Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Retrouvez ici les discussions passionnées sur les anciens numéros de la revue !

Modérateur: MOD

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Dim 23 Juin 2013, 23:03 
jmruf a écrit:Bonjour,
Rapporté de chez mon marchand de journaux cet après midi. Passionnant comme d'habitude. Pas trouvé de différences sensibles avec la formule précédente que je trouvais déjà très bien! :applause:
Je ne me suis pas laissé séduire par la 030 TU HJ; je me réserve pour la Pacifique REE.
Par contre j'ai craqué pour la CC 6522 Roco :coeur2:
Je ne me souviens pas avoir vu un Portrait du Rail ou un article dédié dans Ferrovissimo. Merci me dire si qq chose est déjà paru...ou prévu ultérieurement.


:D Les CC 6500 ont été traitées dans un hors série Correspondances dont quelques exemplaires sont encore disponibles. Nous avons prévu la parution d'une nouvelle étude prochainement.
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2612
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 14:43

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Dim 23 Juin 2013, 23:19 
D.Vauvillier a écrit:Me tromperai-je ? D'éminents spécialistes m'avaient expliqué que les engins moteurs diesel-électriques se déclinaient au masculin.
Alors sur la ligne 4, nous saluons les CC 72000 en reines ou en rois ?


:D UNE locomotive diesel s'écrit au féminin partout : dans la presse comme dans l'édition ou dans les documents de la SNCF et des autres acteurs du monde ferroviaire.

C'est dans le langage "parlé" que l'on prononce UN 72000, UN DIESEL et que la traction thermique est effectivement traitée au masculin, par opposition à la traction électrique qui reste au féminin (une CC 6500, une Z 5300).

Les raisons sont connues et ont déjà été indiquées dans Ferrovissime. Elles remontent au temps où la téléphonie et les liaisons radio étaient peu fiables, sans parler des hauts parleurs employés dans les triages et les dépôts. UN diesel et UNE électrique étaient un bon moyen de faire la différence et d'éviter, par exemple, d'envoyer une locomotive électrique sur une voie sans caténaire ou de rentrer un diesel sur une voie de visite de toiture !

Beaucoup d'autres exemples de ce type existaient au chemin de fer. On disait aussi "LA RA" pour le régime accéléré et "LE RO" pour le régime ordinaire.

Chaque triage utilisait des moyens pour différencier ses voies avec un surnom ou une astuce ajoutés au numéro. Le son "UN" était peu audible, il fallait se méfier à ne pas confondre la voie 7 et la voie 16 (au triage de Trappes , la voie 7 était la voie "c'est épatant" en 1971!).

Pour conclure avec l'article paru dans Ferrovissime sur les CC 72000 sur la ligne 4, l'auteur, Y Voces-Olego, a été mécano puis Cadre Transport Traction. Son article est rédigé ; il ne s'agit pas d'une interview ou d'un récit parlé. L'emploi du féminin pour désigner les 72000 est donc indiscutable.
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2612
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 14:43

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Dim 23 Juin 2013, 23:25 
carré-14 a écrit:Légende ou vérité (à peine) exagérée ?

L'édition de septembre 2013 sera la bienvenue, notamment pour les archives du Naix à Güe qui nous en dirons, je l'espère un peu plus.

En 1958, à la cueillette des mûres,j'ai découvert une voie à écartement classique au sud du finage de Ligny, en pleine forêt.
Dans mon village,ce soir d'été, sur le banc,je fis part de ma découverte. Alors,on me raconta bien des histoires sur le tacot qui desservait Montiers: Il peinait tellement pour s'échapper de la vallée de l'Ornain, que certains voyageurs marchaient à pied dans la rampe et cueillaient selon la saison,du muguet, des coucous ... ou ramassaient des escargots. Tandis que d'autres, plus costauds seraient allés jusqu'à pousser le convoi qui patinait sur les feuilles mortes à l'automne...

Soudain, une narratrice plus pondérée, qui l'avait emprunté dans sa jeunesse émit un avis dissident positif : " Ne critiquez pas si facilement, au lieu de 20 Km à pied, on en gagnait 10".


:D Si j'en crois plusieurs courriels déjà reçus sur le même sujet, le réseau Guë-Menaucourt intéresse bon nombre de lecteurs. Il sera présenté avec des photographies toutes en couleurs dans le numéro de septembre de Ferrovissime. Mais comme cette vague d'enthousiasme fait plaisir à voir, je vous donne rendez-vous dans le courant de l'été sur le blog http://blog.ferrovissime.com/ qui vous présentera, en avant première, quelques vues complémentaires en noir et blanc de cet étonnant réseau à voie normal, ancêtre des opérateurs fret de proximité.
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2612
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 14:43

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Lun 24 Juin 2013, 20:36 
JH LAVIE a écrit:
jmruf a écrit:Bonjour,
:D Les CC 6500 ont été traitées dans un hors série Correspondances dont quelques exemplaires sont encore disponibles. Nous avons prévu la parution d'une nouvelle étude prochainement.


Bonjour,
Merci pour cette réponse. J'ai recherché dans mes Correspondances Ferroviaires. Les bons de cde.rapide mentionnent le HSC1 "Les CC 6500, reines de la traction moderne" que je n'ai pas. Je pense donc le commander à l'aide d'une copie du bon de cde. rapide, au prix marqué de 10 € + 3.50 € forfait expédition.
Epoq.III pr le fun sinon TGV
jmruf
Causant
 
Messages: 281
Inscrit le: Dim 30 Mai 2010, 17:46
Localisation: Saint-Quentin02
Âge: 70

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mar 25 Juin 2013, 08:58 
Bonjour.

Pas trouvé une grande différence avec les numéros précédents.
En tous cas je trouve les titres d'articles alléchants, mais les articles relativement vides,même pas une page compléte de rédactionnel sur les BV asymétriques de l'Est,même pas une photo de tout les types...

Je regrette, l'époque du "Ferrovissime" à couverture blanche, je prends par hasard le premier qui me tombe sous la main:
Le numéro 28, 96 pages en tout dont 32 de dossier Ferrovissimo.
le numéro 62 82 pages soit 14 pages en moins.
Bien sûr en positif le prix n'a pas changé,enfin si l'on peut dire vu le nombre de pages en moins.
Moi et cela n'engage que moi, je serai d'accord à une petite augmentation de prix pour retrouver la qualité des débuts.
Ou alors moins de sujets par numéro mais plus complets.
Le TGV à tué le rêve...
Avatar de l’utilisateur
Alboss
Loquace
 
Messages: 1012
Inscrit le: Sam 19 Août 2006, 09:28
Localisation: Ile de France (78)
Âge: 61
Echelle pratiquée: HO - Epoque III Est
Prénom: Alain
Club: Privé

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mar 25 Juin 2013, 15:03 
Finalement j'ai recherché dans toutes mes anciennes revues et j'ai retrouvé tous les hors séries Correspondances. Heureusement car si on regarde le bon de cde. de Ferrovissime le HSC1 est bel et bien épuisé.
Epoq.III pr le fun sinon TGV
jmruf
Causant
 
Messages: 281
Inscrit le: Dim 30 Mai 2010, 17:46
Localisation: Saint-Quentin02
Âge: 70

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mar 25 Juin 2013, 20:46 
Je viens de lire l'article sur la libération et la soudure ,bien expliqué.
Apparemment, c'est un paradoxe d'attendre que le rail se refroidisse et se rétracte pour ensuite l'étirer.
Pour une compréhension encore meilleure, je souhaite savoir si l'on utilise une température nominale, selon les lieux, évitant les cassures en hiver et les déformations en été.
Carré-14
Exubérant
 
Messages: 2960
Inscrit le: Mer 08 Août 2012, 15:30

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mar 25 Juin 2013, 21:10 
Où se situerait cette gare d' Attigny ? Dans la Marne (c.f. p. 60 du n°62)! Elle ressemble à certaines gares des Ardennes.
Carré-14
Exubérant
 
Messages: 2960
Inscrit le: Mer 08 Août 2012, 15:30

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mar 25 Juin 2013, 21:43 
Pour moi, Attigny est dans les Ardennes, à 9,9 km d'Amagne, sur la ligne de Challerange.

Y aurait-il un autre Attigny ? J'en doute quand même un peu ...
Maître Yoda / BB 15000 addict
Thierry PORCHER
Le retour du Jedi
 
Messages: 13924
Inscrit le: Dim 06 Avr 2008, 15:21
Localisation: Strasbourg
Âge: 69

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mer 26 Juin 2013, 12:56 
La BB 9321 présentée en photo en gare de Brive page 33 serait-elle un prototype pour permettre une circulation outre Manche ?
:siffle:
Avatar de l’utilisateur
BB 9282
Démonstratif
 
Messages: 1512
Inscrit le: Mar 15 Juil 2008, 13:31
Localisation: PK 520 de la ligne Paris Toulouse
Âge: 65

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mer 26 Juin 2013, 13:05 
Bonne question ! L'original ne me donnait pas du tout cette impression ...
Maître Yoda / BB 15000 addict
Thierry PORCHER
Le retour du Jedi
 
Messages: 13924
Inscrit le: Dim 06 Avr 2008, 15:21
Localisation: Strasbourg
Âge: 69

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mer 26 Juin 2013, 14:48 
BB 9282 a écrit:La BB 9321 présentée en photo en gare de Brive page 33 serait-elle un prototype pour permettre une circulation outre Manche ?
:siffle:


:D Acceptez toutes nos excuses. Ce défaut provient d'un problème technique lorsque cette diapo est passée en photogravure.
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2612
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 14:43

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mer 26 Juin 2013, 14:51 
carré-14 a écrit:Je viens de lire l'article sur la libération et la soudure ,bien expliqué.
Apparemment, c'est un paradoxe d'attendre que le rail se refroidisse et se rétracte pour ensuite l'étirer.
Pour une compréhension encore meilleure, je souhaite savoir si l'on utilise une température nominale, selon les lieux, évitant les cassures en hiver et les déformations en été.


Pour vous répondre avec précision, je ne peux mieux faire que de reprendre ce texte de notre ami Thierry Porcher :

Le but de la libération est d'avoir des contraintes nulles dans le rail à une température moyenne, de l'ordre de 20° ou 25°, je crois : n'oublions pas que la température du rail ne descend pas beaucoup en-dessous de la température de l'air, mais qu'elle peut monter bien au-dessus, par exemple dans une tranchée au soleil. Ainsi, en Bretagne, on peut tabler sur un mini à - 15° et sur un maxi à 65° : moyenne 25°.
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2612
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 14:43

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Mer 26 Juin 2013, 22:40 
JH LAVIE a écrit:
D.Vauvillier a écrit:Me tromperai-je ? D'éminents spécialistes m'avaient expliqué que les engins moteurs diesel-électriques se déclinaient au masculin.
Alors sur la ligne 4, nous saluons les CC 72000 en reines ou en rois ?


:D UNE locomotive diesel s'écrit au féminin partout : dans la presse comme dans l'édition ou dans les documents de la SNCF et des autres acteurs du monde ferroviaire.

C'est dans le langage "parlé" que l'on prononce UN 72000, UN DIESEL et que la traction thermique est effectivement traitée au masculin, par opposition à la traction électrique qui reste au féminin (une CC 6500, une Z 5300).

Les raisons sont connues et ont déjà été indiquées dans Ferrovissime. Elles remontent au temps où la téléphonie et les liaisons radio étaient peu fiables, sans parler des hauts parleurs employés dans les triages et les dépôts. UN diesel et UNE électrique étaient un bon moyen de faire la différence et d'éviter, par exemple, d'envoyer une locomotive électrique sur une voie sans caténaire ou de rentrer un diesel sur une voie de visite de toiture !

Beaucoup d'autres exemples de ce type existaient au chemin de fer. On disait aussi "LA RA" pour le régime accéléré et "LE RO" pour le régime ordinaire.

Chaque triage utilisait des moyens pour différencier ses voies avec un surnom ou une astuce ajoutés au numéro. Le son "UN" était peu audible, il fallait se méfier à ne pas confondre la voie 7 et la voie 16 (au triage de Trappes , la voie 7 était la voie "c'est épatant" en 1971!).

Pour conclure avec l'article paru dans Ferrovissime sur les CC 72000 sur la ligne 4, l'auteur, Y Voces-Olego, a été mécano puis Cadre Transport Traction. Son article est rédigé ; il ne s'agit pas d'une interview ou d'un récit parlé. L'emploi du féminin pour désigner les 72000 est donc indiscutable.


Comme quoi le langage parlé était particulier chez les cheminots :coeur1:
Mais finalement que ce soit "un" Picasso, "un" 72000, "un "7100, "un" 63000
"un" yoyo ... "une" 26000 où" une " 141R ....ce sera toujours "une" locomotive...

Et la voie 13 était féminine aussi :shock:
BB 67458
 
Messages: 14
Inscrit le: Sam 01 Juin 2013, 13:56

Re: Au sommaire de Ferrovissime 62 / Juillet-Août 2013

Publié: Sam 29 Juin 2013, 20:23 
Bonsoir!

Je viens rectifier une erreur qui s'est glissée dans le portrait des 9300; aucune 16000 n'est jamais sortie d'usine avec un pupitre unifié. Ce n'est qu'à l'occasion des transformations de 14 d’entre-elles en 16101 à 114 avec réversibilité par multiplexage, qu'un pupitre unifié a été installé.

Cordialement
TCHOU62
Avatar de l’utilisateur
Tchou62
Éloquent
 
Messages: 319
Inscrit le: Ven 20 Avr 2007, 19:48
Localisation: LE HAVRE

PrécédentSuivant

Retour vers La Revue

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)