Le Capitole : compositions et matériels

Tout sur le chemin de fer réel !

Modérateur : MOD

Répondre
En ligne
Avatar du membre
Pierre bis
Intarissable !
Messages : 11615
Enregistré le : ven. 13 avr. 2007, 10:12
Echelle pratiquée : HO
Localisation : Paris
Âge : 59

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par Pierre bis » lun. 29 mai 2017, 16:47

Dnrphil a écrit :Bonjour à tous.
J'ai trouvé cette vidéo sur le site ina.fr et je la trouve appropriée à notre sujet.
Ecoutez bien les annonces, elles sont superbes.

Départ Capitole en gare de Matabiau
Très sympa, merci.

Détail amusant: les accents dans les annonces. les annonces pré-enregistrées avec voix de robot femelle mutant on tué ce charme là.
Part marginale de la clientèle

Avatar du membre
BB 9282
Prolixe
Messages : 1672
Enregistré le : mar. 15 juil. 2008, 13:31
Localisation : Pays Bigouden
Âge : 68

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par BB 9282 » lun. 29 mai 2017, 17:07

Quand on parle vitesse commerciale à la fin des années 60, il serait bon de se souvenir du temps que l'on pouvait mettre en voiture pour rallier Paris à Toulouse.

Prenant l'ex N20 tous les jours dans sa partie lotoise (et encore elle a été modernisée par tronçons) et aujourd'hui pratiquement vidée du trafic des camions, je pense que cela devait être une véritable expédition avec des voitures nettement moins performantes que maintenant.

En ligne
Avatar du membre
Pierre bis
Intarissable !
Messages : 11615
Enregistré le : ven. 13 avr. 2007, 10:12
Echelle pratiquée : HO
Localisation : Paris
Âge : 59

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par Pierre bis » lun. 29 mai 2017, 18:02

Très juste. J'ai fait un an d'études à Toulouse, en 1980/81. J'avais une Golf GTI et un respect modéré des limitations de vitesse. Je n'ai fait qu'une fois le parcours en voiture. Il n'y avait encore aucune autoroute, sinon la N10 que je suis allé attraper à Blois depuis Châteauroux au lieu de poursuivre par la N20. Au total j'ai mis 8 heures, dont 30 ou 40 mn e repos à Limoges. Avec les nerfs des voitures des années 60 je pense que ça devait prendre encore plus, de l'ordre de 9 ou 10 heures.

Mais assez rapidement ce n'est pas la voiture qui a concurrencé le Capitole, mais l'avion. En 1980, quand je suis arrivé à Toulouse, Air-Inter venait justement de lancer une politique tarifaire très agressive en direction des jeunes. Prendre le Capitole m'aurait coûté plus cher. Je ne l'ai jamais pris. Par contre j'ai pris régulièrement l'Occitan de nuit, dont une fois en TAC avec ma voiture.

Mais en 1970, et même 75, la voiture était hors-jeu sur Paris-Toulouse et Paris-Bordeaux, ce qui n'était pas le cas sur Paris-Lyon ... jusqu'à la mise en service du TGV.
Part marginale de la clientèle

Avatar du membre
M268
DS de l'ID...
Messages : 2508
Enregistré le : ven. 18 juil. 2008, 19:20
Echelle pratiquée : A chaud !
Prénom : Paul
Localisation : Dans l'Yonne entre Chablis et Cidre
Âge : 50

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par M268 » mar. 30 mai 2017, 13:42

Au tout début des années 70, lorsque l'autoroute du sud fut ouverte en totalité, mon père faisait régulièrement Paris - Lyon en 3h30 avec sa DS21 injection soit un bon quart d'heure de moins que le Mistral. Le choc pétrolier et les limitations de vitesse mirent assez rapidement un terme à ce type de performance.
Quant à Paris - Toulouse même aujourd'hui, c'est encore plus de 7 heures par la route. Un train classique performant à tarif attractif face au TGV genre Capitole démocratisé et tracé via Limoges aurait donc probablement encore du sens.
Paul
Marche sur 600 ou 1500V.

Avatar du membre
BB 9282
Prolixe
Messages : 1672
Enregistré le : mar. 15 juil. 2008, 13:31
Localisation : Pays Bigouden
Âge : 68

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par BB 9282 » mar. 30 mai 2017, 14:31

Avec le TGV arrivant à Bordeaux en 2 heures dans quelques semaines, plus la construction de la ligne TV Bordeaux - Toulouse, le parcours en train via Limoges perd tout intérêt.
La ville au sud de Brive, c'est à dire seulement Cahors, n'a pas un potentiel économique suffisant pour réaliser un trajet performant via le POLT (je ne parle pas de Souillac et Gourdon qui essayent péniblement de sauvegarder des arrêts des trains Intercités)

On aura au mieux des trains Paris <-> Brive.
Mais avec l'A 20 gratuite de Vierzon à Brive, 3 vols AR par jour entre Brive et Orly à des prix très intéressants, sans compter les bus macron aux tarifs très bas, la concurrence va être rude, et le chemin de fer pas forcément gagnant.

phet
Causant
Messages : 216
Enregistré le : mer. 28 févr. 2007, 16:28
Localisation : COURBEVOIE
Âge : 61

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par phet » mar. 30 mai 2017, 14:50

Bonjour,

A titre purement anecdotique : Paris Cahors c'est par le train entre 5h24 et 5h33 hors train de nuit.
Performance vérifiée hier encore avec l'Intercité n°3690 BB 26024 5h31 (Cahors 17h45 Paris 23h18 heure d'arrivée prévue, dans les faits 23h16).

Très cordialement.

Avatar du membre
BB 9282
Prolixe
Messages : 1672
Enregistré le : mar. 15 juil. 2008, 13:31
Localisation : Pays Bigouden
Âge : 68

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par BB 9282 » mar. 30 mai 2017, 15:44

Je fais jeudi 1er juin le trajet Brive - Paris.
on me propose :
le 3610 Cahors - Paris, 8h00 - 12h08 soit 4h08 de trajet
le 3620 Toulouse - Paris, 9h03 - 14h15, soit 5h12 de trajet

(j'ignore totalement pourquoi le 3620 de jeudi prochain met autant de temps : travaux, détournement, ...)

Pour faire le même trajet le jeudi 30 mai 1974, le Chaix me propose :
le 4404 Brive - Paris, 7h53 - 13h27, soit 5h34 de trajet
le TEE 74 Capitole,9h48 - 13h41, soit 3h53 de trajet, mais obligation de voyager en 1ère et d'acquitter le supplément TEE.

Comme quoi, il est difficile de comparer le même trajet à plus de 40 ans de distance, les offres étant tellement dissemblables.

En ligne
Avatar du membre
Pierre bis
Intarissable !
Messages : 11615
Enregistré le : ven. 13 avr. 2007, 10:12
Echelle pratiquée : HO
Localisation : Paris
Âge : 59

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par Pierre bis » mar. 30 mai 2017, 16:06

M268 a écrit :Au tout début des années 70, lorsque l'autoroute du sud fut ouverte en totalité, mon père faisait régulièrement Paris - Lyon en 3h30 avec sa DS21 injection soit un bon quart d'heure de moins que le Mistral. Le choc pétrolier et les limitations de vitesse mirent assez rapidement un terme à ce type de performance.
...
... sauf que pendant longtemps il n'était pas trop difficile de passer entre les radars. Il ne faut pas oublier aussi que les autoroutes sont en général plus courtes que les lignes classiques de voie ferrée.Dans les années 80/90 j'ai plusieurs fois fait Paris-Lyon en 3h30/3h45, sans dépasser 160 en général (pas 130 OK). De même Paris-rennes en moins de 3h00 était facilement faisable. Depuis le début des années 2000 les contrôles sont devenus beaucoup plus nombreux. De toute façon je voyage beaucoup lus rarement en voiture au long cours.

Mais pour reparler des années 70 il suffit de regarder un carte. Jusqu'en 1975 l'autoroute c'est Lille - Paris - Lyon - Marseille, avec en quelques endroits des "trous" engendrant des bouchons célèbres comme à Vienne. Partout ailleurs le train conservait un net avantage en terme de temps de parcours hors exploit routier toujours possible. (encore aujourd'hui avec Coyotte, beaucoup de chance et une Bugatti on doit pouvoir battre le TGV sur Paris - Lyon, mais je ne m'y risquerais pas, et puis je n'ai pas la Bugatti)
Part marginale de la clientèle

Thierry PORCHER
Le retour du Jedi
Messages : 14341
Enregistré le : dim. 06 avr. 2008, 15:21
Localisation : Strasbourg
Âge : 71

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par Thierry PORCHER » mar. 30 mai 2017, 16:37

BB 9282 a écrit :Je fais jeudi 1er juin le trajet Brive - Paris.
on me propose :
le 3610 Cahors - Paris, 8h00 - 12h08 soit 4h08 de trajet
le 3620 Toulouse - Paris, 9h03 - 14h15, soit 5h12 de trajet

(j'ignore totalement pourquoi le 3620 de jeudi prochain met autant de temps : travaux, détournement, ...)
Sans doute des travaux au nord de Châteauroux : en regardant les horaires détaillés, on voit que le 3620 stationne 9 mn au lieu de 2 à Châteauroux, puis qu'il met 1h41 au lieu de 1h00 de Châteauroux aux Aubrais et enfin + 8 mn sur Les Aubrais/Paris.

Cela ne peut pas être un détournement, sans doute un passage en VUT... pas forcément à contresens d'ailleurs.

Si le 3610 est clairement le train le plus rapide, le 3620 est tout aussi clairement le plus intéressant... :wink:
Maître Yoda/15000 et Pk addict

Thierry PORCHER
Le retour du Jedi
Messages : 14341
Enregistré le : dim. 06 avr. 2008, 15:21
Localisation : Strasbourg
Âge : 71

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par Thierry PORCHER » mar. 30 mai 2017, 16:48

La DB a l'avantage, par rapport à Infolignes, de nous donner les jours de circulation des variantes, soit 9 jours au total :

IC 3620 (Fahrtverlauf vom: 01.06.17)

Toulouse-Matabiau 06:40 +0
Montauban Ville Bourbon 07:06 +0 07:08 +0
Cahors 07:47 +0 07:49 +0
Brive-la-Gaillarde 09:00 +0 09:03 +0
Limoges-Benedictins 10:02 +0 10:05 +0
La Souterraine 10:36 +0 10:38 +0
Argenton-sur-Creuse 11:02 +0 11:03 +0
Châteauroux 11:20 +0 11:29 +0
Les-Aubrais-Orleans 13:10 +0
Paris Austerlitz 14:15 +0

Verkehrstage:
nicht täglich, 31. Mai, 1. Jun, 6. bis 8. Jun 2017, 26. bis 29. Jun 2017

Les +0 indiquent que, pour le moment, il est considéré à l'heure...
A noter l'absence d'heure de départ des Aubrais, ce qui laisse supposer qu'il n'y prend pas de voyageurs.
Maître Yoda/15000 et Pk addict

Avatar du membre
BB 9282
Prolixe
Messages : 1672
Enregistré le : mar. 15 juil. 2008, 13:31
Localisation : Pays Bigouden
Âge : 68

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par BB 9282 » mar. 30 mai 2017, 17:06

Capitole du (dimanche) Soir en août 1970.

La composition doit être au max, avec 9 voitures (si j'ai bien compté sur la photo).

Image
Fichiers joints
LR BB 9278 1970-08 a.jpg

Juanfran3
Disert
Messages : 468
Enregistré le : jeu. 16 oct. 2014, 22:21
Echelle pratiquée : HO

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par Juanfran3 » mar. 30 mai 2017, 21:30

Tu n'as pas la même rame / photo en gare d'Ivry par hasard ??
Je sais, il faut courir vite ... :mrgreen:

rail45
Communicatif
Messages : 967
Enregistré le : lun. 20 févr. 2012, 23:43
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Pierre
Club : ATOM Orléans
Site Internet : http://www.connaissance-du-rail.com/.
Localisation : Orléans
Âge : 48

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par rail45 » mar. 30 mai 2017, 22:50

Pour le 3610 ne pas oublier de rajouter au minimum 15 à 20 minutes de retard.
C'est la norme quasi-quotidienne.

CC 6538
Bavard
Messages : 89
Enregistré le : mer. 22 juil. 2009, 17:57

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par CC 6538 » mar. 30 mai 2017, 23:55

Bonsoir,

Merci à tous pour vos photos et renseignements sur ce train Capitole.
Modifié en dernier par CC 6538 le mer. 31 mai 2017, 13:18, modifié 1 fois.

En ligne
Avatar du membre
Pierre bis
Intarissable !
Messages : 11615
Enregistré le : ven. 13 avr. 2007, 10:12
Echelle pratiquée : HO
Localisation : Paris
Âge : 59

Re: Le Capitole : compositions et matériels

Message par Pierre bis » mer. 31 mai 2017, 08:30

Merci pour ces intéressantes explications, sans doutes généralisables aux nombreuses régressions horaires sur le réseau classique par rapport aux années 70.

J'aimerais poser une question sans lancer de polémique sur le thème "c'était mieux avant". Les TJD de Brétigny, Etampes et Toury existaient sans doute en 1971. Pourquoi pouvait-on les passer à 150 ou 200 à l'époque? Prenait-on un risque qui n'est plus tolérable aujourd'hui, surtout depuis l'accident de Brétigny? Ou bien le réseau était-il plus et/ou mieux entretenu? (encore une fois éviter les polémiques sur cette dernière question).
Part marginale de la clientèle

Répondre