Un prototype qu'on a toujours confondu avec la série :

Image


Caisse identique pour la 1ABBA1 3500, le reste de la série 3602 a 10 a une caisse différente, plus de porte d’accès sur les cotés.
By Jove!! Proto87-Protocab
Avatar de l’utilisateur
Nicolas p
La Maurienne sinon rien !
 
Messages: 10684
Inscrit le: Jeu 29 Sep 2005, 22:34
Localisation: Leeds, Gibiland
Âge: 46
Echelle pratiquée: P87,0, avant 62
Club: Proto87, Protocab

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Dim 04 Mars 2018, 11:25 
Image

La BB 20011 aux Z'Aubrais le 12 juin 1986 en tête d'un train d'essais...
Avatar de l’utilisateur
Monplaisir
Intarissable !
 
Messages: 4922
Inscrit le: Ven 16 Sep 2005, 22:50
Localisation: Toulouse
Echelle pratiquée: IIm

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Mar 13 Mars 2018, 11:05 
Qu'elle était belle, cette loco ! Y Z'auraient dû la garder comme ça au lieu de la transformer en BB 22200. Et p'is quand on la compare aux BB 26000, y a pas... photo !
Avatar de l’utilisateur
Lakur
Loquace
 
Messages: 1160
Inscrit le: Sam 04 Avr 2009, 12:53
Localisation: Île-de-France

Re: Naissance et mort des prototypes

Publié: Mer 14 Mars 2018, 20:35 
La mode dans les années 80 n'était plus aux livrées flamboyantes et seuls les protos pouvaient encore essayer des livrées flashy. Et encore, la BB 10003 fut peinte dans les tristes couleurs d'une voiture de cantonnement...
Si qqun a des clichés de la BB 15055 bleue, elle était pas mal aussi, celle là ! Côté TGV, la PSE 88 mélangeant l'orange PSE et le bleu atlantique, le TGV 001 démotorisé blanc et les rames de présérie A 301 et 302 bleues et blanc. Il me semble d'ailleurs que les 301 et 302 aient fait leur déverminage sur Paris-Dreux.
15063
Prolixe
 
Messages: 1752
Inscrit le: Lun 07 Mars 2011, 09:15

PrécédentSuivant

Retour vers Ferrovissime

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 21 invité(s)