Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Modeles ferroviaire n°10

Retrouvez ici les discussions passionnées sur les anciens numéros de la revue !

Modérateur: MOD

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 10:15 
Merci.
Expliqué comme ça, je comprends mieux :oops:
Il suffit par exemple d'intercaler une pièce plastique entre le châssis et la fixation des contacts qui appuient sur la jante?
Pas de risque que le jeu latéral des roues mette en contact jante et châssis?
Philippe

Executive Vice President FARNSBOROUGH Inc.
Senior Advisor to the Lobster, Oysters & Lumber RR
Head Chef for Farnsborough Cattering Corp.
Avatar de l’utilisateur
Wagon Restaurant
Docteur es palets
 
Messages: 108
Inscrit le: Lun 20 Fév 2006, 17:35
Localisation: Le Bono
Âge: 59

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 10:33 
Wagon Restaurant a écrit:Il suffit par exemple d'intercaler une pièce plastique entre le châssis et la fixation des contacts qui appuient sur la jante?

Tout à fait, plusieurs solutions existent:
- canon plastique (Rilsan par exemple) pour un kit qui comprendrait un palpeur par piston plongeur, ce qui existe en pièces détachées,
- morceau de circuit imprimé qui sera plus simple pour l'amateur car on peut y souder directement un fil de bronze beryllium (chrysocale) mis en forme et qui appuiera sur la jante.
Wagon Restaurant a écrit:Pas de risque que le jeu latéral des roues mette en contact jante et châssis?

Je prends l'exemple de l'isolation à la jante que je connais mieux (pour l'isolation au moyeu, voir avec PPLM au besoin).
La roue possède souvent un épaulement qui déborde du bandage et vient en contact avec le palier en fin de course du jeu latéral, ce qui fait que le bandage ne touche pas le longeron - sinon, il faut intercaler une rondelle de l'épaisseur qui assurera cette absence de contact.
CHat ou rien
Avatar de l’utilisateur
CHat roule
Kits en stock
 
Messages: 4959
Inscrit le: Ven 03 Fév 2006, 10:17
Localisation: Sonceboz Suisse
Echelle pratiquée: HO ep I-III
Prénom: Eric

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 10:37 
Précis, concis, didactique, bref, que demander de plus?
Même moi j'ai tout compris.:P :P :P
Un grand merci.
Philippe

Executive Vice President FARNSBOROUGH Inc.
Senior Advisor to the Lobster, Oysters & Lumber RR
Head Chef for Farnsborough Cattering Corp.
Avatar de l’utilisateur
Wagon Restaurant
Docteur es palets
 
Messages: 108
Inscrit le: Lun 20 Fév 2006, 17:35
Localisation: Le Bono
Âge: 59

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 10:56 
Wagon Restaurant a écrit:Précis, concis, didactique, bref, que demander de plus?
Même moi j'ai tout compris.:P :P :P
Un grand merci.

De rien... mais pour être tout à fait didactique il faut aller un peu plus loin.
Si tu fais ton propre châssis, ta conception peut partir des roues dont tu disposes et déterminer la cote extérieure des longerons par l'épaisseur de ces rondelles éventuelles, le débordement des paliers et le jeu latéral nécessaire à l'inscription en courbe désirée.
Enfin, éviter l'écueil classique du court-circuit créé par des contacts intempestifs des sabots de frein avec la jante par exemple, ou l'embiellage lors des passages en courbe!
Pour ce dernier point l'embiellage doit donc être suffisamment éloigné du plan externe de la jante pour le pire des cas.
Et surtout renvoyer l'ascenseur en passant les photos de ta construction! :wink:
CHat ou rien
Avatar de l’utilisateur
CHat roule
Kits en stock
 
Messages: 4959
Inscrit le: Ven 03 Fév 2006, 10:17
Localisation: Sonceboz Suisse
Echelle pratiquée: HO ep I-III
Prénom: Eric

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 16:25 
Et pourquoi personne n'utilise la technique, très prisée des anglais, des châssis à deux longerons isolés (flasques laiton entretoisés par des pièces en C.I. avec isolation centrale) avec des "split axles" pour les essieux ? Plus besoin d'isolation à la jante ou au moyeu, prise de courant sans aucun palpeur, pas de courts circuits avec les sabots de frein qu'on peut coller au plus près des roues.
PS : le "split axle" est un axe constitué de deux demi axes en acier emmanchés dans un tube en matière isolante, ou par emmanchements concentriques avec isolation.
Avatar de l’utilisateur
SuperGG
Kit & cat
 
Messages: 6839
Inscrit le: Dim 12 Fév 2006, 21:13
Localisation: NORD
Âge: 69
Echelle pratiquée: Z

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 16:39 
ORION-PROTO87 a écrit:
jossebe2000 a écrit:Bonjour
recus ce jour

juste une remarque, j'aurais aimé et je pense que je ne suis pas le seul que l'article sur la réalisation de la 030 "BOËR" soit plus fournit en plan éclaté pour la construction

encore merci pour ce beau N°


Va voir les planches d'éclatés sur mon fil et construit une 231G du PLM. :wink:
Et si tu en trouves d'autres du même genre, t'es pas obligé de les garder pour toi tout seul. :ange3:


A quelle page DAN ? :siffle: (cela serait vraiment gentil :coeur2: )
Merci
Le Belge
Avatar de l’utilisateur
Le Belge
Ingénieur des ponts
 
Messages: 3531
Inscrit le: Dim 26 Nov 2006, 10:04

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 19:50 
SuperGG a écrit:Et pourquoi personne n'utilise la technique, très prisée des anglais, des châssis à deux longerons isolés (flasques laiton entretoisés par des pièces en C.I. avec isolation centrale) avec des "split axles" pour les essieux ? Plus besoin d'isolation à la jante ou au moyeu, prise de courant sans aucun palpeur, pas de courts circuits avec les sabots de frein qu'on peut coller au plus près des roues.
PS : le "split axle" est un axe constitué de deux demi axes en acier emmanchés dans un tube en matière isolante, ou par emmanchements concentriques avec isolation.

Je ne vois pas trop l'avantage du sytème.
Il faut alors isoler le chassis/embiellage des superstructures.
Isn't it? :?:
Laurent D.
Laurent D.
Gastono Lafuŝo
 
Messages: 1000
Inscrit le: Lun 15 Août 2005, 19:47
Âge: 50

Publié: Jeu 29 Mai 2008, 23:19 
Isoler le châssis des superstructures est en général assez facile si on le prévoit à la conception du modèle. Chaque côté de châssis devient une unité électrique à part entière : longeron, roues, embiellage, cylindre, sabots de freins : tout est au même potentiel électrique. L'avantage c'est qu'il n'y a pas besoin de prises de courant (avec des roues non isolées, of course) : on soude simplement un fil sur chaque longeron de châssis pour alimenter le moteur. C'est une technique qui est très utilisée par les amateurs constructeurs en N anglais, échelle où les prises de courant par palpeurs ou par fils chrysocale sont quasi impossibles à réaliser. Mais cela marche aussi pour les échelles supérieures. Ce n'est pas applicable dans tous les cas de figure, mais chaque fois qu'on peut le faire, la qualité de continuité de prise de courant est sans comparaison avec des palpeurs ... et aucun frottement sur les roues !
Avatar de l’utilisateur
SuperGG
Kit & cat
 
Messages: 6839
Inscrit le: Dim 12 Fév 2006, 21:13
Localisation: NORD
Âge: 69
Echelle pratiquée: Z

Publié: Lun 02 Juin 2008, 18:36 
Bonsoir,

J'avais boudé le n°9 qui me paraissait un peu vide mais j'ai apprécié le 10.

Il est vrai que des débutants comme moi auraient aimé des plans de pièces, notamment le chassie et les parties mécaniques car j'ai du mal à savoir faire rouler les modèles.

En fait le seul que j'ai fait n'est pas vraiment ........... présentable !

Cordialement.
denel supp. dem.
 

Publié: Mar 03 Juin 2008, 06:28 
denel a écrit:Bonsoir,

J'avais boudé le n°9 qui me paraissait un peu vide mais j'ai apprécié le 10.

Il est vrai que des débutants comme moi auraient aimé des plans de pièces, notamment le chassie et les parties mécaniques car j'ai du mal à savoir faire rouler les modèles.

En fait le seul que j'ai fait n'est pas vraiment ........... présentable !

Cordialement.


Que veux-tu dire plan de pièces? Les plans fournis dans la revue sont exploitable mais il est vrai si l’on à jamais monté de kit il peut être difficile de vouloir transcrire un plan d’origine en un plan de maquette ou alors il faut tout réinventer. Dans un plan de maquette il faut trouver les compromis qui permettrons de réaliser un model présentable à l’échelle et naturellement fonctionnel. L’exercice n’est pas facile il faut savoir commencer simple afin de comprendre les principes et s’établir les codes.
Si tu veux te lancer dans la construction intégrale, et surtout si tu n’a pas l’habitude du dessin technique et de la conception, je ne peux que t’inviter à monter quelques kits pour voir comment c’est fait et alors tu pourras t’établir tes propres codes et règles de conception.
Bon courage dans ta démarche, c’est très sympa comme exercice. :wink: :wink:

Au passage il existe quelques article de Yann dans LR qui sont très intéressants pour se lancer et ou la partie châssis et roulement des wagons sont biens expliqués.
Dany MACHI
Paysagiste de salon
Avatar de l’utilisateur
Dan_ost2000
Intarissable !
 
Messages: 15770
Inscrit le: Mer 30 Août 2006, 07:05
Localisation: Strasbourg
Âge: 60
Echelle pratiquée: HO-HOm-HOe I à III
Prénom: Dany, c'est écrit...
Club: Rigollots© et Cie

Publié: Mar 03 Juin 2008, 17:38 
dan_ost2000 a écrit:

Que veux-tu dire plan de pièces?


Bonjour
ben!!! tu regardes page 27 :siffle:
jossebe2000
Intarissable !
 
Messages: 4657
Inscrit le: Ven 02 Déc 2005, 19:31

Publié: Lun 16 Juin 2008, 21:16 
Grand merci à l'équipe de M.F. qui a mis, comme promis, un p'tit historique d'accompagnement à la réalisation (ici, la Boër).
Avatar de l’utilisateur
Jean-B
Papotier
 
Messages: 127
Inscrit le: Dim 04 Nov 2007, 00:34

Publié: Ven 18 Juil 2008, 17:43 
A propos des 030T Ouest , l'un de vous a t'il une vue de la 030 série 3588 à 3602 figurant sur la planche de plans ?? ( celle avec la caisse à charbon plus large )

roland
Avatar de l’utilisateur
Manche Ocean
Montparnasse Epoquin-deux
 
Messages: 8117
Inscrit le: Mar 21 Mars 2006, 22:03
Localisation: dieppe

Précédent

Retour vers Revue Modèles Ferroviaires

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)