Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Tout sur le chemin de fer réel !

Modérateur: MOD

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Sam 24 Mars 2018, 20:03 
.

Sommaire de ce fil

Liste des sujets des pages 1 à 22 :
Voir ici :
viewtopic.php?f=5&t=77417&start=330

Sujets de la page 23 :
- Commentaires sur les locomotives Meyer et Fairlie anciennes
- Etats-Unis, 1899 – Record de vitesse sur le Long Island Rail Road

Sujets de la page 24 :
- Etats-Unis, 1894-1901 – Sur les traces de « La Vagabonde »
- Les chemins de fer à navires

.
Dernière édition par Patlantic le Sam 24 Mars 2018, 23:11, édité 2 fois au total.
Pat l'antique
Avatar de l’utilisateur
Patlantic
Exubérant
 
Messages: 2801
Inscrit le: Dim 18 Oct 2009, 14:20
Localisation: Bensheim (Allemagne)
Âge: 72
Prénom: Patrick

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Sam 24 Mars 2018, 20:11 
Christophe PC a écrit:Tous ces projets m'ont fait penser à Fritzcarraldo

Image

Sinon, la voie est libre, on peut poster sur le fil?

Christophe PC


Tout à fait, j'y ai beaucoup pensé aussi.

--------------------------------------------------------------

Oui bien sur, la voie est libre. J'ai pu poster les 6 posts annoncés sur la meme page, merci ! :D
Pat l'antique
Avatar de l’utilisateur
Patlantic
Exubérant
 
Messages: 2801
Inscrit le: Dim 18 Oct 2009, 14:20
Localisation: Bensheim (Allemagne)
Âge: 72
Prénom: Patrick

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Sam 24 Mars 2018, 22:59 
Patlantic a écrit:.
Image
Scientific American, 27 décembre 1884, domaine public

C'est ce genre de chose qui fait que j'adore le XIXème siècle :shock:
Avatar de l’utilisateur
R.I.C
Intarissable !
 
Messages: 7726
Inscrit le: Mar 24 Mars 2009, 11:12
Localisation: Bergerac
Âge: 28
Echelle pratiquée: H0 - ép II
Prénom: Julien

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Dim 25 Mars 2018, 11:42 
Epoque 1, les Nécropolitains

Dès avant la Révolution, l'encombrement des cimetières des quelques "métropoles" que compte l'Europe commence à poser problème.
En particulier à Paris.
Ainsi, en 1784, une partie du cimetière des Innocents, qui jouxte Saint Eustache et où il a été calculé que quelques 2 millions de corps ont été inhumés au fil de huit siècles, s'effondre. Le glissement de terrain entraine de macabres dépouilles jusque dans les rues avoisinantes.

A la suite de cet incident, le conseil d'Etat décide dès 1786 de réutiliser les carrières abandonnées de la rue de la Tombe Issoire pour y rassembler les ossements surnuméraires.
Après aménagement, ces "catacombes" accueilleront jusque vers 1815 environ six millions de dépouilles, transférées de presque tous les cimetières intra muros de la cité parisienne. S'y ajoutent, entre autres, les corps des suppliciés de la Terreur.
Elles sont certes de très grandes dimensions, mais en prévision de leur saturation à terme Napoléon charge le préfet de la Seine Eugène Frochot d'acquérir les terrains requis pour implanter quelques nouveaux grands cimetières "hors les murs".
Et c'est hors les murs -au moins des murs de l'époque !- que sont alors créés le "cimetière de l'Est", dit le Père Lachaise, et celui de Montparnasse.

L'échéance est ainsi reculée d'un demi-siècle environ.
Mais quand le problème se repose, c'est avec une bien plus grande acuité!

- En 1860 la création du grand Paris (déjà) incorpore à la ville tous les villages qui la ceinturent, d'Auteuil à Montmartre, de Bercy à Grenelle, chacun avec son ou ses cimetières hérités des paroisses, qui ne répondent à aucun des canons de l'urbanisme moderne.
- Car les édiles sont de plus en plus conscients des impératifs d'hygiène à respecter pour éviter les catastrophes sanitaires: tout-à-l'égout, réseaux de distribution d'eau, potable de préférence, et...assainissement des cimetières.
Ce qui va de pair avec des règlements d'inhumation qui impliquent de plus grandes surfaces pour ceux-ci, par exemple, l'obligation du cercueil.

-S'ajoutent des considérations "politico-idéologiques". Elles font reconnaitre le droit à une sépulture individuelle, même pour les plus indigents, en lieu et place de la fosse commune d'antan. Et elles imposent un caractère "laique" dans la gestion, désormais municipale, des lieux de sépulture, mettant fin aux exclusions confessionnelles.

Enfin le chemin de fer a déjà entamé la transformation du pays qui conduira un siècle plus tard à parler de "Paris et le désert français": De Bretagne comme d'Auvergne affluent les nouveaux Parisiens, une population qui croit aussi vite qu'inexorablement, qu'il faut d'urgence loger et qu'il faudra un jour porter en terre.

En 1853 Georges-Eugène Haussmann, dont Napoléon III a apprécié les travaux en Gironde, est nommé par l'Empereur préfet de la Seine, chargé d'assainir et embellir Paris.
Sa vision pour la ville - certains ajouteraient "et sa proximité avec les promoteurs immobiliers de son temps" - ne laisse guère de place à de nouveaux cimetières, il prévoit même, entre autres de raser la colline de Montmartre, d'où disparaitrait le cimetière éponyme.
Haussmann et ses équipes d'urbanistes (Alphand, Belgrand, Davioud, Barillet-Deschamps..) connaissent les environs de Paris et les rives de l'Oise, en particulier le plateau dominant Méry, d'où sont extraites les belles pierres embellissant les nouvelles façades parisiennes:

Vaste étendue sablonneuse sur sous-sol calcaire, déserte, avec une seule ferme, en ruine.
Ce sera là que Paris concentrera le contenu des tous ses cimetières, Père Lachaise et Montparnasse inclus. Dès 1866 Haussmann fait procéder à l'achat de 513 hectares, pour 24 centimes du mètre carré.

C'est à environ 25 kilomètres de Paris? Peu importe, on ira en chemin de fer!

Christophe PC
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Dim 25 Mars 2018, 12:14 
Christophe PC a écrit:Epoque 1, les Nécropolitains

C'est à environ 25 kilomètres de Paris? Peu importe, on ira en chemin de fer!



Le portail des "bibliothèques spécialisées" de la ville de Paris propose en ligne quelques aperçus du projet
Cimetière de Méry-sur-Oise. Projet dressé par l'inspecteur général du service des cimetières Alfred Feydeau- 1872

Avec d'abord quelques vues d'ensemble

Image

La desserte intérieure du "complexe mortuaire" dont la superficie finale devait atteindre entre 8 et 11 kilomètres carrés, fait l'objet de diverses variantes de tracé

Image

Image

Tout comme l'implantation de la "gare", cette vue en perspective semble toutefois plus illustrative que "contractuelle".

Image


Christophe PC
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Dim 25 Mars 2018, 12:24 
Cela m'impressionne toujours ces idées qui fusent de toute part :shock:
La limite de l'inventivité est uniquement dans le porte monnaies :roll:
Merci encore aux fournisseurs de ces belles aventures :moi:
MISE à JOUR site RMC 16/09/18
Avatar de l’utilisateur
Labans
Intarissable !
 
Messages: 8531
Inscrit le: Jeu 08 Déc 2005, 19:42
Localisation: CASTRES - TARN
Âge: 68
Echelle pratiquée: HO-HOm
Prénom: J-Louis
Club: RMC

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Dim 25 Mars 2018, 12:40 
Epoque 1, les Nécropolitains

C'est à environ 25 kilomètres de Paris? Peu importe, on ira en chemin de fer!

Monsieur l'inspecteur des cimetières Feydeau ne manque pas d'inclure dans son projet une description parfaitement détaillée du matériel roulant un peu particulier qui devra être utilisé pour le trafic entre la métropole et sa nécropole, trafic essentiellement à sens unique d'ailleurs

Image

Image

Image

On distingue un "wagonnet", dont on peut supposer qu'il n'est utilisé qu'à l'intérieur de la nécropole, pour acheminer chaque cercueil vers son caveau.

En revanche, j'ignore totalement l'intérêt respectif des solutions "à casiers fixes" et "à planchers mobiles".
Un expert pour nous éclairer?


Christophe PC
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Dim 25 Mars 2018, 13:49 
Epoque 1, les Nécropolitains

C'est à environ 25 kilomètres de Paris? Peu importe, on ira en chemin de fer!

Comme dans beaucoup de projets jusqu'á nos jours, on relève - au moins dans les documents disponibles - un contraste frappant.

Certains points sont explicités avec un luxe de détails inattendu, par exemple, après celle des wagons (voitures?) mortuaires, l'architecture des bâtiments de la nécropole

Image

Image

C'est aussi le cas de la grille des dessertes, que Haussmann lui-même présente au Sénat en ces termes

Image
(cité par Ragon dans: l'espace de la Mort)

C'est en revanche le flou en ce qui concerne le tracé prévu.
Côté Méry, d'abord.
On lit que le projet de Méry serait à l'origine - lointaine - de la ligne Ermont-Valmondois, concédée au Nord en 1872 - Haussmann n'était plus là! - et mise en service en 1876.
Mais empruntait-il le même parcours?

Encore plus flou côté Paris. car s'il était annoncé que les convois partiraient de "gares funébres" installées sur les sites des anciens grands cimetières, celui du nord (Montmartre), du sud (Montparnasse) et de l'est (Père lachaise), et que "l'on emprunterait la ceinture", je n'ai trouvé aucun schéma présentant les embranchements requis.

Christophe PC
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Dim 25 Mars 2018, 15:10 
Epoque 1, les Nécropolitains

C'est à environ 25 kilomètres de Paris? Peu importe, on ira en chemin de fer!


Haussmann quitte son poste aux premiers jours de 1870.
Un peu plus tard la même année, c'est le second empire qui disparait.

Mais le projet de nécropole à Méry n'est pas enterré.

Alphand et Belgrand n'ont pas suivi Haussmann, ils sont toujours à leurs postes.
Et le projet est à nouveau présenté par Léon Say, nouveau préfet de la Seine, en 1874.
Avec toutefois quelques révisions.
Au fil des "mémoires" et des ajustements qu'ils proposent il n'est ainsi plus question de gares multiples dans Paris.
Les expéditions ne sont plus faites qu'à partir de la station du cimetière du nord (Montmartre).
Et sont désormais confiées à la compagnie du Nord, plutôt qu'à un "opérateur ferroviaire" spécifique comme le prévoyait Haussmann.
Peut-être parce que Léon Say se trouve être accessoirement administrateur de cette compagnie?

Quoiqu'il en soit le projet rencontre des oppositions de plus en plus marquées.
Le comité catholique de Paris, par exemple, fait valoir

Image
Source: La déportation et l'abandon des morts. Cimetière de Méry, 1875
Ouvrage disponible pour lecture en ligne

Dans les débats ont aussi été avancés quelques chiffres intéressants.
La solution des "cimetières lointains", dans laquelle un "cimetière sud" á Wissous est combiné à celui de Méry, est ainsi présentée comme coûtant près de 36 millions, dont onze pour le "chemin de fer spécial" de Méry et trois pour les gares.
Alors que la contre-proposition de cimetières proches, implantés juste à l'extérieur des fortifications, n'en exigerait que le quart!

A l'issue des débats de 1874, le projet est ajournée. Il sera repris, avec de moins en moins d'élan, par les successeurs de Haussmann et Say, jusqu'à se voir définitivement abandonné au milieu des années quatre vingts.

Parmi les raisons pour l'affaiblissement des soutiens: Ce que l'on peut désigner par "sphère politique" a entretemps préparé la légalisation de l'incinération des cadavres, l'amendement Blatin est voté en 1886.

L'incinération va progressivement entrer dans les moeurs, elle représente aujourd'hui une part d'environ 50% des décès, faisant diminuer d'autant la "pression démographique" sur les superficies des cimetières

Christophe PC

A suivre...
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Lun 26 Mars 2018, 10:35 
Epoque 1, les Nécropolitains

Il a pris le 71...


Aure grande capitale européenne, Vienne connait des "problèmes inhumatoires" du même ordre qu'à Paris.
Les sous-sols ne s'y prêtent plus non plus à la multiplication de cryptes et caveaux, la ville s'agrandit, les dernières épidémies de peste, qui fait encore rage à l'époque baroque, sensibilisent à la nécessité d'une politique des cimetières.
On en voit une première ébauche sous Joseph II. L'empereur, de nature peu dépensière et qui se contentera d'un cercueil de cuivre au lieu des sarcophages de marbre de ses prédécesseurs, a édicté quelques règles de simplification des obsèques et inhumations, et proscrit l'édification de monuments funéraires trop pompeux et occupant de trop grandes surfaces.
C'est un tel "enterrement simple" (et non "de pauvre", comme il est parfois prétendu) qui nous vaut de ne pas savoir exactement où repose Mozart à l'intérieur de l'ancien cimetière Sankt Marx.
Joseph II va jusqu'à proposer un système économique de cercueils à fond escamotable, qui laisserait glisser le corps dans la tombe sans que l'assistance s'en aperçoive, et serait réutilisable, mais il n'est pas suivi. Les Viennois aiment trop la pompe et les titres pour qu'on leur fasse perdre leurs habitudes de "grandiloquence funéraire", de belles obsèques sont pour eux le meilleur témoignage d'une vie bien remplie.

Comme à Paris,la pression démographique croissante - et à laquelle le chemin de fer n'est pas étranger, qui déverse de nouveaux Viennois venus de tous les recoins du KuK - finit toutefois par rendre impossible le maintien des cimetières historiques en centre ville.
Est donc décidée l'implantation d'un nouveau cimetière, baptisé "central" bien que très excentré par rapport à la ville.
Il est aussi grand que ce que Haussmann avait envisagé pour Paris/Méry: Une dizaine de kilomètres carrés.

Il est moins éloigné ausi, mais il n'est pas envisageable que tant les "résidents" que leurs visiteurs s'y rendent à pied, alors que la "traction chevaline" - retenue pour la ligne de tram ouverte dès 1873 - et surtout les pollutions qu'elle entraine commencent à susciter la critique des riverains...

Image
"le dernier tram" en traction hippomobile à Vienne, on peut penser que les convois vers le Zentralfriedhof étaient pareillement festonnés

Une première proposition, pour une desserte ferroviaire, émane de la StEG.
Cette "StaatsEisenbahn Gesellschaft" n'a rien d'étatique. Elle est très liée aux frères Péreire, qui ont déjà joué les banquiers pour les projets immobiliers de Haussmann, et compte de nombreux ingénieurs recrutés en France pour développer son réseau, qui ira toucher Prague et le Banat.
En 1874, l'année de l'inauguration du cimetière, elle soumet au conseil municipal son "projet parfaitement détaillé" pour le transport des dépouilles jusqu'au cimetière central.
J'ignore s'il en subsiste des traces - les archives de la StEG nont pas survécu aux bombardements de Vienne- mais il n'étonnerait pas que les voitures proposées pour le transport des cercueils aient beaucoup ressemblé à celles dessinées par Feydeau pour Méry sur Oise.

Le projet StEG, jugé trop coûteux, n'est pas retenu.



Christophe PC

A suivre... [/quote]
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Lun 26 Mars 2018, 16:42 
Epoque 1, les Nécropolitains

Il a pris le 71...

Le projet StEG, jugé trop coûteux, n'est pas retenu.

Il a un concurrent, qui l'a peut-être dénoncé comme pas assez moderne, voire pas assez autrichien:
Franz Felbinger, jeune ingénieur, fils d'un vice-directeur de l'administration des tabacs qui vient juste de se voir reconnaitre le titre de chevalier.
Associé à l'architecte Hudetz, Felbinger propose au conseil municipal un "Konzept" révolutionnaire. Il repose sur l'édification intramuros d'une "halle d'inhumation", où les proches, après une éventuelle cérémonie religieuse selon l'un des principaux cultes pratiqués dans la ville, prendraient congé du défunt comme ils le font habituellement autour du tombeau.
Là, la dépouille du défunt disparaitrait par une trappe, pour arriver dans une salle souterraine à l'abri des regards.
D'où les corps, dûment munis d'une étiquette en donnant les coordonnées, seraient acheminés vers les emplacements retenus du cimetière, à une distance d'environ 4,5 kilomètres, par un système souterrain de wagonnets à "motorisation pneumatique".

Feibinger s'inspire visiblement des développements londoniens, et des premiers "tubes" installés dès les années soixante du XIXème et fonctionnant un peu comme des sarbacanes.

Image

Le systéme proposé pour Vienne est décrit avec des détails inattendus et de longues considérations sur les éléments de piété mortuaire qu'il convient de respecter, dans les Annales industrielles
qui lui consacrent plusieurs pages

On y lit que les "wagons en fer" pouvant contenir chacun quatre corps, seraient mus par la surpression engendrée derrière eux par une machine de 150 chevaux, dotée de cinq chaudières, capable de refouler jusqu'à 600 pieds-cubes d'air par seconde.
La vitesse atteindrait 25 pieds par seconde, assurant un parcours en une dizaine de minutes.
Une contrepression judicieuse - on dirait de nos jours un coussin d'air - garantirait la décélération précautionneuse requise par les chargements.

L'article des Annales mentionne quelques schémas, que je n'ai malheureusement pas su découvrir dans les pages Gallica.
On trouve en revanche un intéressant chiffrage des frais de premier établissement.
Ils se montent à 1070.000 florins, dont 750.000 pour la Halle centrale d'inhumation et 225.000 pour le tunnel.
Ce qui correspond à environ 2,5 millions de francs, on est très loin des chiffrages pour Méry.
Il est vrai que la distance est bien plus courte et que l'on ne veut transporter que les corps des défunts.

Le projet n'est pas retenu. Pas assez propice au recueillement des proches autour du défunt?
Mais Felbinger persévèrera dans la voie pneumatique. Il développe un système de transports "pneumatique" pour la transmission de courriers et documents, dont il équipera même la poste berlinoise.
Parmi ses violons d'Ingres figurait la peinture, ce qui nous vaut au moins un autoportrait.

Image

A l'issue de ces péripéties, les Viennois se retrouvent avec un Zentralfriedhof qui n'est guère accessible qu'en tram.
Mais cela ne les empêche pas d'en faire un lieu d'excursions régulières, tant pour visiter leurs morts que pour profiter du somptueux parc qu'il représente.

Au fil du temps, la ville s'étend et se rapproche du cimetière, et divers points d'arrêts sont établis à proximité de ses trois entrées principales, desservis par de nouvelles lignes*.

Mais le "tram du cimetière", c'est celui de la fameuse ligne 71, électrifié au début du siècle. Les Viennois sont si attachés à leur "express des veuves" (ou des arrosoirs!) qu'ils s'opposent plus tard à tous les projets de refonte du réseau qui le menaceraient.

Image

Pendant les périodes de guerre, le tram 71, joue occasionnellement les corbillards. De là de l'expression viennoise "Il a pris le 71" pour dire que quelqu'un a passé l'arme à gauche.

Christophe PC

A suivre...


* Il y a aussi quelques lignes de bus qui sillonnent les aires du Zentralfriedhof
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Mer 28 Mars 2018, 09:31 
Epoque 1, les Nécropolitains

Tout comme à Paris, où, entre autres, une station de métro débouche au droit de l'entrée du Père Lachaise, la majorité des métropoles de par le monde a logiquement installé des points d'arrêts desservant ses cimetières quant une ligne de métro ou de tram passait à proximité.
Cela n'en fait pas des "nécropolitrains" (marque déposée :siffle: ) et en dresser l'inventaire nécessiterait sans doute un, voire plusieurs, gros volumes.

Bien plus rares sont les cas où le tram a aussi été utilisé pour le transport des dépouilles jusqu'à un cimetière hors du centre.
Sans prétendre être exhaustif, on peut en donner quelques exemples:

A Buenos Aires, le cimetière de la Chacarita, établi sur 95 ha en périphérie (de l'époque!), en 1870, est desservi par un tramway mortuaire, proposé en versions diversement décorées


Image

et qui accéde à une "estacion" où les dépouilles de défunts sont dûment réceptionnées

Image

A Mexico, le grand cimetière de Dolores est desservi par un tramway électrique, qui utilise deux wagons-corbillards pour acheminer les corps de divers endroits de la ville.

Image

Le très morbide dessinateur José Guadalupe Posada s'en inspire pour ses caricatures

Image

A Budapest, le nouveau cimetière Új Köztemető est desservi dès 1891 par une ligne de tramway dédiée. Elle est encore, pour quelques années, exploitée en traction vapeur, alors que toutes les autres lignes de la capitale hongroise sont déjà électrifiées.

Image

Sa fonction de corbillard sera tristement réactivée en 1956 pour transporter jusqu'au cimetière les dépouilles, rassemblées à l'hôpital Rokus, des victimes de la sanglante répression par les Soviétiques de la révolte magyare.

Image


Christophe PC

A suivre...
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Mer 28 Mars 2018, 12:33 
La Compagnie des chemins de fer nogentais, desservant la banlieue est de Paris a aussi connu un service funéraire :
Image
Y25
Volubile
 
Messages: 2126
Inscrit le: Dim 08 Jan 2006, 12:36
Localisation: 93140 Bondy
Âge: 68

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Mer 28 Mars 2018, 12:49 
Quelques lignes trouvées sur la toile concernant ce serice :
En 1912, le cimetière de Vincennes (banlieue parisienne), affichait complet.
La municipalité fit donc l'emplette d'un vaste terrain situé à la frontière des communes de Fontenay-sous-Bois et Rosny-sous-Bois, où elle aménagea un nouvel espace dédié au repos éternel. Mais comment transporter les défunts de Vincennes à Fontenay, distants de cinq kilomètres ?
Par tramway !
C'est ainsi que la Société des Tramways Nogentais, prenant exemple sur la
ville de Milan en Italie, créa la première (et unique) ligne de tramway funéraire français.
Ce tramway était composé de quatre compartiments : le premier hébergeait le wattman, le deuxième abritait les employés des pompes funèbres, le troisième recevait les membres du clergé et le quatrième la famille endeuillée. Deux cercueils pouvaient prendre place sur les côtés du véhicule.
Le convoi partait de la place de la mairie de Vincennes et rejoignait le cimetière de Fontenay, qui borde l'actuelle route nationale 34.
Ces curieux tramways funéraires étaient basés au dépôt de la Maltournée, situé actuellement sur la commune de Neuilly-sur-Marne. Il abrite aujourd'hui des autobus de la RATP.

Sinon, voir aussi http://forum.e-train.fr/viewtopic.php?f=5&p=985037
Y25
Volubile
 
Messages: 2126
Inscrit le: Dim 08 Jan 2006, 12:36
Localisation: 93140 Bondy
Âge: 68

Re: Episodes étonnants et anecdotes de l'Epoque 1

Publié: Mer 28 Mars 2018, 14:44 
Y25 a écrit:Sinon, voir aussi viewtopic.php?f=5&p=985037


C'est la brève discussion d'il y a onze ans qui m'avait incité à ne pas reprendre Vincennes dans les quelques exemples, malgré les images intéressantes qu'on en trouve

Image

Dans le même genre de matériel, qu'un ferrovi-nécrologiste détaillera peut-être un jour moins printanier, on peut aussi montrer Prague, avec un mécanisme de coffres mortuaires qui protège de la pluie les opérateurs

Image


Christophe PC
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3596
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 11:03

PrécédentSuivant

Retour vers Ferrovissime

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : bg1000, Pierre B, Pithou et 23 invité(s)