Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Les commandes numériques du réseau (appelées à tort "digitales") sont l'avenir du train miniature. Mais comment choisir, comment sauter le pas, avec ou sans ordinateur ? Autant de questions dont les réponses se trouvent dans l'expérience des uns et des autres…

Modérateur: MOD

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Lun 14 Nov 2011, 21:51 
Bonjour
fil très intéressant que je viens de lire vu que je veux passer au digital
un point à été souligné, je ne suis pas expert en la matière, j'ai quelques notions, mais il serait intéressant de savoir quel décodeur peut aller dans telle ou telle machine suivant l'emplacement disponible et le type (8 ou 21 broches par exemple) et je ne pense pas qu'un décodeur pour 66000 sera le meme que pour une 9200 ou 7200 ou il y a un peu plus de place
moi je trouve que c'est cela qu'il manque à ce jour et qui me bloque aussi à me lancer
il y a aussi le fait que j'ai quelques locos qui n'ont pas de prise NEM
dans ce cas, y'a-t-il des schémas de montage sur la notice présents avec le décodeur?
merci d'avance
LM89
Prolixe
 
Messages: 1622
Inscrit le: Mer 04 Mars 2009, 13:16
Âge: 31

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Lun 14 Nov 2011, 22:01 
LM89 a écrit:Bonjour
***/...
dans ce cas, y'a-t-il des schémas de montage sur la notice présents avec le décodeur?
merci d'avance

Oui, dans la plupart des notices, il est indiqué comment brancher le décodeur. Les notices, tu les trouves en général facilement sur le web du fabricant du décodeur.

De même que tu y trouveras aussi l'encombrement des décodeurs. Perso, j'ai posé les mêmes Hornby R8249 (petit pas cher) dans les Jacquemin Roco (ya peu de place) que dans le 66400 HJ.
CCAC Un club sympa
Avatar de l’utilisateur
alain355
Exubérant
 
Messages: 2848
Inscrit le: Dim 18 Sep 2005, 11:36
Localisation: RUEIL
Âge: 62
Echelle pratiquée: HO Europe & US
Prénom: Alain
Club: CCAC Conflans 78

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Lun 14 Nov 2011, 23:01 
ok
merci de ces infos alain355
LM89
Prolixe
 
Messages: 1622
Inscrit le: Mer 04 Mars 2009, 13:16
Âge: 31

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Mar 15 Nov 2011, 11:46 
Pour l'encombrement, tu n'as qu'à suivre la méthode que je dois donner plus haut. À savoir : Compulser les notices en ligne des différents décodeurs compatible au niveau puissance et fonctions avec ce que tu recherches. Et, à l'aide des dimensions annoncées, réaliser un petit paralèllepipède en bristol que tu pourras coller au double face à l'endroit que tu juges adéquat dans ta loco. Tu refermes ta loco, tu rouvres, et là, tu vois bien si ton "oeuvre" est écrasée ou pas !!! Si ton "bricolo" est intact, c'est que ça rentre !!!! Au passage des fils près, bien entendu !

NB : Dans les machines anciennes, il est parfois nécessaire de charcuter un peu l'intérieur comme dans cette 050TA Fleischmann http://ferromodelnumdcc.monsite-orange.fr/page4/index.html.
Je suis Jumbo
Avatar de l’utilisateur
PJRo
Zé cru voir un rominet!
 
Messages: 12409
Inscrit le: Lun 15 Août 2005, 17:45
Âge: 61
Prénom: Pascal
Club: AAATV-SPDC

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Mar 15 Nov 2011, 14:44 
LM89 a écrit:...de savoir quel décodeur peut aller dans telle ou telle machine suivant l'emplacement disponible et le type (8 ou 21 broches par exemple) et je ne pense pas qu'un décodeur pour 66000 sera le meme que pour une 9200 ou 7200 ou il y a un peu plus de place

Pour le 21 pôles (et aussi pour les nouveau Plux), pas de problème de dimension, le standard 21MTC prévoit l'interface électrique ET le dimension max, le constructeur doit réserver la place pour le décodeur. Sauf erreur toutes le décodeur 21 pôles sont compatible avec une machine prédisposé 21MTC.
Le problème se pose pour le 8 pôles, puisque le dimension ne sont pas standardisé et en plus il y a les câbles.
Chercher le dimension dans les notice disponibles en téléchargement.
Ciao, alpiliguri.
Avatar de l’utilisateur
alpiliguri
Loquace
 
Messages: 1185
Inscrit le: Mer 19 Nov 2008, 12:48
Localisation: Breil sur Roya
Âge: 48
Echelle pratiquée: H0

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Mar 15 Nov 2011, 20:03 
merci à tous pour vos explications
LM89
Prolixe
 
Messages: 1622
Inscrit le: Mer 04 Mars 2009, 13:16
Âge: 31

Re:

Publié: Jeu 24 Nov 2011, 22:41 
BARBUT a écrit:ce fil est intéressant et les expériences des uns et des autres peuvent nous guider dans nos choix. Pour ma part, j'ai fait qq expériences malheureuses (griller un ESU loksound à 130 € - de ma faute sans doute) Aujourd'hui, j'utilise essentiellement du LENZ (gold) qui est au top, et j'abandonne progressivement les décodeurs Lokpilot ESU basiques qui ont un fonctionnement bizarre (soubresauts juste avant l'arrêt) Peut-être que les moteurs Maxon à rotor sans fer n'aiment pas ces décodeurs. Avec les gold LENZ, tout est OK, et les locos ont les mêmes courbes d'accélération équipées de ce décodeur aussi bien en digital qu'en analogique. C'est top!!!



Pour resoudre le soubresaut a l'arret metre le cv inertie(voir doc cv 50 et quelque ) a valeur:1
probleme resolu sur mes 63000 et 66000 piko
bonsoir
Marco.inc
marco-inc
Causant
 
Messages: 217
Inscrit le: Ven 28 Août 2009, 22:43
Localisation: lyon
Club: trac 87 Chassieu

Re:

Publié: Jeu 24 Nov 2011, 22:42 
Por mes 66000 et 63000 piko j'utilise esu lok pilot V4 plus petit que lenz silver de plus les fils ont une section plus faible->il est plus facile de remonter le capot.
Pour les autres locos : bb26000 bb67000 bb 9200 et 16000 :lenz silver moins cher

Marc Inc
marco-inc
Causant
 
Messages: 217
Inscrit le: Ven 28 Août 2009, 22:43
Localisation: lyon
Club: trac 87 Chassieu

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Mar 29 Nov 2011, 11:51 
Pour ma part je suis parti sur la marque ESU pour plusieurs raisons :

- J'ai pris le temps de lire les notices et concepts de Lenz, Zimo, Esu et Uhlenborck mais ausisi de regarder le site de la NMRA relatif aux normes DCC (http://www.nmra.org/standards/DCC/).
- J'ai alors chois ESU car c'est la marque qui à mon sens offre le plus de possibilités pour l'affectation des touches aux fonctions auxiliaires (mapping). ZIMO aussi mais l'approche de programmation me semblait à l'époque beaucoup moins claire.
- ESU offre aussi des possibilités avancées sur le réglage des moteurs.
- ESU a très tôt adhéré au système RAILCOM (oujours utile au cas où..)
- Et j'ai investi dans le Lokprogrammer et le banc de tests de la même marque.

A ce jour je n'ai pas eu de suprises désagréables et j'ai grace au Lokprogrammer réussi à paramétrer les décodeurs ESU pour obtenir d'excellents ralentis même avec des moteurs JOUEF 3 pôles. En ce qui concerne les moteurs PIKO, ESU dans ses notices propose des réglages spécifiques qu'il "suffit" d'appliquer".

Ceci n'empêche pas que j'aie utilisé un ZIMO micro car à l'époque il avait 4 sorties auxiliaires contre deux pour le ESU Micro.
En ce qui concerne les ralentis et àcoups, il est très intéressant de paramétrer la CV (COnfiguration Variable) 29 pour utiliser les courbes de vitesse forunies par les fabricants de décodeurs
HA64
Papotier
 
Messages: 104
Inscrit le: Lun 27 Juin 2011, 16:27
Localisation: PAU
Âge: 57
Echelle pratiquée: HO & Z

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Jeu 01 Déc 2011, 05:50 
Bref après 3 ans de délibération je vois que chacun propose SON décodeur pour SA loco. En définitive la methode de choix d'un décodeur pour un type de loco je n'en vois guère. Chacun s'approvisionne selon son fournisseur le plus proche, ou selon ses préférence de marque. Mais surtout en fonction de la taille du décodeur pour le type de loco. Ce qui ne veut pas dire que ce soit le meilleur finalement.

Donc en définitive c'est chacun chez soi et pourvu que ça roule. Pour l'exemple j'ai un ami qui ne monte que du Trix sur ses locos. Normal, c'est la seule marque que peut lui fournir son revendeur :)

Bonne continuation à tous :)
letrainpassion.fr depuis 2002
Avatar de l’utilisateur
Altec
Loquace
 
Messages: 1056
Inscrit le: Mar 18 Sep 2007, 04:34
Localisation: Montbéliard, près de la Suisse
Âge: 72
Echelle pratiquée: O-HO-N

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Jeu 01 Déc 2011, 10:18 
Relis donc le premier post du fil, mon cher Murphy pardon Altec.
PJRo a écrit:Quoi qu'on en pense, en matière de décodeur, on a souvent besoin du haut de gamme.

Il me parait essentiel d'analyser d'abord le besoin. ensuite, on prend une décision en toute connaissance de cause.
Mais dire, je vais prendre un digitrax, (ou un lenz ou un esu ou un tartenpion) et ensuite choisir un peu au pif n'a pas forcément les résultats escomptés. Ce forum regorge de messages de gens qui disent après coup "J'ai un décodeur truc-bidule y marche pas bien, je n'arrive pas à régler l'adresse, je n'arrive pas à le monter dans ma machine car il n'y a pas assez de place, etc...).


Je m'explique par un exemple :

Matériel travaux = vitesse très lente, marche en UM (éventuellement) et train lourd, voire très lourd = régulation de charge efficace indispensable !
Matériel travaux = signalisation du convoi ou de la machine seule = décodeur 4 fonctions !

Le premier critère est la puissance nécessaire au modèle. Il faut mesurer la puissance absorbée par le modèle en butée sur un heurtoir (mesurer l'intensité consommée avec un multimètre. excellent exercice ! ), et en déduire la puissance nécessaire.
Attention toutefois aux petits décodeurs auquels on demande souvent trop en terme de puissance. En général, l'électronique de ces petits décodeurs accepte difficilement de travailler en continu à plus de 75% du nominal. L'achat d'un multimétre (il y en a à 15€ qui sont bien suffisants) est indispensable, ne serait-ce que pour vérifier qu'il n'y a pas de court-jus intempestif.

Ensuite, pour le choix du modèle et de la marque, faire des maquettes d'encombrement (parallèlépipédes en paper fort) des différents modèles de décodeurs compatibles des caractéristiques retenues et essayer de les loger dans le modèle.
Cette maquette d'encombrement en papier sert à vérifier qu'il n'y a pas de risque d'écrasement (ou simplement de "touchette" avec un chassis métallique).


Si après tout ça il en reste plusieurs, les critères suivants sont, en vrac :

- le prix,
- la facilité d'appros,
- la facilité d'exercice de la garantie,
- et... le pif !!!

J'ai essayé de proposer une méthode d'évaluation. elle est ce qu'elle est. Avec mon matériel, elle a toujours fonctionné.
Vous pouvez éventuellmeent ajouter d'autres critères qui vous seront personnels, il ne s'agit que des bases que j'estime minimum pour avoir le moins de déception possible. Par exemple, un autre critère possible, est le bon fonctionnement en analogique normalement disponible en standard mais pas forcément au top dans certaines marques, paraît-il.

Un décodeur ça coûte cher, et cela ne s'achète pas comme une paire de chaussettes en vpc à la Redoute.

De même, l'installation d'un décodeur est qquechose à prendre au sérieux surtout dans les modèles qui ne sont pas pré-équipés.
Par exemple, je n'ai jamais eu de pb suite au fait que les LENZ ne sont pas "emballés". Si nécessaire, j'en ai peint qq'uns en noir car sinon trop visibles depuis l'extérieur.
En revanche, il est clair et de bon sens qu'il vaut mieux "chiader" le câblage en branchant correctement les fils aux bons endroits plutôt que d'être obligé de tripoter la CV29 pour régler le bon sens de marche.

Si VDG avait la bonne idée de mettre ce fil en tête.... Merci d'avance.



N'est-ce d'ailleurs pas toi, mon cher Murphy pardon Altec (décidément je n'arrive pas à m'y faire) qui ne jurais que par Kuehn par ci, Kuehn par là, et même proposait d'en revendre à qui en voulait tellement c'étaient les meilleurs et les moins chers et tout et tout ? :diable:

Soyons sérieux : Dans ce fil, il y a beaucoup de bonne pistes, même si certains font des petites digressions. Il suffit de vouloir fouiller un peu et quand on aime, on fouille... :D :D :siffle:

Quand au choix dicté par la dispo chez le revendeur, et bien oui, ça peut être un critère aussi !!! :roll:
Je suis Jumbo
Avatar de l’utilisateur
PJRo
Zé cru voir un rominet!
 
Messages: 12409
Inscrit le: Lun 15 Août 2005, 17:45
Âge: 61
Prénom: Pascal
Club: AAATV-SPDC

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Jeu 01 Déc 2011, 15:48 
Altec a écrit:Ce qui ne veut pas dire que ce soit le meilleur finalement....
....c'est la seule marque que peut lui fournir son revendeur :)

"Meilleur" c'est quoi ? Pour moi c'est un paramétré, pour toi un autre...

Pour le revendeur, depuis mon PC j’achète dans tout les magasin d’Europe en quelque minutes, sans bouger de ma chaise...

Chacun choisi de décodeurs différentes selon se préférences et se besoin: c’était un peut prévisible du début....

Ciao, alpiliguri.
Avatar de l’utilisateur
alpiliguri
Loquace
 
Messages: 1185
Inscrit le: Mer 19 Nov 2008, 12:48
Localisation: Breil sur Roya
Âge: 48
Echelle pratiquée: H0

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Dim 18 Déc 2011, 21:48 
Le choix des décodeurs

J’ai relu récemment une grande partie du fil consacré au digital et j’ai constaté que certains s’enflammaient pour des marques, en stigmatisaient d’autres, achètent par habitude une marque. En fait comment choisissons-nous nos décodeurs ?
Alors tentons d’analyser le marché et nos besoins réels. Dans l’immédiat je vais me limiter aux décodeurs traction DCC pour les échelles HO, N et Z.

Préliminaire
L’essentiel des informations que je vais partager avec vous dans ce document provient des sites et documentations des fabricants de matériel digital. Beaucoup d’entre eux sont en langue anglaise ou allemande.

Avant de démarrer je souhaite donner de nouveau quelques définitions de termes ou acronymes qui reviendront dans ce texte.
• NMRA : National Model Railroad Association. La fédération américaine des modélistes ferroviaires. Organisme qui édite des RP (Recommended Procedures = recommandations) qui contribuent à la normalisation des fabrications américaines de modèles réduits ferroviaires. La NMRA collabore étroitement avec le MOROP européen et les fabricants européens de digital pour l’élaboration des RP (reprises comme NEM xxx par le MOROP). Une des RP fondamentales du digital est la RP 9.2.2 qui définit le contenu et le rôle des CV. La RP 9.1.1 décrit les types de prise et les couleurs des câbles.
• CV : Configuration Variable. C’est un emplacement dans la mémoire du décodeur auquel on assigne une valeur.
• Firmware : programme embarqué dans les circuits intégrés du décodeur. Il prend en compte les ordres venus de la centrale et agit, en tenant compte des valeurs positionnées dans les CV, sur le moteur et les sorties auxiliaires du décodeur.
• Prises Plux : les nouveaux types de connecteurs définis dans la RP 9.1.1. 3 types définis : 8, 16 et 22 avec l’avantage que la « 8 » mâle s’enfiche sur une «16 » ou une « 22 » femelle et que la « 16 » mâle s’enfiche dans une « 22 » femelle.

Les éléments de la réflexion

Un marché mature
Aujourd’hui de nombreuses marques se disputent le marché du DCC. L’annexe de la RP 9.2.2 de la NMRA recense environ 100 fournisseurs. Pour nous en Europe, les noms de LENZ, ESU, ZIMO, UHLENBROCK, ROCO sont désormais « standard ». Mais on peut aussi ajouter Digitrax, Bachmann, TCS (Train Control Sytsems), NCE pour le marché américain, CT-Tran, Doehler & Hass, Kuehn, Massoth, Ratenhaus, Tams, Viessmann pour le marché européen, peut-être moins connus.
Tous fournissent des décodeurs conformes à la RP 9.2.2. Certains vont y ajouter leur plus-value au travers de fonctions particulières ou de designs techniques innovants. Leurs gammes de prix sont assez proches et chez beaucoup d’entre eux on trouve des décodeurs pour le HO, le N et les grandes échelles (O, 1 et G), une gamme « basic » et une gamme « avancée », des versions avec les différentes prises normalisées ou juste avec les fils pour le câblage.

Le prix
Ce n’est pas un facteur négligeable.
Les gammes « basic » sont autour de 17 à 21€.
Les gammes « avancée » sont autour de 26 à 38€ selon la marque, le connecteur et les possibilités offertes.
Les prix que je vous donne sont des « prix publics constatés ». Les sites de vente sur Internet permettent de trouver certainement des prix meilleurs mais sans les conseils de spécialistes.

Les matériels moteurs pré équipés
Je passe sur les matériels déjà équipés du décodeur. Là il faudra avant tout lire la notice fournie.
L’achat va déjà être conditionné par le type de prise choisi par le constructeur. Il faut aussi regarder où se logera le décodeur et de quelle place on dispose. Jusqu’à présent c’était avant tout des prises à 8 (NEM652) ou 21 (MTC21) broches. Les prises Plux16 et Plux22 commencent à être utilisées. Ceci étant ces prises sont plutôt installées sur la gamme « avancée ». Aujourd’hui seul ESU, à ma connaissance, commercialise un décodeur « basic » avec prise MTC21.
En ce qui concerne les prises « Plux », ZIMO et ESU commercialisent désormais des produits avec ce type de connectique (ESU avec le V4.0 Plux12, ZIMO avec le MX630P16, ROCO avec les références 10880 et 10881, des Plux16 et 22 chez UHLENBROCK, Lenz avec le Silver Plux 12).
Les moteurs et le matériel moteur
Le type de moteur qui équipe une machine est important car il conditionne partiellement le type (et le prix…) du décodeur.
En Europe les moteurs Roco servent de référence lors de la conception pour les marques LENZ, ZIMO et ESU, fournisseurs qui équipent « en première monte » les matériels ROCO, TRIX, HAG, Fleischmann, Electrotren et d’autres marques. UHLENBROCK équipe PIKO. Donc, en principe, un matériel Roco équipé d’un décodeur LENZ, ESU, UHLENBROCK ou ZIMO ne réclame aucun réglage.
Il faut être attentif aux moteurs MAXON et FAULHABER (dit à aimant sans fer) car ils réclament des fréquences de base élevées (15 kHz au moins) et le réglage de la régulation dans le domaine de la Force Contre Electromotrice du moteur et de son inertie. Une fréquence de base élevée aidera pour les ralentis (ESU est désormais à 40kHz. Beaucoup de fabricants sont à 32kHz).
D’autres moteurs type MABUCHI peuvent aussi demander un peu de réglage pour obtenir un fonctionnement optimal (pas d’à-coups). Le recours aux courbes de vitesse peut apporter une solution : activation par le 5ème bit de CV29 et valeurs de courbes stockées en principe dans les CV66 à CV94 selon la RP 9.2.2. De plus en plus de décodeurs, mêmes basiques, disposent de cette possibilité.
Il faut aussi parfois effectuer des réglages de la FCEM sur des moteurs autres que MAXON et FAULHABER. A la lecture des documentations, les moteurs C-Sinus de TRIX/MÄRKLIN semblent être les plus délicats à régler et à prendre en charge par les décodeurs DCC. ESU, ZIMO, UHLENBROCK et LENZ ont des paragraphes relatifs à ce réglage de la FCEM dans leurs documentations respectives. Ces réglages permettent d’éviter des démarrages ou arrêts avec à-coups. En général ce type de possibilité de réglage n’est disponible que sur les décodeurs de gamme « avancée ».
De même on peut digitaliser des vieux moteurs 3 pôles (comme nos JOUEF) en ayant recours à ces possibilités avancées de régulation.
En rapide synthèse de ce point regarder si le décodeur que vous envisagez d’acheter dispose :
• De possibilités de réglage de la FCEM et autres paramètres de régulation du moteur.
• De l’utilisation de la courbe de vitesse.

Les sorties électriques et les prises de connexion
Le nombre minimal de sorties est de deux : lumière avant et lumière arrière. C’est le standard de base de la prise à 8 fiches (alias NEM652). Ce sont respectivement les fils blanc et jaune
Beaucoup de décodeurs offrent aussi une troisième sortie : le fil vert.
Pour être plus près de la réalité, on va par exemple vouloir :
• Allumer les fanaux rouges uniquement lorsque la machine est haut-le-pied.
• Allumer les cabines de conduite selon le sens de marche.
• Allumer l’intérieur du compartiment voyageur d’un autorail ou d’une automotrice.
Là, nos trois sorties vont être insuffisantes et au moins 4 sorties ou plus deviennent nécessaires au souhait (ou besoin) d’équipement que l’on veut réaliser.
Alors il faut s’orienter vers de décodeurs qui ont plus de sorties soit ceux avec des prises Plux 16, Plux 22 ou MTC21 (appelée à disparaître – cf. RP 9.2.2). En général ces décodeurs font alors partie des gammes « avancées ».
Une autre solution est de recourir à un décodeur de fonctions (budget de 15 à 20€) qui va apporter de possibilités supplémentaires. Ajout intéressant lorsqu’on veut gérer des éclairages de rames automotrices par exemple. Sur ce dernier point les prises MTC21 ou Plux apportent des sorties qui permettent cette gestion.
Les possibilités plus avancées
• L’adresse longue : elle est désormais standard dans pratiquement toutes les marques même dans les gammes basiques. Elle fait partie de la RP 9.2.2
• Le mapping des fonctions : c’est une possibilité en standard NMRA. Ensuite certains fabricants (ESU et ZIMO) ont apporté de gros plus en ayant recours aux CV laissées « libres pour les constructeurs » par la NMRA. Actuellement ESU et ZIMO me semblent les plus avancés dans ce domaine.
• RAILCOM : Intéressant pour renvoyer à la centrale l’adresse de la locomotive (et à terme d’autres informations) mais implique une contrainte : toute la chaîne digitale doit être « Railcom » (centrale, boosters et décodeurs,…). Les américains y ont peu adhéré, UHLENBROCK en RFA non plus. TCS, fabricant américain, l’a installé uniquement sur son décodeur dit européen avec prise MTC21. C’est un concept LENZ à l’origine. On peut pallier à un décodeur non Railcom en ajoutant un circuit LENZ ou TAMS qui réalise les fonctions Railcom d’envoi de l’adresse (+15€ environ). ESU, ZIMO, VIESSMANN supportent désormais ce protocole. ESU vient toutefois récemment de se retirer de ce projet mené par Lenz pour un désaccord relatif à la gestion du brevet par Lenz
• Maintenabilité : la possibilité de pouvoir mettre à jour le firmware du décodeur lorsque c’est nécessaire. Le but premier est de pouvoir appliquer les corrections des erreurs du programme interne et les décodeurs n’en sont pas exempts. C’est aussi intéressant car cela donne de la longévité au décodeur dans la mesure où on peut faire évoluer son programme interne. Mais, mais,… on devient prisonnier des équipements de la marque pour effectuer la mise à jour du dit programme. Ainsi :
o ESU a son Lokprogrammer
o ZIMO a son MXDECUP
o LENZ a son dispositif
o UHLENBROCK permet aussi la mise à jour des ses décodeurs. Je ne sais pas si il faut un dispositif particulier ou utiliser la centrale IntelliBox.
Compter environ 140€ pour chaque marque…C’est toutefois grâce à cette possibilité d’évolution que des décodeurs LENZ, ESU ou ZIMO peuvent accueillir désormais les fonctions Railcom et que les erreurs des firmwares sont corrigées.
Il y a certes le boitier SPROG II qui permet de travailler avec de nombreuses marques de décodeurs mais certaines marques tardent à rendre publics les protocoles d'accès à leurs décodeurs.
• Les attelages à commande digitale : un attelage des plus intéressants pour tous les amateurs de manœuvres. Aujourd’hui LENZ, ESU, ZIMO, CT TRAN et ROCO (ref 10745) supportent ces attelages digitaux. Bien lire la notice des décodeurs avant de mettre en œuvre. Sur le marché il n’y a en Europe que deux fournisseurs de ces types d’attelage : ROCO et KROIS. ROCO ne semble le diffuser aujourd’hui qu’au travers d’un ensemble 40140 qui comprend le décodeur spécialisé et une paire d’attelages (72€ prix public conseillé). Il faut compter de l’ordre de 40€ pour une paire d’attelages KROIS sans le décodeur.
La société allemande T4T a sorti un concept complet d'attelage découplables à distance. Superbe mais un investissement conséquent.
• L’interface LISSY. Développée par Uhlenbrock il s’agit d’un transpondeur avec un émetteur sur la loco (émission de l’adresse) et d’un récepteur que l’on installe entre les traverses. Cette interface permet de piloter des gares souterraines ou des systèmes de navette. Elle est apparue avant Railcom.
• L’interface SUSI (Serial user Standard Interface). Décrite par la NMRA, elle permet de connecter un bloc de sonorisation à des décodeurs « classiques ». LENZ, ZIMO et UHLENBOCK l’ont sur leurs décodeurs. ESU a choisi l’option de son décodeur LOKSOUND.

Les conseils et les informations.
Point Ô combien important avant de se décider. Où aller chercher conseil et information ?
• D’abord chez le détaillant local, celui qui sait conseiller, expliquer, fournir du SAV et a même un petit réseau de démonstration. Le bémol est que désormais ce type de commerçant se raréfie, remplacé par les boutiques sur Internet.
• Ensuite les sites des fabricants où l’on peut récupérer des informations, les dernières versions des manuels et guides d’installation (utile car les changements de versions sont parfois fréquents). ESU a ainsi décidé de ne plus fournir de guides d’utilisation avec ses boîtes de décodeurs mais demande au client d’aller les chercher sur son site web. La très grande majorité des sites est en anglais ou en allemand. Lenz a des pages en français mais moins complètes que les pages allemandes. Pour ZIMO il faut aller chez l’importateur CDF pour avoir des notices en français. Une remarque au sujet de la langue : ZIMO, LENZ et autres, n’étant pas des sociétés de droit français, ne sont pas tenues d’avoir des sites Web en français ni de fournir des documentations en français. Ce sont leurs importateurs pour la France qui y sont tenus.
• Les clubs, les copains ou l’entourage qui pratique le digital. Une autre solution qui permet de rencontrer l’autre et de partager sa passion. C’est selon son goût.
• Les stages : la FFMF en organise. Il est vrai que je ne me suis pas trop préoccupé de ce point, arrivant de part ma profession a bien me débrouiller dans la compréhension du fonctionnement et paramétrage de nos petites bêtes. A regarder de votre côté.
• Les revues : on peut certes les critiquer mais elles ont le mérite de souvent faire l’état des lieux du moment et de proposer des infos utiles. Les informations que je récupère sur les revues allemandes me semblent plus fournies et riches. Puissance du marché supérieure ou approche journalistique différente ? Je ne saurais dire. Leurs numéros hors-série sur le digital sont toujours une bonne source d’information.
• Les forums : sources d'enrichissements car nous y partageons nos expériences ... et nos déboires parfois.

Quelques conseils
Je ne détiens aucune vérité sur le choix d’un décodeur. Avec le recul que me procure mon expérience et mes lectures je me permets de vous proposer toutefois quelques grandes lignes :
• Eviter l’hétérogénéité des marques. Si elle permet d’accéder à des fonctions avancées innovantes de plusieurs marques, elle peut pénaliser lors de la programmation et de la mise à jour des firmwares par l’investissement dans plusieurs outils « propriétaires » des fabricants. Si on a déjà une centrale il peut être plus judicieux de continuer avec la même marque pour les décodeurs ; du moins pour les centrales de qualité comme on trouve chez LENZ, ZIMO, UHLENBROCK, VIESMANN ou ESU.
Dans mon cas personnel j’ai choisi ESU pour des possibilités avancées dans le domaine du mapping et le fait qu’au club nous avons un Lokprogrammer. Les trois décodeurs « hétérogènes » que j’ai sont un ZIMO Micro avec 4 sorties (alors que le modèle ESU micro n’en a que deux) et deux BACHMANN qui équipent d’origine des machines américaines (à priori d’ailleurs un ESU fabriqué pour BACHMANN) - A ce sujet les Bachmann sont tout à fait suffisant pour éclaire la machine et disposer d'une courbe de vitesse - Ainsi a l’APPAR (club de Pau) ce sont sont essentiellement des Lenz et des ESU que l'on trouve sur le matériel des membres du club.
• Même si on vient de se faire plaisir avec une centrale flambant neuve, réfléchir au type d’exploitation et d’utilisation que l’on va avoir avec ses décodeurs.
Allumer les feux et fanaux de la machine et faire circuler quelques trains sur son circuit en marche à vue. Des décodeurs de type basique peuvent bien souvent suffire.
Avoir une exploitation importante (ou aller sur un grand réseau de club) et utiliser des fonctions avancées. Alors les décodeurs de type avancé sont nécessaires.
• En tout cas bien réfléchir avant de démarrer, ne pas hésiter à se renseigner et à lire de la documentation. Le système DCC devient mature mais c’est un peu encore la jungle dans certains domaines car des points techniques ne sont pas encore normalisés ou à défaut unifiés autour de standards. Exemple : Railcom versus Lissy, bus de transmission de données (actuellement il y a au moins Xpressnet, Loconet, le bus CAN)
• Garder à l’esprit que l’investissement dans le digital n’est pas neutre financièrement (10 à 20% de surcoût d’une machine) et que des décodeurs sont des équipements que l’on ne souhaite pas considérer comme du « jetable ». Dans mon « hétérogénéité », j’ai aussi un vieux LENZ LE150 qui fonctionne encore très bien. Haut de gamme autrefois il correspond maintenant à un ESU basic mais est toujours opérationnel avec 28 crans… mais il ne sera jamais RailCom de base et ne disposera pas de la courbe de vitesse. Mais pour un petit locotracteur ou une simple machine de route avec des feux à allumer, il peut s’avérer largement suffisant.

Conclusion
Je n’ai pas de recette miracle pour vous guider dans votre choix. J’ai essayé de vous donner des éléments de réflexion pour bien affiner votre besoin.
Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises marques. Des différences de conception ou de qualité existent (même ZIMO, ESU ou LENZ ont des problèmes) mais votre satisfaction viendra avant tout de l’adéquation entre le produit acheté et les besoins que vous aviez à l’origine.
Alors prenez le temps de réfléchir à vos besoins, de bien vous renseigner et choisir et bon digital !

Annexe bibliographique « numérique »
Les sites web que j’ai consultés
http://www.esu.eu
http://www.kuehn-digital.de/
http://www.krois-modell.at/
http://www.digital-plus.de/
http://www.tams-online.de/
http://www.uhlenbrock.de/
http://www.zimo.at/
http://www.ncedcc.com/
http://www.digitrax.com/
http://www.tran.at/
http://www.tcsdcc.com/
http://www.modelrec.com/train-controls/index.asp (MRC)
http://www.viessmann-modell.com/
http://www.tec4trains.de/ (site de T4T)
Le site DCC de la NMRA
http://www.nmra.org/standards/DCC/
et du MOROP (en français)
http://www.morop.eu/
et une pépite mais… en allemand
http://www.opendcc.org/
[b]
HA64
Papotier
 
Messages: 104
Inscrit le: Lun 27 Juin 2011, 16:27
Localisation: PAU
Âge: 57
Echelle pratiquée: HO & Z

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Dim 18 Déc 2011, 22:52 
Très belle compilation tout à fait théorique ... mais d'un manque de pragmatisme criant à mes yeux.

Personnellement, lors de l'achat d'un décodeur, je sais que dans une certaine gamme de prix, je vais trouver tous les gadgets possibles et imaginables de réglages de CV, courbes de vitesse, mapping de fonctions etc... avec quelques variantes de manipulations selon la marque choisie tant que ces manips ne seront pas normalisées.

Dans les conseils donnés aux futurs acheteurs dans cette compilation, je rajouterais, à l'encre rouge, un élément qui en est complètement absent: "avant l'achat d'un décodeur, lisez la première page de la notice trouvée sur le net, en n'importe quelle langue, pour vous assurer que le bestiau entre dans la loco à laquelle il est destiné".

Même si toutes les marques ont fait de réels progrès de miniaturisation, un tel conseil éviterait de grosses déceptions à pas mal d'acheteurs.

Ce n'est que mon avis bien sûr.

Jean
RRTC Betatesteur
Avatar de l’utilisateur
Jean_01
Intarissable !
 
Messages: 4691
Inscrit le: Ven 12 Août 2005, 21:48
Localisation: France - Annecy-Le-Vieux

Re: Choix d'un décodeur : Compilation et méthode

Publié: Lun 19 Déc 2011, 00:04 
La taille est effectivement un facteur non négligeable dans le choix. Surtout pour les machines comme les locotracteurs où il faut parfois avoir recours aux versions "micro" destinées plutôt à l'échelle N ou Z.

Il est vrai aussi que avec certaines 9200 ou 9300 ROCO celà se joue quasiment au millimètre près.
HA64
Papotier
 
Messages: 104
Inscrit le: Lun 27 Juin 2011, 16:27
Localisation: PAU
Âge: 57
Echelle pratiquée: HO & Z

PrécédentSuivant

Retour vers Numérique & Digital

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invité(s)