Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Retrouvez ici les discussions passionnées sur les anciens numéros de la revue !

Modérateur: MOD

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Mer 01 Sep 2010, 14:10 
Car le nombre de pages est proportionnel aux exemplaires de la série de loco?
Le numéro sur les corails auraient du s'étendre sur 10 numéros? :mrgreen: :clown:
Chasseur de pdf
Avatar de l’utilisateur
SBR
.
 
Messages: 3458
Inscrit le: Lun 28 Nov 2005, 10:17
Echelle pratiquée: HO IV/V/VI

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Mer 01 Sep 2010, 14:12 
PJRo a écrit:Et c'est pas fini (Ça devient même une habitude :mrgreen: ) la saga 21000 continue sur le n° suivant ! :mrgreen: :ange: C'est pas mal, pour une série de seulement 4 machines ??? Non ??? :gne: :ange: :ange:

:D Qu'est-ce qui devient une habitude ? De traiter les dossiers Ferrovissimo sur sur deux numéros ? Eh bien c'est comme ça - sauf rare exception traitant de sous-séries ou d'engins très actuels - depuis le numéro 1. Donc ce n'est pas à proprement parler une habitude, mais la règle habituelle.
Il est vrai que la série CC 21000 n'a compté que 4 machines mais subdivisée en 2 sous-séries. Pour certains amateurs, ce sont des locomotives mythiques. Mais je peux comprendre que toutes ces locomotives des années 1950 / 1960 / 1970 soient considérées comme bien trop modernes par les amateurs de chemins de fer anciens et, en même temps, soient rejetées par les amateurs de trains actuels qui les jugent bien trop vieilles - les CC 21000 ayant plus de 40 ans !

En suivant ce raisonnement, il faudrait éviter de parler des BB 9200 et toutes les MTE, des 6500, les 72000, les danseuses, les 66000 67000, 68000 , 72000, Picasso et tous les autorails unifiés etc etc. :clown:
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2658
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 13:43

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Mer 01 Sep 2010, 14:24 
Que non pas !!! Mais je suis assez frustré de ne pas toujours retrouver, dans les Ferrovissimos, les informations de détail ( en particulier graphiques) que mon âme de modéliste aimerait y trouver à l'instar de ce que l'on trouve dans les monographies sur l'aéronautique, par exemple. Il faut parfois fouiller dans tous le texte pour trouver ne srait-ce que la date de mise en service du premier exemplaire de série ! C'est un comble. Peu de détails techniques visuels (toujours le besoin du modéliste)... Etc...

En espèrant avoir fait une vraie critique, c'est à dire constructive...

Même si le propos parait acerbe, il ne l'est pas dans l'esprit, c'est surtout le reflet d'une frustration.
:oops: :oops:
Dernière édition par PJRo le Jeu 02 Sep 2010, 07:35, édité 1 fois au total.
Je suis Jumbo
Avatar de l’utilisateur
PJRo
Zé cru voir un rominet!
 
Messages: 13475
Inscrit le: Lun 15 Août 2005, 16:45
Âge: 62
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Pascal
Club: AAATV-SPDC

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Mer 01 Sep 2010, 14:30 
OK, bien compris et merci pour votre contribution.
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2658
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 13:43

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Mer 01 Sep 2010, 20:36 
j'ai bien apprécié ce numéro ,pour sa partie "vapeur " bien sûr (on ne se refait pas ,mais aussi pour le reste ,les 21000 et-ou 6500 qui sont vraiment de fort belles et bonnes locos que lorsque je travaillais à melun je voyais depuis mon bureau en tête du mistral....
l'article sur l'aérodynamisme est fot intéressant sur le plan historique et technique ,bien que j'avoue sans honte préférer une "joconde" en état d'origine plutôt qu'affublée d'un "morceau en forme de poire" comme sur la photo de couverture .En plus,incohérence et anachronisme totaux,ce "morceau" porte en son milieu un bon vieux fanal à pétrole qui est là totalement incongru .On attendrait,sur une machine que l'on voulait "dans le vent",des fanaux électriques .
J'ai été ému par la photo de la 231G 121 en fin de carrière prise à Périgueux .
C'est en effet la machine sur laquelle avait travaillé le regretté Jacques Tonnaire ,alors jeune chauffeur,avec le mécanicien Chapuis .ILs figurent,à l'avant de la machine décorée et aux tampons polis, sur deux clichés pris en 1937 avant un train présidentiel,dans le livre "les pacific plm" et J Tonnaire raconte l'épisode dans son très vivant livre "la vapeur"
amicalement
jean louis marquis
marquis
Fécond
 
Messages: 684
Inscrit le: Dim 10 Déc 2006, 13:14
Localisation: 47 villereal
Âge: 73

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Mer 01 Sep 2010, 21:02 
Ravi que l'article sur l'aérodynamique vous ait plu. Le but était de montrer que, pour résoudre les problèmes de la pénétration dans l'air, les contraintes d'hier sont fondamentalement les mêmes que celles d'aujourd'hui - accentuées, toutefois, par des vitesses infiniment plus élevées et une recherche plus poussées pour limiter la consommation d'énergie. Tout à fait entre nous, je dois vous dire que je ne peux voir l'AGV sans que son esthétique me rappelle un autorail TAR de 1934. QUant aux voitures Saucisson, les ingénieurs d'Aytrée avaient vraiment "phosphoré" pour dessiner des véhicules pareils, ressemblant à rien de connu précédemment. Comme quoi il y a toujours eu des trains révolutionnaires - mais il est vrai que ce ne sont pas souvent les préférés des ferroviphiles plutôt portés vers des formes plus classiques

Grand merci de nous donner votre avis. Dans le prochain numéro, vous reverrez des locomotives à vapeur carénées également dans une situation incongrue : les 5-221 B ex-train aéro. PLM, réutilisées après guerre à Besançon, comme l'ont raconté des retraités à Eric Seibel. Quatre photos inédites pour des machines réutilisées pour palier aux manques de machines de l'après guerre. Cet article aura d'ailleurs peut-être une suite, mais nous ne pouvons pas vous en dire plus actuellement. Et pour ceux qui préfèrent les machines non carénées, il y a aussi un article sur l'ultime 1-241 A, engagée dans une drôle d'histoire qui finit malheureusement mal pour elle et... pour nous, amateurs !

Outre ces deux "vapeur", nous vous avons aussi dévoilé un projet concernant les X 44000 De Dietrich. L'article d'octobre sera suivi, en novembre, par un voyage entre cheminots.
QUant aux voitures et wagons, le numéro d'octobre ne devrait pas décevoir avec d'étonnants petits ambulants postaux roulant entre Nice et Vintimille et les tout aussi étonnants tombereaux de la fonderie de FUmel, nés en 1919 et portant fièrement leurs numéro UIC reçus dans les années 1960.
JH LAVIE
Dingue d'autorails
 
Messages: 2658
Inscrit le: Jeu 08 Sep 2005, 13:43

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Mer 01 Sep 2010, 21:15 
JH LAVIE a écrit:... il faudrait éviter de parler des BB 9200 et toutes les MTE, des 6500, les 72000, les danseuses, les 66000 67000, 68000 , 72000, Picasso et tous les autorails unifiés etc etc. :clown:


Ah ben que ... non :!: :mrgreen: :mrgreen:
SNCF, RFF, RFN, EF, Réseau ...
Avatar de l’utilisateur
Didi79
Photographe de gares
 
Messages: 10244
Inscrit le: Lun 01 Mai 2006, 14:54
Localisation: Ouest-Etat-PO
Âge: 50
Prénom: Didier

Re: AU SOMMAIRE DE FERROVISSIME n°30

Publié: Dim 12 Sep 2010, 19:13 
Lecture finie ! :mrgreen: en ayant commencé par la fin pour finir en beauté avec la vapeur ! :mrgreen:
Page 8, photo du bas : très intéressant de voir la rame en arrière-plan, il me semble que les photos de ce matériel d'origine britannique en état d'origine (avant la transformation en tombereau à ballast) sont assez rares, dommage qu'on ne puisse voir ces wagons en plus gros plan ! :?
Pascal
Avatar de l’utilisateur
Pascal_pmidi
Plâtrier du forum
 
Messages: 11990
Inscrit le: Sam 22 Sep 2007, 13:35
Localisation: France-Meuse
Âge: 51

Précédent

Retour vers La Revue

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : RACINE Ph et 1 invité