Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Moteurs en modélisme

Construction intégrale ou montage de kits : tous les matériaux sont concernés

Modérateur: MOD

Moteurs en modélisme

Publié: Lun 16 Mai 2016, 12:45 
PPLM a écrit:J'ai aussi du lourd de chez l'ami Patrice, grosse puissance de traction à cause du poids et de la double motorisation RSF Faulhabert, dans celle là avec son poids, si tu mets une paire de chinois ( Mashima ) même pas tu dois arriver à décoller la caisse !


PPLM une fois pour toute, Mashima n'est pas Chinois, mais Japonais, faudra réviser votre géographie et aussi comparer les puissances réelles, les Mashima sont des 5 pôles à noyaux ferreux sur paliers frittés comme les Faulhaber et Maxon.

Les RSF de 16mm Maxon (fabrication Suisse) sont donnés pour 2W, les Mashima 1626 (fabrication Japonaise j'insiste) que j'utilise dans ma CC1100 par exemple sont eux aussi donnés pour 2W. Et il y a beaucoup mieux chez Canon par exemple avec noyaux ferreux où on monte à 2,6 ou 2,8W en 12V à taille équivalente.

Les deux types sont montés sur paliers frittés (les roulements sont en option sur les RSF et n'apportent pas grand chose compte tenu de l'usage que nous en avons). Donc à part le prix, je ne vois pas trop de différence si ce n'est que les RSF ne sont pas faits pour supporter les efforts longitudinaux qu'impose une transmission par vis sans fin d'où la nécessité comme dans les kits Loco-Dif d'intercaler un cardan entre le réducteur et le moteur, ce qui prend de la place, qu'ils ne supportent pas le courant pulsé et certaines fréquences des alimentations digitales. Ils serait bon de sortir parfois de ses préjugés et de regarder d'un meilleur œil ce qui se passe autour de soi, ca fait parfois avancer les choses et évite de répandre des âneries qui n'ont d'autres buts que de servir vos propres intérêts.

Pour en revenir aux Mauriennes, ce sont en effet de sacrés bestioles que j'ai eu l'occasion de monter lorsque j'étais encore monteur de kits, y a du boulot, mais le résultat est là, les seules conditions pour bien les réussir: utiliser un gros fer pour ne pas faire de soudures froides et bien affuter ses forets avant de percer dans les caisses!
Christophe DUFRENOY
Avatar de l’utilisateur
C.Dufrenoy
Moules Frites !
 
Messages: 6113
Inscrit le: Lun 01 Mai 2006, 12:26
Localisation: Wavrin
Âge: 39

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Lun 16 Mai 2016, 14:57 
Dans un autre fil (en direct/ducoté des trains d'antan) on nous annonce la fin de Mashima !!! :cry: :cry:
Est ce vrai ??
Comment les remplacer ??
Avatar de l’utilisateur
bougnat30
Papotier
 
Messages: 117
Inscrit le: Jeu 01 Juin 2006, 22:39
Localisation: gorges de la ceze

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Lun 16 Mai 2016, 16:45 
Non, c'est officiel, Mashima arrête définitivement en juin. Mais il y a des solutions de repli, on est entrain d'étudier ça :ange:
Christophe DUFRENOY
Avatar de l’utilisateur
C.Dufrenoy
Moules Frites !
 
Messages: 6113
Inscrit le: Lun 01 Mai 2006, 12:26
Localisation: Wavrin
Âge: 39

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Lun 16 Mai 2016, 17:04 
Taing, ça fait 2 fois qu'ils arrêtent :mrgreen:
Doit rester Igarashi, Mabushi mais c'est assez agricole.
J'ai un stock de EN22, Falhauber, Maxon heureusement :diable:
Faut que je pose la question de ce cote aux utilisateurs artisans tiens.
By Jove!! Proto87-Protocab
Avatar de l’utilisateur
Nicolas p
La Maurienne sinon rien !
 
Messages: 10536
Inscrit le: Jeu 29 Sep 2005, 23:34
Localisation: Leeds, Gibiland
Âge: 45
Echelle pratiquée: P87,0, avant 62
Club: Proto87, Protocab

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Lun 16 Mai 2016, 17:33 
C'est vrai que Mashima c'était bien pratique parce qu'on avait toute une gamme de moteurs bien adaptés à nos besoin modélistiques : moteurs à prix abordables, puissants et équipés de double arbre (très pratique pour monter un volant d'inertie). C'était aussi des moteurs à axes longs permettant de monter une vis sans fin directement sur le moteur, ce qui simplifie la conception des réducteurs ... même si la vsf sur l'axe du moteur n'est pas la meilleure solution qui soit.
Il reste encore suffisamment de fabricants pour trouver des solutions de remplacement : Mabuchi ou Canon font d'excellents moteurs "conventionnels" à des prix qui restent compatibles avec le modélisme. Au prix des coreless Faulhaber et autre Maxon, c'est quasiment impossible à caser dans un kit de nos jours sans exploser le prix du kit. Et vu l'inflation du prix des matériaux (laiton, maillechort) et des coûts de fonderies (de qualité) il faut vraiment serrer les coûts à tous les étages.
Les RSF conservent un avantage indéniable en performance pour les très petits engins ("Z", "N") tout en restant à prix contenus (fabrications chinoises) mais c'est vrai qu'ils tirent un peu la gueule avec des alimentations à courant pulsé et sont difficiles à régler en DCC (difficultés avec l'asservissement de charge).
Le ProtoZ : yes we can
Avatar de l’utilisateur
SuperGG
Kit & cat
 
Messages: 6899
Inscrit le: Dim 12 Fév 2006, 22:13
Localisation: NORD
Âge: 70
Echelle pratiquée: Z

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Mar 17 Mai 2016, 12:54 
En complément du message de Christophe, "petit complément", constructifs bien entendu afin de bien faire comprendre les choses de tous....

Je pense que sur la fin de ton premier paragraphe, tu voulais parler des paliers frittés uniquement, et non de la conception des moteurs RSF, qu'ils soient de marque Faulhaber, Maxon ou Escap...Ces moteurs ne sont pas à 5 pôles avec induits ou rotors ferreux...Les RSF sont bien quelque soit le fabricant, même pour les "bas de gamme" des moteurs comme leur nom l'indique, qui n'ont pas de fer dans le rotor. Autrement dit, au lieu d'avoir un bobinage réalisé autour d'un noyau ferreux (empilement de tôles formant les pôles magnétiques), le bobinage est réalisé en forme de cloche et il est autoportant (moulage en résine en forme de cloche). Il coiffe ensuite un aimant cylindrique très puissant en terre rare (alnico, samarium cobalt). C'est le principe même de la roue de Barlow...

Concernant la puissance, évidement, 1 watt restera toujours 1 watt et heureusement d'ailleurs, que ce soit chez Mashima ou Faulhaber ! Mais il ne faut pas vous polariser uniquement sur la puissance ! Il faut aussi regarder le couple de démarrage du moteur, la constante de couple du moteur, le courant à vide, le rendement, etc...Malheureusement, je n'ai pas trouvé le datasheet complet du Mashima...La puissance seule, n'est pas un facteur prépondérant et significatif comme vous le verrez dans l'étude ci-après...Il faut ternir compte de bien d'autres paramètres...

En ce qui concerne les paliers frittés, ceux-ci sont en base sur les RSF comme sur les moteurs classiques, ici les Mashima, mais c'est aussi vrai pour les autres marques, Mabushi, Igarashi, Bulher et autre Canon...Les roulements à billes sont en option, et peuvent apporter un plus dans certaines applications...En ce qui concerne les prix, les RSF sont plus chers, de par leurs qualités de fabrication intrinsèques, c'est comme si tu comparais une Mercedes à une 2 CV, pour autant les deux sont fiables ! L'intérêt des RSF prend tout son sens en courant continu pur, et si on faisait le comparatif entre un RSF et un moteur à induit ferreux, alimenté en continu pur, eh bien le RSF mettra six pieds sous terre le moteur à induit ferreux ! La différence est là, et sur la qualité de fabrication de ces moteurs...même si les dernières fabrications de moteur à induit ferreux ont bien évolué du point de vue qualitatif...

Je vais encore me répéter, mais relisez l'excellent article de Jean Lucien Fournereau, passionné de micro-mécanique et d'électronique au demeurant, paru dans LR N°422 12/80 : "Mettez un tigre dans vos modèles...avec les micromoteurs à rotor sans fer !" Il y donne un exemple bien concret avec une 72000 Jouef de l'époque équipée pour le test d'un RSF Escap...Ce qui tord le cou aussi à cette légende que les mécaniques et chaines cinématique de Jouef de l'époque étaient à chier...

Image
Image
Image
Image

Voir aussi aujourd'hui, ce qu'arrive à obtenir, avec ces mêmes mécaniques, Iprod-HO : http://www.iprod-ho.com/

Ce qui tend à montrer aussi que c'était bien le petit tournebroche de Champagnole qui était en cause, et pas la chaine cinématique derrière...

Après on peut phosphorer sur le bien fondé de mettre ou pas ce type de moteur dans nos modèles, mais ça ne sert à rien de tortiller du fondement pour faire caca droit, les performances brutes de ces moteurs sont bel et bien là ! Ce qui sauvent aujourd’hui les moteurs classiques à carter ouvert ou fermé, à cinq ou trois pôles, à induit en hélice ou pas ferreux, c'est la fée électronique, et qui plus est, encore plus avec le DCC de nos jours...Autrefois, c'était les premières alimentations à efficacité variable, ce que l'on appelle pompeusement de nos jours, alimentation à Modulation de Largeur d’Impulsion ou MLI (PWM en British...)...C'est une autre solution et approche, et qui offre de belles performances on le voit avec les modèles actuels industriels digitalisés...

Cela dit, prenez deux modèles identiques, avec la même mécanique, et placez y un RSF dans l'un, et placez dans l'autre un moteur classique et alimentez les tous deux avec du continu pur, sans aucun artifice électronique...et faites des essais, dans les mêmes conditions. Vous verrez vraiment la différence, les faits sont bien là, le RSF sera au dessus de la mêlée...à alimentation et mécanique égale... L'étude ci-avant le démontre clairement !

C'est aussi un choix technico-commercial chez certains artisans, que certains le fassent comme LSL ou LD, c'est leurs droits le plus absolu, que d'autres ne le font pas, comme AMF87 ou Apogée Vapeur, c'est aussi leurs droits absolu, mais chaque artisan est encore libre de faire ce qu'il lui plait, fort heureusement....C'est un choix commercial, le fait de ne pas mettre un RSF, peut abaisser le coût du kit comme le rappel très justement SuperGG, d'autres font un autre choix, c'est la "marque de fabrique" de la maison, pourquoi pas ?

Maintenant, avec l’avènement du DCC, il faut admettre que les moteurs à induit ferreux, ont vu leurs performances dopées par l'ajout de la fonction MLI ou PWM dans les décodeurs...Ce qui reste vrai aussi, pour tout réseau alimenté par ce type d'alimentation comme l'a fait André Gay...Donc pas besoin d'être en DCC, pour tirer le meilleur des moteurs à induit ferreux, si vous utilisez une alimentation de ce type...

Par contre, et je reviens de nouveau sur cette question, qui a tant fait débat depuis des années, et je le "martèle ici depuis presque les débuts de ce forum", les moteurs RSF n'aiment pas les alimentations MLI ou PWM, surtout en courant hachés "menu" ou de basses fréquences, de l'ordre de 50 à 100Hz, voire quelques centaines de plus, si vous préférez contrairement, à ce qui est dit sur le site d'un artisan bien connu !

La documentation Faulhaber page 18 est très claire désormais sur ce point :

"Il est également important de noter que la méthode
d’entraînement et de commande du moteur a une grande
influence sur la durée de fonctionnement du moteur. Pour
une commande avec signal PWM, FAULHABER recom-
mande une fréquence minimale de 20 kHz."


http://www.faulhaber.com/ePaper/catalogue/FR/#/18

Les RSF n'apprécient pas les courants pulsés ou de forme agressive : pic de tension, courant BF, etc...Ces moteurs dont les bobinages du rotor de type en cloche autoportant présentent une inductance bien plus faible que celle des rotors des moteurs traditionnels...C'est pour cette raison, que les moteurs à rotor sans fer supportent mal, les alimentations par courants pulsés à basse fréquence, qui provoque un échauffement du rotor et ainsi entrainer sa destruction...par effet joule, la cloche va se déformer, empêchant sa rotation et le moteur va se détruire...Ce qui est encore plus vrai avec les moteurs de petits diamètres, qui auront encore plus de mal à dissiper les pertes par effet joule...

Avec les moteurs traditionnels 5 pôles, ont a améliorés les performances avec les alimentations à découpage (MLI), à courant redressé en demi-alternances ou à crénaux rectangulaire, les alimentations à asservissement de vitesse...Or, la plupart de ces systèmes ne sont pas très appréciés des moteurs RSF, pas plus d'ailleurs que les systèmes d'éclairage permanent à courant de type basse ou haute fréquence superposé au courant traction...

Autre "inconvénient" de ces moteurs, sa force contre-électromotrice (f.c.e.m.) très élevée, du à un aiment permanent puissant en terre rare. Ce qui aura pour effet qu'entre deux impulsions, le courant restitué (le moteur est réversible et se comporte alors en générateur), sera absorbé par toute résistance en circuit, et provoquera un échauffement supplémentaire du rotor lorsqu'il travaillera en générateur. D'ailleurs c'est le fabricant Gaugemaster qui interdit ses alimentations à asservissement pour les RSF...

L'étude ci-après est extrêmement intéressante est instructive de ce point de vue :

http://modelleisenbahn.triskell.org/spip.php?article45

Les décodeurs numériques fonctionnent sur le principe d'une alimentation de type MLI (Modulation de largeur d'Impuslion) ou alimentation à efficacité variable (comme on disait dans mon jeune temps) et qui tourne à des fréquences d’horloge, de l'ordre aujourd'hui de 20kHz en moyenne, encore que certains décodeurs tournent, à 40kHz comme la dernière génération chez ESU avec la gamme Micro V4.0, qui sont en base programmés en 40kHz ! Là les RSF ne craignent plus rien !

Affaire de choix, et de que l'on y fait avec ensuite et comment...Si quelqu'un préfère mettre un peu plus et s’offrir un petit bijou, c'est son choix...et pourquoi pas ?...

Pour ce qui concerne le montage des vis sans fin en sortie des RSF, ceux-ci ne sont pas plus fragiles que les moteurs classiques, et ce n'est de toute façon pas la meilleure façon de les monter...C'est à éviter aussi bien pour les RSF que les moteurs classiques...Pour autant LSL le fait sur ses moteurs RSF depuis de longues et nombreuses années... :gne: :gne: :wink: :mdr2: :mdr2: :mdr2: :mdr: :mdr: :mdr:

Il vaut mieux d'ailleurs les monter comme le fait LD, via un cardan, dans le réducteur, ou par cette technique :

Image

Image

La vis sans fin est une hérésie mécanique, dénoncée en son temps par Michel Moutier, de Locostyl, qui les avaient banni depuis longtemps...Il travaillait au bureau d'étude Peugeot, et concevait les boites de vitesses...Il les avait remplacé par des renvois orthogonaux, ou si vous préférez des renvois d'angle hélicoïdal...

La vis sans fin à un rendement médiocre (environ 60% si la vis est motrice) les frottements sont énormes, donc les pertes également, de plus les fabricants de train miniature pour probablement en abaisser le coût les ont fabriqué en laiton, ce qui est un hérésie de plus ! Pour avoir un minimum de frottement et aussi d'usure, il faudrait que la vis soit en acier, et la roue en bronze ou laiton...(Seuls les artisans Anglais le proposent d'ailleurs...) Pour y passer un peu plus de puissance et avoir un fonctionnement plus doux, il faudrait des roues "creuses" ou roue creuse et vis globique comme on dit dans le métier...Seul à ma connaissance Exacto-scale l'a fait...

Exemple de quelques réducteurs Exacto-scale, en vrac...Un collector...

Image

Marque désormais reprise par C&L Finescale... : http://www.finescale.org.uk/index.php?r ... path=541_5

On voit bien cela dit, en bas de la photo, la roue creuse, et la vis en acier...De même tous les paliers et rondelles de calage. Ce qui compte surtout aussi avec les roues et vis sans fin, ce sont les jeux, et ils doivent être minimes, pas de trop de jeu axial, longitudinal et transversal...Ainsi votre vis et roue sont bien calées et le fonctionnement n'est que meilleur...

Si l'angle d'inclinaison de la vis est > à 80° (hélice de la vis inclinée à moins de 10° par rapport à l'horizontale, en fait on parle d'un angle compris entre 6° et 10° ), la vis peut entrainer la roue, mais pas la roue. Le mécanisme est donc irréversible.

Si l'angle d'inclinaison de la vis est < 70°, la roue peut entrainer la vis, mais avec un grand frottement. Si l'angle est égale à 45°, la réversibilité est totale !

Donc même avec un volant d'inertie, le gain n'est pas très important mécaniquement parlant, il faut mieux jouer sur l'inertie "électrique" de l'alimentation du moteur...

L'intérêt des vis réside surtout dans leur faible encombrement pour un rapport élevé, d'où la préférence des fabricants industriels, et cela revient moins cher à concevoir, cascade d'engrenages réduites, etc...

Cliff Grandt était un génie en mécanique et des lès années 40 avec son ami John Allen, il concevait et repensait avec John pratiquement toutes les mécaniques des locos de John (voir le livre sur John Allen de Linn Westcott)...Il créera un peu plus tard la célèbre firme Grandt Line... :wink:

Voilà en espérant que cela "éclaire" de manière constructive, certains d'entre vous qui s'intéressent aux mécaniques de nos ptits trains.... :ange3: :ange3: :ange3: :siffle: :siffle: :siffle:
That's all folks!
Franck.
Avatar de l’utilisateur
Franck Tavernier
Dompteur de rivets
 
Messages: 5327
Inscrit le: Ven 12 Août 2005, 21:44
Localisation: Arras
Âge: 52

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Mar 17 Mai 2016, 14:06 
Je suis bien d'accord avec toi concernant les différences de rendement, mais comme tu le souligne, l'électronique embarquée (DCC) ou non, d'aujourd'hui a gommé l’intérêt du RSF, d'autant que nous ne sommes plus non plus en présence de moteurs à noyaux ferreux aussi rustiques que les tourne broches Jouef ou autres moteurs des années 70/80 style Anchoridge des kits Anglais de la grande époque qui eux n'avait vraiment rien dans les chaussettes, s'encrassaient et chauffaient même à vide :mort: .

Et après tout l'essentiel est de bien proportionner le moteur par rapport au besoin, pour ma part, et je suis loin d'être le seul à le penser, je considère que compte tenu des technologies de 2016, les moteurs à noyaux ferreux sont amplement suffisant pour des engins moteurs "classiques" en HO, j'utilise en revanche des RSF dans mes draisines justement parce qu'à cette taille les moteurs classiques ne sont pas assez "coupleux".

Je dispose de beaucoup de modèles artisanaux de toutes marques accumulés depuis plus de 20 ans, ceux qui ont les meilleurs performances de traction ne sont pas ceux équipés en RSF loin de là, quelques engins équipés en Mashima ou en Buhler les surclassent largement même en analogique. Là ou le RSF l'emporte, c'est sur les ralentis, et là aussi avec le digital, la différence est devenue insignifiante.

Tout celà mériterait bien un fil dédié, "RSF vs moteur classiques, avantages et inconvénients" :?:
Christophe DUFRENOY
Avatar de l’utilisateur
C.Dufrenoy
Moules Frites !
 
Messages: 6113
Inscrit le: Lun 01 Mai 2006, 12:26
Localisation: Wavrin
Âge: 39

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Mar 17 Mai 2016, 14:19 
Tout à fait d'accord que les moteurs à induit ferreux peuvent suffire de nos jours, d'autant plus s'ils sont alimentés soit en DCC, ou soit via une alimentation MLI...

L'intérêt revient surtout si le modéliste préfère rester en continu pur sur son réseau, là c'est évident, et il n'y a pas photo...mais la chaine cinématique en aval du moteur aura aussi son importance...voire la qualité du montage, ce qui peut expliquer parfois les contres performances, comme a eu le cas Alexandre Zelkine sur une de ses locos en laiton, en Sn3 équipé d'un RSF, si mal "fagoté" au niveau du montage de la roue et vis sans fin, que la loco ne donnait rien de bon...Donc attention aussi, aux "impressions", il faut souvent rechercher l'origine du problème de manière approfondie, et éviter les conclusions, trop rapides sur les apparences...L'étude ci-dessous de JLF le démontre parfaitement, tout le monde remettait en cause les "mécaniques" Jouef, parce que cela "semblait" être la cause des contres performances, or il n'en était rien et c'était bien le moteur qui était en cause...Au passage, dans cette mécanique des années '70, point de vis sans fin... :wink:

Un mauvais résultat ou des contres performances peuvent avoir de nombreuses origines, que ce soit sur un modèle artisanal tout laiton ou un modèle industriel (on le voit bien en ce moment avec la 241P HJ) équipé d'un RSF ou d'un moteur à induit ferreux ! Un mauvais montage de la transmission, de la vis sans fin (et combien d'exemple il y aurait à montrer avec les vis sans fin...), d'un embiellage comportant un point dur, un châssis mal assemblé, etc...peuvent conduire à de mauvaises conclusions ou performances, alors que la conception n'est pas forcément en cause, mais uniquement un des éléments...composant toute la chaine mécanique... :wink:

Comme tu le soulignes, ce sera surtout sur d'autres critères que le choix est prépondérant, comme les ralentis par exemple, ou l'encombrement, ou bien encore comme je le fait, l'utilisation de motoréducteurs...pré-assemblés... :wink:

Oui pourquoi pas un fil dédié... :siffle: :siffle: :siffle:
That's all folks!
Franck.
Avatar de l’utilisateur
Franck Tavernier
Dompteur de rivets
 
Messages: 5327
Inscrit le: Ven 12 Août 2005, 21:44
Localisation: Arras
Âge: 52

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Mar 17 Mai 2016, 16:48 
"Ces moteurs ne sont pas à 5 pôles avec induits ou rotors ferreux...Les RSF sont bien quelque soit le fabricant, même pour les "bas de gamme" des moteurs comme leur nom l'indique, qui n'ont pas de fer dans le rotor."

Qu'ils soient avec ou sans ferraille dans l'induit, ils sont tous multi pôles. Et plus un moteur a de potes, plus il est souple au démarrage.
Concernant les prix, on trouve aujourd'hui des RSF Made in China à des prix "canon". Nigel Lawton, par exemple, vend des RSF de petites dimensions à 10 euros la pièce.
Les RSF offrent certes des avantages en matière de rendement : à encombrement égal ils sont généralement plus puissants que leurs concurrents à induit ferreux, et surtout ils consomment moins (meilleur rendement), d'où un encrassement moindre des roues captatrices ... mais tout cela disparait dès qu'on passe en DCC, et là les RSF deviennent plutôt un handicap avec des ajustements plus ou moins "sportifs" au niveau du réglage de l'asservissement (BEMF in english) parce qu'ils génèrent peu de force contre électro motrice.
Il faut vivre avec son époque : on est passé du transfo basique aux alimentations électroniques et maintenant au DCC. Pour l'artisan il y a un choix à faire : soit un moteur RSF "cher", qui donnera les meilleurs résultats sur une alimentation électronique à courant continu pur (mais il faut une excellente mécanique pour avoir de bons ralenti), soit un moteur à induit ferreux qui s'adaptera sans problème à un décodeur DCC. Comme l'artisan ne peut pas proposer deux options de motorisation, il devra trancher pour favoriser l'une des deux clientèle ... sans oublier que 50 % des modèles artisanaux" montés" ne roulent jamais et ne font que de la vitrine :siffle:
Le ProtoZ : yes we can
Avatar de l’utilisateur
SuperGG
Kit & cat
 
Messages: 6899
Inscrit le: Dim 12 Fév 2006, 22:13
Localisation: NORD
Âge: 70
Echelle pratiquée: Z

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Mar 17 Mai 2016, 18:09 
Pour te répondre entre 2 moteurs. je fait la version SNCF.

Concernant les moteurs à rotor sans fer c'est une aberration en modélisme. Les moteurs à RSF ont été conçu pour des demandes de démarrages et d'arrêt rapide. donc leurs coller des volants d'inerties c'est à l'encontre de l'utilité du moteur. Pour le courant pulsé étant donné la conception de démarrage/ arrêt rapide la fréquence de pilotage est beaucoup plus élevé.
Sur ceux si vous voulez débattre des moteurs il serai plus judicieux de créer un autre fil. merci

Tony
Avatar de l’utilisateur
Taz059aflr
Éloquent
 
Messages: 325
Inscrit le: Dim 21 Jan 2007, 12:59
Âge: 36
Echelle pratiquée: 0 - H0 - N

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Mer 18 Mai 2016, 00:41 
SuperGG a écrit:... mais tout cela disparait dès qu'on passe en DCC, et là les RSF deviennent plutôt un handicap avec des ajustements plus ou moins "sportifs" au niveau du réglage de l'asservissement (BEMF in english) parce qu'ils génèrent peu de force contre électro motrice.


Euh Gérard, t'a plus ta tête ?...Les RSF ont une fcem élevée, à cause de leur aimant puissant en terre rare... :mdr2: :mdr2: :mdr: :mdr: :mdr:

Suffit que l'alimentation soit bien pensée et conçue comme autrefois le Pentroller ou maintenant le Pictroller...

Les décodeurs ESU Micro V4.0 sont très bien conçus de ce point de vue, donc pas de souci... :wink:
That's all folks!
Franck.
Avatar de l’utilisateur
Franck Tavernier
Dompteur de rivets
 
Messages: 5327
Inscrit le: Ven 12 Août 2005, 21:44
Localisation: Arras
Âge: 52

Re: Moteurs en modélisme

Publié: Jeu 19 Mai 2016, 11:07 
Merci à la modération d'avoir expurger le fil, sur la 1CC1 3800; des digressions sur les moteurs... :wink:
That's all folks!
Franck.
Avatar de l’utilisateur
Franck Tavernier
Dompteur de rivets
 
Messages: 5327
Inscrit le: Ven 12 Août 2005, 21:44
Localisation: Arras
Âge: 52

Re: Moteurs en modélisme

Publié: Jeu 19 Mai 2016, 11:34 
Merci en effet, la discussion est intéressante, tant il y a a dire et a redire a propos des contres vérités ou légende urbaine sur les moteurs :geek:
By Jove!! Proto87-Protocab
Avatar de l’utilisateur
Nicolas p
La Maurienne sinon rien !
 
Messages: 10536
Inscrit le: Jeu 29 Sep 2005, 23:34
Localisation: Leeds, Gibiland
Âge: 45
Echelle pratiquée: P87,0, avant 62
Club: Proto87, Protocab

Re: [LSL] 1CC1 3800

Publié: Jeu 19 Mai 2016, 12:17 
Franck Tavernier a écrit:
Euh Gérard, t'a plus ta tête ?...Les RSF ont une fcem élevée, à cause de leur aimant puissant en terre rare... :mdr2: :mdr2: :mdr: :mdr: :mdr:

Suffit que l'alimentation soit bien pensée et conçue comme autrefois le Pentroller ou maintenant le Pictroller...

Les décodeurs ESU Micro V4.0 sont très bien conçus de ce point de vue, donc pas de souci... :winch:


A force de boire du "bizarre", voilà ce qui arrive ....

Le Pentroller permettait de résoudre le problème des RSF avec l'asservissement de charge, mais était peu pratique à utilise . Il nécessitait de "switcher" le mode de fonctionnement en fonction du moteur de la loco : moteur classique, moteur Escap 16 mm ou moteur Escap 12 mm. Il n'aurait même pas convenu sur mes petits moteurs RSF de 8 ou 6 mm !!! Le Pentroller avait un GROS défaut : il ne supportait pas les surcharges prolongées ou les court-circuits sur la voie ... il partait très vite ne fumée. Mon ami Iain Rice en a même eu un qui a carrément pris feu (avec des flammes) dans sa main ! Il ne doit plus en rester beaucoup encore en activité aujourd'hui (j'en avais deux, les deux sont partis en fumée :cry: ). Toute une époque :siffle:
Le ProtoZ : yes we can
Avatar de l’utilisateur
SuperGG
Kit & cat
 
Messages: 6899
Inscrit le: Dim 12 Fév 2006, 22:13
Localisation: NORD
Âge: 70
Echelle pratiquée: Z

Re: Moteurs en modélisme

Publié: Jeu 19 Mai 2016, 12:43 
On savait vivre dangereusement :mrgreen:
By Jove!! Proto87-Protocab
Avatar de l’utilisateur
Nicolas p
La Maurienne sinon rien !
 
Messages: 10536
Inscrit le: Jeu 29 Sep 2005, 23:34
Localisation: Leeds, Gibiland
Âge: 45
Echelle pratiquée: P87,0, avant 62
Club: Proto87, Protocab

Suivant

Retour vers L'univers du modéliste-constructeur

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Anjou 49, Beneuvre, fred et 11 invité(s)