Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Pour les passionnés des chemins de fer secondaires et industriels.

Modérateur: MOD

Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Jeu 21 Jan 2016, 03:21 
Salut!

Voilà quelque temps que l'idée me traverse l'esprit régulièrement, mais l'arrivée de l'autorail De Dion MT chez Trains d'Antan va précipiter les choses: évoquer les Chemins de Fer du Sud Ouest en HOm.
Plus précisément la gare de Blajan, dernier arrêt avant le terminus de la ligne de Toulouse Roguet à Boulogne sur Gesse.
L'intérêt ferroviaire de cette gare est limité, mis à part l'embranchement particulier vers une carrière, mais c'est celle où mon grand père prenait le train pour aller chez ses grands parent à lui.
Donc ce réseau sera aussi pour lui et j'espère terminer assez rapidement pour qu'il puisse le voir.

Mais à part un numéro spécial de la revue MTVS paru en 1980, je n'ai que très peu de documentation, en photos et plans des bâtiments, du matériel moteur (locomotives et surtout les automotrices De Dion à accumulateurs) ainsi que remorqué.

Je fais donc appel à vous, habitués à la voie métrique qui regorgez de pépites d'archives pour m'aider à rassembler assez de documentation pour faire une évocation plausible de cette gare.
merci d'avance! :D

En attendant, voici des dessins et un texte, signés de mon grand père (déjà publiés sur ce forum)
Image

Image

Le train blanc

Il était une fois le train blanc et son aîné le train noir.
Du train noir, il y aurait tant à dire… Doyen du matériel roulant sur le réseau métrique de la Compagnie du Sud Ouest qui irrigua longtemps le pays toulousain au départ de la gare Roguet, il survécut jusqu’à la fin des années quarante (1), commis aux dessertes intermédiaires de marchés ruraux, suintant, chuintant et haletant aux creux des coteaux et à l’orée des bois. Je le revois encore avec cette acuité de mémoire des souvenirs d’enfance, à l’arrêt en gare de Blajan-Nizors, chaude bête crasseuse de suie et de graisse, assortie d’un mécanicien dont les lunettes à coques, relevées sur le front, dégageaient deux orbites blanches tranchant sur sa face noire, image en trois dimensions évoquant le Jean Gabin de « La Bête Humaine », mais à petite échelle, celle des « Pinguely » et des « Corpet-Louvet » des voies étroites.
Quant au train blanc, c’était autre chose ! Bien que déjà vénérable quand j’étais gamin, il évoquait néanmoins la modernité par sa couleur claire, à mi-chemin entre une blancheur originelle et un jaune délavé trahissant son âge. Mais surtout, en opposition avec les locos à vapeur, le train blanc était électrique, tirant son énergie d’une série d’accumulateurs installés de part et d’autre sous le châssis de la motrice en de lourds caissons métalliques. Ces batteries étaient rechargées à chaque trajet, à Toulouse en gare Roguet et à Boulogne-sur-Gesse. Recharges combien nécessaires car la ligne approchait les cent kilomètres et comportait deux rampes conséquentes, celle qui franchissait la colline entre Gesse et Save, de Blajan à Rebirechioulet, et celle des coteaux de Forgues à Saint Loube s’ouvrant vers Rieumes.
Ce train blanc, je l’ai intimement fréquenté à maintes reprises durant les années de guerre, notamment entre Blajan, où j’habitais, et Plaisance-du-Touch, gare la plus proche de Cugnaux, où résidaient mes grands-parents paternels.
Fréquentation intime assurément conviviale : « la motrice » comme on disait aussi, usant d’un terme réducteur car oubliant les deux remorques complétant les convois, « la motrice », donc, était régulièrement bondée car c’était le seul moyen, en ces temps de vide automobile, de se rendre à Toulouse et d’en revenir. Du coup, les places assises, garnies dès le départ, étaient rapidement cernées et submergées par les voyageurs debout, serrés comme parisiens dans le métro de dix-huit heures.
C’est ainsi qu’un jour de vacances 1942, quittant le Cugnaux de mes grands-parents pour regagner mon Blajan natal, je fus littéralement inséré en force, en gare de Plaisance, en tête du train blanc, par la vigoureuse intervention dorsale de mon grand-père jouant ainsi le rôle des pousseurs professionnels du métro de Tokyo.
Or, bien que roulant sur une voie construite en site propre, en pleine campagne, en authentique réseau ferré et non comme un simple tramway urbain, la motrice était conduite par un mécanicien en contact direct avec les voyageurs, du moins dans le sens Toulouse-Boulogne, car, en sens inverse, le poste de conduite intégré dans un compartiment à bagages, restait isolé du public.
Cette disposition technique, voulue ou consécutive au hasard des choses, fut à l’origine, en ce retour de vacances, de l’un de mes plus glorieux souvenirs de jeunesse car j’eus le privilège unique et l’honneur insigne de conduire, entre Plaisance-du-Touch et Blajan-Nizors, le train blanc électrique de la plus longue ligne de la défunte « Compagnie de Chemins de Fer du Sud-Ouest ».
Conduire ? Enfin, presque…
Glissé donc, comme gousse d’ail dans un rôti, au sein de la masse compacte des voyageurs, je me trouvai littéralement plaqué contre le pupitre métallique des commandes du train, la tête à hauteur du coude du mécanicien, familier et disert toulousain nanti toutefois d’une casquette règlementaire. Ce brave homme me prit incontinent et paternellement sous son aile, faisant de moi un élève conducteur ravi et d’emblée fasciné par le défilement des rails et des traverses posées sur les cailloux blancs d’un ballast aux inégalités rustiques qui imprimaient au convoi un balancement chaloupé de chalutier en haute mer.
Et il causait, le conducteur ! Entre deux haltes, celles « facultatives » marquées par un modeste édicule, (ah le cabanon de Montblanc ou celui d’Escanecrabe ! ), et les arrêts principaux nantis d’un vrai bâtiment avec un hangar attenant et double réduit-pipi aux initiales H et D, il sut rapidement qui j’étais, où j’allais, si je travaillais bien à l’école et si quelqu’un viendrait me chercher à la gare de Blajan-Nizors.
Mais j’appris pour ma part que mon professeur de conduite dormirait le soir à Boulogne pour « redescendre » le lendemain matin sur Toulouse et que, l’après-midi, il irait à la pêche du côté de Lacroix-Falgarde, perspective qui lui agréait visiblement.
En outre, et surtout, mon mentor ferroviaire, en avance sur son temps et en veine de gentillesse, usa à mon égard de pédagogie active en me confiant la manœuvre du sifflet, ou, plus précisément, d’une corne à deux tons semblable à celle des pompiers et qui s’activait en tirant sur un anneau à l’extrémité d’une sorte de chaînette que j’atteignais, au prix d’une élongation du bras, en me haussant sur la pointe des pieds.
Au trac et à l’émotion des premières tractions, succéda bientôt un euphorique sentiment de toute puissance, puis de tranquille assurance professionnelle. Dame ! Le geste n’était pas innocent : annoncer aux campagnes alentour l’approche du train blanc avait quelque chose d’aussi glorieux et triomphal que les trompettes d’Aïda. Il faut dire que l’appel était aussi fréquent qu’impératif. Les passages à niveau, évidemment non gardés et encore moins automatiques, correspondaient à de nombreuses intersections avec les routes principales, mais aussi avec les chemins secondaires, voies de la ruralité profonde, dépourvues certes de circulation motorisée en ces années noires, mais fréquentées par le lent cheminement des troupeaux en transit de pâture et des charrois à traction animale. En fait, à plusieurs reprises, mon bavard mais néanmoins attentif initiateur me rappela à mes obligations à l’approche de ces intersections, m’intimant d’impérieux « corne ! corne ! » qui m’emplissaient de confusion. Et j’obtempérais avec un fébrile empressement.
A ce jeu, le voyage me parut bref, nonobstant l’inconfort d’une station debout aggravée par les trépidations de la motrice. Et c’est avec mélancolie que je vis se dévider les courbes de la voie traversant le bois entre la tuilerie de Blajan et mon terminus de Nizors.
J’ai oublié quels adieux me fit le mécanicien. Je repris contact, tout étourdi de l’aventure, avec la banalité d’un sol natal étrangement ferme sous le pied. Et je suivis de yeux, deux ou trois minutes, le train blanc qui s’éloignait vers Boulogne après une courbe serrée sur le pont de la Gesse en de longs couinements, mené au terme de son trajet par mon amical professeur, agent de conduite de son état à « La Compagnie des Chemins de Fer du Sud-Ouest »… et pescofi à ses heures du côté de Lacroix-Falgarde.

A Saint-Gaudens, le 3 décembre 2004

Pierre ROQUES

(1) La ligne de Boulogne cessa son exploitation le 31 décembre 1949.
Sylvain
MIDI's not dead!
Avatar de l’utilisateur
BB4100
Bouilleur de cuites
 
Messages: 6583
Inscrit le: Lun 14 Nov 2005, 19:12
Localisation: Toulouse, Saint Gaudens
Âge: 32
Echelle pratiquée: HO et réel
Prénom: Sylvain COSTES
Club: Rigollots© et Montréjeau (31)

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Jeu 21 Jan 2016, 10:36 
:applause: :applause: Beau témoignage Sylvain!
Avatar de l’utilisateur
Monplaisir
Intarissable !
 
Messages: 4748
Inscrit le: Ven 16 Sep 2005, 23:50
Localisation: Toulouse
Echelle pratiquée: IIm

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Jeu 21 Jan 2016, 15:27 
Il y a quelques pages sur les CFSO dans le volume 7 des Petits Trains de Jadis, consacré à cette région. Je me souviens avoir fait des recherches à ce sujet pour un ami il y a quelques années !
Le livre est chez mes parents et je ne sais pas quand j'irai les voir : tu devras soit attendre quelques semaines soit trouver le livre ou quelqu'un qui l'a à portée de mains…
Vincent: Schmalspur über alles
Avatar de l’utilisateur
VincentLB
Intarissable !
 
Messages: 3789
Inscrit le: Mer 16 Avr 2008, 14:06
Localisation: Schaerbeek
Âge: 53
Echelle pratiquée: H0m, H0e, H0f
Prénom: Vincent
Club: Gemme, ArGe-S, IG-HSB, Fv RüKB

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Jeu 21 Jan 2016, 15:40 
Je ne l'ai pas celui là, je vais le chercher activement. Peut être à la bibliothèque du CE...
Après, c'est Domengie qui l'a écrit aussi, les informations se recoupent sûrement avec la revue MTVS.

Merci :D
Sylvain
MIDI's not dead!
Avatar de l’utilisateur
BB4100
Bouilleur de cuites
 
Messages: 6583
Inscrit le: Lun 14 Nov 2005, 19:12
Localisation: Toulouse, Saint Gaudens
Âge: 32
Echelle pratiquée: HO et réel
Prénom: Sylvain COSTES
Club: Rigollots© et Montréjeau (31)

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Lun 25 Jan 2016, 07:53 
Je découvre ce sujet avec un peu de retard : félicitation à l'auteur du texte :applause: , qui a un aussi joli "coupe de plume" que de crayon ! :D

La description des CFSO dans "Les Petits Trains de Jadis" représente une quinzaine de pages, effectivement sous la même signature (H.Domengie) que le n°14 de la revue MTVS... :idea:
Jean Michel
Avatar de l’utilisateur
Malletslm
Intarissable !
 
Messages: 4218
Inscrit le: Ven 27 Avr 2007, 07:21
Echelle pratiquée: H0m, H0e

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Mar 26 Jan 2016, 01:23 
BB4100 a écrit:Je ne l'ai pas celui là, je vais le chercher activement. Peut être à la bibliothèque du CE...
Après, c'est Domengie qui l'a écrit aussi, les informations se recoupent sûrement avec la revue MTVS.

Merci :D



Cherche pas à la biblio du CER au quai 1 de TE ya rien. Il a fallu que je bataille pour qu'un livre ferroviaire à caractère régional y rentre: celui des CFDT!
Avatar de l’utilisateur
Monplaisir
Intarissable !
 
Messages: 4748
Inscrit le: Ven 16 Sep 2005, 23:50
Localisation: Toulouse
Echelle pratiquée: IIm

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Mar 26 Jan 2016, 01:39 
Ok, j'avais un petit espoir...
Je n'ai rien trouvé non plus à la médiathèque de Toulouse, mais j'ai peut être mal cherché.
Après, je suis élu au CE, je vais voir s'il y a moyen d'étoffer la bibliothèque du côté ferroviaire :D
Sylvain
MIDI's not dead!
Avatar de l’utilisateur
BB4100
Bouilleur de cuites
 
Messages: 6583
Inscrit le: Lun 14 Nov 2005, 19:12
Localisation: Toulouse, Saint Gaudens
Âge: 32
Echelle pratiquée: HO et réel
Prénom: Sylvain COSTES
Club: Rigollots© et Montréjeau (31)

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Mar 26 Jan 2016, 11:31 
J'avais fait le forcing auprès d'un élu (un conducteur) CER chargé de ce domaine. On trouvait des livres de CF du coté du Nord mais version syndicalisé, qui a mon gout n'avaient rien à faire ici localement à Toulouse...
En regional il y avait "la bête noire" (histoire du CF en Aveyronnie);

Pour en revenir aux CFSO, pas grand monde s'est penché sur ce vaste réseau. Quant à moi j'avais fait une petite étude dans la défunte revue CdR sur la ligne Toulouse - Villemur car je n'en suis pas loin :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Monplaisir
Intarissable !
 
Messages: 4748
Inscrit le: Ven 16 Sep 2005, 23:50
Localisation: Toulouse
Echelle pratiquée: IIm

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Mar 26 Jan 2016, 12:22 
Monplaisir a écrit:Quant à moi j'avais fait une petite étude dans la défunte revue CdR sur la ligne Toulouse - Villemur car je n'en suis pas loin :mrgreen:


Effectivement, j'ai ces revue (n° 224 et 225, avril - mai 2000).
Il y a aussi un bouquin très bien fait sur le train d'Aspet, par Michel Biaugeaud, qui en a aussi écrit un autre sur le tramway du Val d'Aran.
Sylvain
MIDI's not dead!
Avatar de l’utilisateur
BB4100
Bouilleur de cuites
 
Messages: 6583
Inscrit le: Lun 14 Nov 2005, 19:12
Localisation: Toulouse, Saint Gaudens
Âge: 32
Echelle pratiquée: HO et réel
Prénom: Sylvain COSTES
Club: Rigollots© et Montréjeau (31)

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Lun 01 Fév 2016, 23:14 
Tu vas à Blajan et entre Blajan et Nizors tu as la Gare :mdr2:
Suffit de sonner à la porte ;)

Image

Sinon je crois que j'ai les horaires aussi.
Du simple, Rien que du simple !!!
Avatar de l’utilisateur
tacot_pépé
Prolixe
 
Messages: 1902
Inscrit le: Lun 17 Avr 2006, 18:52
Localisation: La Haute Garonne
Âge: 50
Echelle pratiquée: O, Ho, N
Prénom: Olivier
Club: VNS Zéro, Club Proto

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Dim 14 Jan 2018, 03:07 
Un petit UP pour dire que le projet n'est pas enterré. J'ai acquis il y a quelques temps le De Dion MT Trains d'Antan qui résonnait jadis dans la vallée de la Gesse.

Je voulais juste saluer l'auteur du texte cité au premier message, mon grand père, qui s'est éteint ce samedi 13. Je lui dois ma passion des trains et de la photo. Je ne crois en aucune bondieuserie, mais qui sait, peut être suivra-t-il les travaux de je ne sais où ?
Sylvain
MIDI's not dead!
Avatar de l’utilisateur
BB4100
Bouilleur de cuites
 
Messages: 6583
Inscrit le: Lun 14 Nov 2005, 19:12
Localisation: Toulouse, Saint Gaudens
Âge: 32
Echelle pratiquée: HO et réel
Prénom: Sylvain COSTES
Club: Rigollots© et Montréjeau (31)

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Dim 14 Jan 2018, 12:01 
Décidément, en ce début d'année l'actualité n'en finit plus de nous rappeler que nous ne faisons que passer... Sincères condoléances. :|

Ce matin j'ai relu son texte, et revu ses dessins : dans un sens, ton grand-père continue d'exister à travers ce témoignage :coeur2: qu'il nous a laissé...


PS : tiens-nous au courant du montage de l'autorail MT le moment venu !
Jean Michel
Avatar de l’utilisateur
Malletslm
Intarissable !
 
Messages: 4218
Inscrit le: Ven 27 Avr 2007, 07:21
Echelle pratiquée: H0m, H0e

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Dim 14 Jan 2018, 14:29 
Effectivement que de mauvaises nouvelles depuis ce nouvel an. :?
Sincères condoléances !
Alain.
Le zéro extraordi'Nord
Avatar de l’utilisateur
Ten-wheel
c'est le Nooord !
 
Messages: 17883
Inscrit le: Ven 05 Oct 2007, 14:41
Localisation: Sud Aveyron
Âge: 68
Echelle pratiquée: Zéro époque II
Prénom: Alain
Club: Cercle du Zéro et Les Méclents

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Dim 14 Jan 2018, 17:30 
BB4100 a écrit:Un petit UP pour dire que le projet n'est pas enterré. J'ai acquis il y a quelques temps le De Dion MT Trains d'Antan qui résonnait jadis dans la vallée de la Gesse.

Je voulais juste saluer l'auteur du texte cité au premier message, mon grand père, qui s'est éteint ce samedi 13. Je lui dois ma passion des trains et de la photo. Je ne crois en aucune bondieuserie, mais qui sait, peut être suivra-t-il les travaux de je ne sais où ?

Reçois mes plus sincères condoléances !
C'est dans des moments comme ça qu'on regrette de ne pas réalisé certains projets avec ses proches : j'espère que tu pourras rendre un bel hommage à ton grand-père par un réseau évoquant la gare de son enfance…
Vincent: Schmalspur über alles
Avatar de l’utilisateur
VincentLB
Intarissable !
 
Messages: 3789
Inscrit le: Mer 16 Avr 2008, 14:06
Localisation: Schaerbeek
Âge: 53
Echelle pratiquée: H0m, H0e, H0f
Prénom: Vincent
Club: Gemme, ArGe-S, IG-HSB, Fv RüKB

Re: Blajan en HOm, les CFSO à l'honneur

Publié: Lun 15 Jan 2018, 12:53 
Bon courage Sylvain.
Hâte de revoir un train à Blajan....
Du simple, Rien que du simple !!!
Avatar de l’utilisateur
tacot_pépé
Prolixe
 
Messages: 1902
Inscrit le: Lun 17 Avr 2006, 18:52
Localisation: La Haute Garonne
Âge: 50
Echelle pratiquée: O, Ho, N
Prénom: Olivier
Club: VNS Zéro, Club Proto


Retour vers Voie Libre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invité(s)