[Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Echanger des trucs, construire le modélisme de demain...

Modérateur : MOD

Répondre
Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » mar. 17 sept. 2019, 19:03

:o

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » mar. 17 sept. 2019, 21:44

Ce second post présente la structure, l'étude et le chantier du viaduc.
Pour rendre la présentation plus vivante, J'ai tenté un dialogue entre un papi "P" qui s'y connais et un promeneur, en fait moi "M".
Pour la structure, le papi à l'air de savoir de quoi il parle, mais certains termes peuvent ne pas être les bons et il peut raconter des bêtises ou faire quelques simplifications … Excusez ce papi, il ne fait pas une thèse mais discute juste avec un promeneur.
Afin de ne pas faire trop n'importe quoi lorsque j'ai conçu ce viaduc, j'ai fait quelques recherches auparavant.
J'ai trouvé le sujet très intéressant et voulu vous faire partager ce que j'ai compris.
L'histoire de la construction est bien entendu imaginaire ce qui est logique pour un viaduc imaginaire...


Lors des dernières vacances, j'ai rendu visite à des amis qui habitent Modulineau.
Comme j'aime bien la marche ils me conseillèrent de faire une promenade sur le GR4 qui passe dans les gorges de la Vioule.
Je ne regrette pas cette promenade, le chemin ombragé qui serpente dans la gorge est très agréable en été.

gr.png
gr.png (138.58 Kio) Vu 811 fois

Au détour d'un virage au lieu dit du Rouzet je suis tombé sur un viaduc ferroviaire métallique.

gp.jpg

Un papi (P) qui promenait son chien m'interpella (M):

P: Bonjour mon gars, joli ce viaduc non ?
M: Sympa en effet, les anciens savaient faire du beau surtout quand on compare aux viaduc en béton actuels.
P: Pourtant ce viaduc n'a pas 20 ans !
M: Vous rigolez ?
P: Du tout, il s'agit d'une reconstruction faite en 2004 quasiment identique en apparence à l'original qui datait de 1872 !
M: Vous semblez bien connaitre ce viaduc?
P: Vous savez ici, on n'a pas beaucoup de monuments alors quand on s'intéresse a la technique... Le sujet est passionnant, tout s'explique, rien n'est le fruit du hasard, pourquoi 2 travées, pourquoi cette petite arche, même la hauteur du muret derrière l'arche à une explication !
M: Vous éveillez ma curiosité, vous pouvez m'en dire plus ?
P: Vois tu mon gars, Lors de la construction de la ligne, les ingénieurs devaient franchir la rivière Vioule qui a creusée de profondes gorges.
Il fut choisit de franchir les gorges ici au lieu dit du "Rouzet" car la gorge est assez étroite à cet endroit et pas trop éloigné du tracé direct.
Etroite, mais il fallait tout de même franchir ce "trou" de de 30m de profondeur sur plus de 70m.
J'ai toujours un carnet avec moi je vais t'illustrer mes propos:

g1.jpg
g1.jpg (37.4 Kio) Vu 811 fois

M: Suffisait de le boucher non ?
P: Tu crois pas si bien dire, cela avait été étudié… En prenant un talus d'une pente de 45 degrés, cela aurait fait un remblais de 30m de large de chaque côté sur 30m de haut, soit 900m2 de section + 4m pour la voie soit 120m2 de plus, 900+120= 1020m2, disons 1000m2 se section.
Sur 70m, cela représente environ 70 000m3 de remblais soit 105 000t de terre (en prenant 1.5t/m3) ! Plus un tunnel pour la route et surtout un pour la rivière et tu sais quand elle se réveille ça déménage... Bref ce n'était pas la bonne solution...

g2.jpg

M: Ma remarque était pour plaisanter bien entendu. Pourquoi pas un pont en pierre ou brique alors ?
P: Les ingénieur envisagèrent dans un premier temps des viaducs maçonnés traditionnels de 4 à 6 arches de plein cintre.
Toutes leurs solutions se heurtèrent aux contraintes budgétaires et temps de réalisation.
Il est vrai que les arches de grande portée n'étaient pas encore légion à cette époque, elles le furent bien plus tard, notamment suite au travaux de Paul Séjourné...

g3.jpg
g3.jpg (44.82 Kio) Vu 811 fois

M: Pas de terre, pas de pierre, pas de brique... Il ne reste plus que le fer
P: Exact, en 1872 depuis peu, avec l'évolution technologique de grands viaducs en fer avaient fait leur apparition dans le paysage tels les viaducs de Busseau-Sur-Creuse en 1864, du Rouzat en 1869 … Ce dernier impressionna fort les ingénieurs qui en étudièrent une version plus réduite.
M: Il me semble que ce viaduc à 3 travées, pourquoi seulement 2 et pas une ou 3 ici ? pourquoi cette petite arche ?
P: Afin d'avoir un tablier pas trop onéreux, il fallait réduire sa porté. La première étape fut d'amener les culées au plus près de la gorge.
Sur la partie occidentale, une arche maçonnée, comme pour le viaduc du Rouzat, permet de gagner une dizaine de mètres.
Ainsi la porté de la partie métallique n'est 'plus' que de 73m.

g4.jpg
g4.jpg (38.16 Kio) Vu 811 fois

Une travée unique de 73m aurait eu une section trop importante et donc un prix élevé.
Plus de travées signifiait plus de piles. L'optimum financier était de 2 travées.

g5.jpg
g5.jpg (54.39 Kio) Vu 811 fois

M: Donc 2 travées de 36.5m?
P:Exact ! La fabrication de travées d'une telle longueur était parfaitement maitrisée et le prix contenu.
Avoir 2 travées impose logiquement d'ajouter une pile centrale.
M: logique ! Elle aussi en métal pour s'accorder ?
P: Ce n'est pas la raison principale ! D'ailleurs il y a plus de viaducs métalliques avec piles en pierre qu'en métal…
Il fut d'abord question d'une pile maçonnée, mais les contraintes de temps firent pencher les ingénieurs vers une solution plus moderne qu'ils avaient vu sur les viaducs précités. La pile serait donc elle aussi métallique. La réalisation d'un pile d'une vingtaine de mètres ne posait aucun problème.
M: je vois que la pile ne descend pas jusque dans la rivière
P: Bien entendu, la pile métallique ne repose pas directement dans le sol et l'eau de la rivière, mais sur une petite pile maçonnée qu'on appelle une semelle. La partie maçonnée étant bien plus appropriée pour entrer en contact avec l'eau, elle ne rouille pas et est capable d'affronter les violentes crues de la rivière. Il me semble qu'elle émerge de 3m au dessus de l'étirage nominal.
M: Les grandes lignes du viaduc étaient donc tracées.
P: Ben oui. Ce viaduc moderne pour l'époque permettait de baisser les couts par rapport à une solution traditionnelle et surtout diminuer le temps de construction. Bien entendu les ingénieurs voulurent aussi fournir une réalisation dans l'air du temps. Même en construction ferroviaire, il y a des modes...

g6.jpg
g6.jpg (28.83 Kio) Vu 811 fois

M: Les anciens étaient forts ! Comment ont'ils fait pour tout calculer sans ordinateurs ?
P: L'ordinateur ne fait pas tout !
Les lois de la mécaniques sont connues depuis longtemps. La plus importante est "somme des forces = masse x accélération" (SF=m*a)
Lorsque rien ne bouge SF=0, les forces s'équilibrent.
M: logique non ?
P: En effet pas bien dure de calculer un système fixe, cela peut se faire sans ordinateur. Par contre si on rajoute des accélérations et si on veut optimiser l'ordinateur devient vite indispensable. Après, si tu ne peux pas calculer, essaye ! Beaucoup de choses étaient dues a l'expérience, Ca tient telle charge si c'est fait comme ca et puis c'est tout !
M: je ne vois toujours pas comment on peut calculer avec tous ces barres de métal ?
P: Je vais t'expliquer mais avant quelques termes !
Pour la majorité des personnes un pont c'est une voie sur des supports.
Pour ceux qui s'intéressent un peu plus à la technique c'est un tablier porté par des piles.
Ici on a plus précisément 2 travées portées par une pile et des culées. La pile repose sur une semelle.
Sur ce viaduc, les travées sont formées d'une poutre en treillis simple et montants sur laquelle repose le tablier qui soutient la voie.
M: Un moment, ca devient compliqué
P: je vais te faire un dessin

g7.jpg
g7.jpg (29.45 Kio) Vu 811 fois

M: Treillis simple, il y a des treillis compliqués ?
P: Mais non béta ! Mais des treillis multiples. Tu vois les barre verticales des travées ?
M: oui
P: Ce sont des montants, ils délimitent des rectangles que l'on appelle modules. Ici il n'y a qu'un croisillon par module d'où treillis simple.
Tu verra souvent des croissillons doubles ou même triples et souvent les montants sont absents.

g8.jpg
g8.jpg (32.57 Kio) Vu 811 fois

M: C'est vrai j'avais remarqué des apparences diffèrentes importantes sur les parties métalliques de différents ponts.
P: Tu peux appeler les croissillons sur le côté "croisillons latéraux", mais si tu regardes bien, il y en a aussi en dessous les "croissillons inferieurs", et au dessus les "croisillons supérieurs" et même des "croisillons" intérieurs.
M: Ca fait pas mal de croisillons tout cela.
P: Et oui ! La poutre en treillis est constituée en fait de 2 poutres principales. Une à droite, une à gauche.
Chaque poutre principale est constituée d'une poutre inferieure et une poutre supérieure, lesquelles sont reliées par les montants et rigidifiées par les croisillons latéraux.

g9.jpg

M: Les croisillons forment les fameux triangles indéformables ?
P: C'est l'idée.
M: Grâce à vous je connais toutes les pièces des travées.
P: Minute papillon, on n'a que les poutres principales, reste a les relier entre elles et ajouter le tablier !
M: Encore des termes techniques ?
P: Et oui ! Les poutres principales sont reliées entre elles par des entretoises. Les entretoises inférieures relient les poutres inférieures entre elles et d'autres les poutres supérieures.
M: Et encore des croissillons pour rendre la poutre indéformable ?
P: Exact, les inferieurs et supérieurs évitent que les poutres principales bougent horizontalement l'une par rapport à l'autre et les intérieurs qu'elles ne se vrillent ou bougent verticalement.

g10.jpg
g10.jpg (62.93 Kio) Vu 811 fois

M: Et la voie est posée sur les entretoises supérieures ?
P: Sois sérieux mon gars, elles sont espacées de 3m ! que se passerait t'il si une voie était soutenue tous les 3m ?
Mais tu as raison sur certains ouvrages il y a des entretoises bout a bout qu'on appel des longrines.
Mais le plus souvent comme ici, juste sous les rails, tu peux voire des poutrelles entre les entretoises.
M: Ah oui ! pourquoi ne pas mettre les poutres principales sous La voies, comme ca pas de poutrelles ?
P: Cela est fait sur les petits pont mais plus la portée est importante et plus il faut éloigner les poutres principales sinon ca vrille.
Bien entendu plus la section de la poutre est petite et moins le viaduc est cher mais il faut qu'il résiste ...
M: Cette fois, on peut poser la voie ?
P: Tout a fait, ici les rails sont fixées aux traverses transversalement comme en pleine ligne et les traverses sont fixées aux poutrelles par des colliers. Souvent afin de mieux repartir la masse les traverses sont placées longitudinalement. Tu remarqueras que pour mieux repartir la masse, les traverses sont plus proches qu'en pleine voie. Enfin il y a souvent des contrerails à l'intérieure de la voie pour qu'un train qui déraille reste sur le tablier.
Pour pouvoir marcher en toute sécurité on ajoute les trottoirs et rembardes. la plupart du temps on ajoute même des plaques métalliques sur l'ensemble du tablier, mais ce n'est pas le cas ici.
M: Je vois aussi un trottoir à l'intérieur.
P: Il s'agit de la passerelle d'inspection qui comme son nom l'indique...
M: permet d'inspecter !
M: T'as tout compris mon gars, ha ha ha !
P: On ne la voit pas sur tous les ponts. Seulement sur les grands ouvrages. Des fois elle est remplacée ou complétée par une nacelle d'inspection.
M: On y va comment ?
P: Une trappe à chaque extrémité du tablier laisse l'accès a une échelle.
M: Ca doit être impressionnant d'arpenter cette passerelle ?
P: Oh oui ! Quand j'étais jeune, on y allait pour épater les copains et surtout copines et la première fois j'te dis pas je la ramenai pas...

g11.jpg

M: Maintenait que je connais les éléments comment fait on les calculs simplement sans ordinateur ?
P: Par la fameuse loi de la mécanique SF=m*a, ou SF=0 dans notre cas et avec théorème de superposition
M: Vous m'avez déjà parlé de SF=m*a mais qu'est ce que le théorème de superposition ?
P: C'est tout bête, la contrainte dans une poutre est la somme de toute les contraintes prisent une par une.
M: Comme pour la loi de la mécanique SF=0, c'est bateau !
P: Bateau mais puissant !
Par exemple tu dis que le viaduc doit supporter 4t/m (wagon de 80t et 20m). Le poids linéaire d'une travée pour est généralement compris entre 1.5 à 2t/m pour une section correspondant à ce pont. Soit 4+2=6t/m ou 3t/m par poutre principale.
On va prendre 2 modules espacés de 3m pour te montrer un calcul. Cette mini poutre principale de 6m doit supporter 9t+9t.
La force se représente par une flèche donnant la direction. Si on rend sa longueur proportionnelle à la force on obtient un vecteur.
On concentre les forces sur les points de la structure. SF=0 on en déduit 9t sur chaque appui.
Avant d'aller plus loin, petit problème, la structure en croisillons n'est pas isostatique mais hyperstatique. Les forces peuvent passer par plusieurs chemins. On n'aime plus trop ce genre de structure car un montage approximatif change totalement la répartition des forces. Si un des croisillons tire un peu trop, alors le croisillons complémentaire ne supporte plus rien.
Ici on prend comme hypothèse que les 2 sous structures supportent le même poids.
On va encore utiliser le théorème de superposition en calculant les 2 sous-structures suivantes:

g12.jpg

M: On n'a encore rien calculé et c'est déjà compliqué !
P: Tu vas voire c'est tout simple ha ha ha...
Appliquons une force de 4.5t au point A, la force est directement transmise au support en D, idem pour C qui transmet en F.
Le cas du point B est plus intéressant, la force ne peut pas descendre en E car c'est une force verticale qui ne peut pas être décomposée en forces horizontales au point E.
Pour les mêmes raisons elle ne passe pas dans la poutre supérieure
elle passe donc par les croissillons et arrive par exemple au point D, elle se décompose entre verticale qui va être reprise par le support et horizontale, transmise par la poutre inferieure.
On a donc calculé toutes les forces dans notre structure.
M: Je vois ce n'est pas si compliqué, on passe a l'autre structure
P: Même raisonnement ...
M: Et maintenant, théorème de superposition ?
P: Et oui, on obtient toutes les forces dans notre poutre principale.

g13.jpg
0n peut donc dimensionner les différents éléments.


On ferait de même s'il y avait plus de modules. Bien entendu cela demande de la rigueur et des vérifications...
M: Et ben, chapeau ! Pourquoi y a t'il des forces dans des ronds et d'autres avec une ligne sur votre schéma ?.
P: Vois tu les ronds indiquent des compressions alors que les traits des tractions.
M: En voyant les croisillons qui se ressemblent je n'imaginais pas qu'il y en ai eu en tractions et d'autres en compression.
P: Et pourtant... Si les éléments en tractions ne posent pas de problèmes, avoir la bonne section suffit il faut faire attention aux éléments en compression qui peuvent flamber. Tire sur un spaghetti il ne se casera pas, pousse avec la même force, il se courbera et cassera.
C'est pareil avec les poutres, c'est pour cela qu'elles ont des formes adaptée en L, T ou H et des renforts
M: Et ben, vous m'avez ouvert les yeux ! Je suppose que l'on surdimensionne certaines pièces.
P: Tout a fait, on surdimensionne en fait toutes les pièces ! On prend généralement un facteur de sécurité par ex K=5. Cela permet de se prémunir dans une certaine mesure du vieillissement, de la non homogénéité des matériaux, des imprécisions de montage, des diverses accélérations ...
M: Dans les constructions modernes, il n'y a plus le treillis donc c'est plus simple, pourquoi ne pas utiliser cela.
P: Bonne question ! En fait la partie supérieure d'une poutre travaille en compression et la partie inferieure en traction, au milieu aucune force, en enlevant le milieu et en déportant la matière aux extrémités on gagne en matériaux, c'est donc plus léger et moins cher !
M: Alors pourquoi fait on cela aujourd'hui ?
P: Dans le prix il n'y a pas que celui des matières premières, il faut compter le cout des études, de l'assemblage de la maintenance ...
M: ah oui je vois. Vous me faite penser que l'on n'a pas parlé d'assemblage, tout cela tient avec des rivets c'est impressionnant de savoir qu'un simple cylindre dans des trous accomplit cela.
P: La présente reconstruction est soudée, par contre tu as raison la version initiale était rivetée.
Les pièces assemblées ne tirent pas latéralement sur les rivets (idem pour les boulons). en fait les rivets serrent les 2 pièces ensembles et c'est la friction entre les pièces qui les solidarise. Si ce n'était pas le cas, il y a fort a parier que les rivets seraient cisaillés. C'est pour cela qu'il faut serrer les boulons et pas juste s'assurer qu'ils sont dans les trous ...
M: Je crois qu'on a fait le tour
P: Que tu crois mon gars, je pourrais te parler de ce viaduc pendant des heures, son histoire, sa construction...
M: C'est vrai comment ont ils fait pour monter les travées ?
P: Hé hé hé... Désolé mon gars je dois y aller avant que les commerces ne ferment, si je ne fait pas les courses, Mamie va me trucider.
Peut être pourrions nous continuer cette discussion demain si tu es dans les parages ?
M: Je me rendrais disponible, je ne pourrai pas me pardonner de rater de si intéressante discussions.
P: Ce n'ai pas ce qu'en pense la majorité de mes élèves… Et oui j'étais proff en physique/chimie et j'ai torturé des générations d'élèves avec ce viaduc. Et bien retrouvons nous demain à 16h sous l'arche, un petit chemin permet d'y accéder facilement.
P: Pour éveiller ta curiosité, les travées ont été lancées
M: Vous déconnais papi on lance une pierre, pas des travées !
P: Hé hé hé et je ne t'ai pas parlé de diplodocus, ha ha ha !
M: Maintenant c'est les dinosaures, vous me faite marcher ! A demain et merci beaucoup
P: Salut mon gars !
Modifié en dernier par Lulu_ho le mer. 18 sept. 2019, 19:23, modifié 1 fois.

Avatar du membre
DeepPurple
Communicatif
Messages : 957
Enregistré le : ven. 04 nov. 2016, 19:36
Echelle pratiquée : N/DCC
Prénom : Philippe
Club : AMFB Braine-l'Alleud (B)
Site Internet : http://pdf.cachalo.be
Localisation : Un peu plus à l'ouest
Âge : 64

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par DeepPurple » mer. 18 sept. 2019, 08:21

Lumineux ! Ah, si j'avais eu une explication aussi claire durant mes cours de CC (construction civile)... Vivement la suite. Avec un zeste de résonance ?
Loch & LOL !

Avatar du membre
po
Papotier
Messages : 119
Enregistré le : sam. 25 oct. 2008, 23:01
Localisation : Nimes
Âge : 37

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par po » mer. 18 sept. 2019, 10:04

Salut

Sympa cette discussion...
2petites coquilles...(date de 1973 après le dessin du viaduc et les piles maçonnées, et l'effort qui devrait s'exercer en F et non en E...)
J'attends ta prochaine retranscription pour savoir comment ils jetaient les travées a l'époque...( je me suis toujours demandé comment du temps du MIDI ils avaient pu construire un viaduc de 80m de portée que je connais...)

Bonne continuation et bonnes balades dans les gorges de la Vioule...

A+
PO
PO à la limite du MIDI et PLM.

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » mer. 18 sept. 2019, 19:30

Bonsoir Philippe, je n'ai eu que des cours d'électroniques et d'informatique donc rien à voire avec la mécanique ;-)
Je crains que calculer la fréquence de résonnance ne dépasse mes compétences.
Avec tes cours de construction civile tu dois être expert, n'hésite pas à poster pour nous éclairer.

Bonsoir PO, merci pour les erreurs, je viens de les corriger dans le post de base.
Pour ton viaduc, si tu dis duquel il s'agit peut être qu'un membre du forum pourra t'éclairer.
Beaucoup n'ont pas été lancé mais construit avec des échafaudages.

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » mer. 18 sept. 2019, 20:34

Le lendemain, je rencontre à nouveau le papi, mais cette fois du côté occidental de la gorge sur le petit chemin qui passe sous l'arche ...

h1.png

M: Bonjour Papi
P: Salut mon gars, tu es en avance
M: Je ne voulais pas rater la suite du récit. Hier j'étais tellement pris par vos explications que j'en ai oublié de vous demander votre prénom.
P: Je m'appelle Gustave
M: Ca alors ! C'est un nom prédestiné pour qui s'intéresse aux constructions métalliques !
P: Ah ah ce n'est pas faux ! Et toi mon gars ?
M: Je m'appelle Ulysse
P: Un nom prédestiné pour les voyages, ah ah
M: Je vois que vous êtes venu avec une chemise aujourd'hui.
P: Et bien oui, je t'ai amené quelques documents pour mieux étayer mes propos. Hier je t'avais parlé des différentes parties des travées.
M: Ah oui, je les ai appris par cœur
P: C'est ce que nous allons vérifier, voici une photo du chantier de remplacement des travées du viaduc "du Grenand". Le découpage d'une travée permet de voir les différents éléments.

h2.jpg
h2.jpg (107.51 Kio) Vu 637 fois

M: Ah oui en effet, c'est bien parlant sur cette image, je vois les différentes poutres, montants, croisillons, entretoises et autres poutrelles.
P: On aurait aussi pu allé voire cela de plus prêt en allant sur la passerelle d'inspection mais les trappes d'accès sont cadenacées maintenant …
M: Dommage
P: Tu te souviens on avait aussi fait des calculs
M: Ah ca oui, cela m'a fait travaillé les méninges
P: Et bien, j'avais simplifié pour que ce soit simple à comprendre, la réalité est plus complexe...
Pour t'expliquer cela j'ai entré les données dans un logiciel de calcul structurel.
Regarde ce que donne la simulation informatique pour la première sous structure:

h-simple.png

M: C'est joli, je retrouve bien la structure, mais je ne comprends pas ces rectangles et ces nombres.
P: Pour les nombres, l'unité est le kN et non la tonne force que l'on a utilisé hier, il te suffit de faire la conversion approximative 10KN=1t et tu pourras comparer...
Les rectangles violets sont une commodité pour représenter les forces axiales dans les éléments...
C'est vrai que c'est difficile a comprendre au premier abord car la force est axiale et non latérale comme représentée par le rectangle, mais c'est bien pratique.
Si tu prends le 1er montant entre les point 1 et 2, tu vois que son rectangle indique -19,68kN soit une compression de 2t. C'est un rectangle donc la force est la même partout ce qui est normal car le montant transmet cette force entre les points 1 et 2.
Si tu prends un croisillon, tu vois -34,54kN soit 3.5t en compression. Comme les rectangles sont proportionnels il est aisé de comparer les forces exercés sur les différents éléments…
Le rectangle bleue tout en haut applique une force homogène de 3t/m. Pour le calcul, c'est équivalent à mettre 9t sur le montant central et 4.5t sur chacun des montants latéraux.
M: Je comprends le schéma maintenant. Il me semble que ce n'est pas exactement ce que l'on avait calculé
P: Les calculs que l'on avait fait sur les sous structures avec l'hypothèse que chacune supportait la moitié de la charge ne sont pas très éloignés de la simulation informatique. Regarde, la simulation est en haut et nos calculs de hier en bas:

h10.png
h10.png (181.31 Kio) Vu 637 fois

M: Il y a quand même dans les 10% d'erreurs et des forces dans des pièces ou l'on avait dit qu'il n'y en avait pas.
P: C'est vrai, il y a déjà les approximations de calculs (2% pour 10kN=1t au lieu de 9.8kN=1t, 3% pour 0.7 à la place de SQRT(2)/2 ...)
Mais surtout le logiciel calcule les déformations et les éléments horizontaux et verticaux avec un bel angle de 90° ne les ont plus exactement.
Sans les déformations, les forces purement verticales ne pouvaient pas passer dans des éléments horizontaux.
Avec les déformations les éléments ne sont plus exactement horizontaux et une petite partie de la force verticale peux y passer ...
On a par exemple maintenant 250kg dans la poutre supérieure et 140kg dans le montant centrale.
M: C'est négligeable comparé aux 2.5t et 4.5t que va ajouter l'autre demi structure d'après nos calculs de hier.
P: Surtout en prenant en compte le facteur de sécurité
M: Pas grand chose de nouveau avec l'ordinateur alors ?
P: En fait si, l'hypothèse que les 2 sous structures portent la même charge était fausse. C'est ce que je te racontais sur le
problème lié aux structures hyperstatiques, on ne sais pas trop comment se repartissent les forces.
L'ordinateur calculant les déformations est a même de déterminer cette répartition.
Voici ce qu'il a calculé:

h-full.png

M: Ah oui, la répartition n'est vraiment pas identique !
P: Et oui ! Attention aux structures hyperstatiques calculées à la main... Tu vois que les différences sont importantes surtout dans les croisillons

h11.png
h11.png (267.92 Kio) Vu 637 fois

M: Il y a de gros changements en effet. Je constate avec soulagements que les parties en compressions et tractions sont les mêmes.
P: Encore heureux ... Pour te montrer la puissance de l'outil informatique regarde ce qu'il est possible de faire

h-simple3.png

M: Ouah ! ce sont les déformations
P: Et oui ! Elles sont bien étendu amplifiées sur le dessin pour les voire, mais ne font même pas 1mm.

M: Avez vous fait la simulation pour l'ensemble du viaduc ?
P: Oui j'avoue, mais je ne t'ai pas porté ce document car sur une feuille A4, on ne voit rien.

P: Tu dois en avoir marre des calculs, passons à autre chose. Prêt pour l'histoire et le chantier ou plutôt les chantiers ?

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » jeu. 19 sept. 2019, 03:36

M: Pour l'histoire du viaduc, j'ai rencontré un certain Mr Jeannot qui me l'a conté. Riche histoire !
P: Tu l'a dit, ce viaduc revient de loin ! Ah ce Jeannot un sacré historien, il était prof d'histoire/géo par contre y pipe rien en technique ha ha ha ...
M: En tout cas il n'a pas pu me renseigner sur les dinosaures qui lancent des travées...
P: Il a du te prendre pour un fou mais tu vas comprendre...
M: Alors ce chantier ?
P: Sitôt la décision prise de commencer le chantier, la réalisation des parties maçonnées fut lancé immédiatement.
La partie la plus épique fur l'ancrage de la pile. En effet étant située dans la rivière un batardeau fut construit afin de travailler sur les fondations au sec. Comble de malchance il fut emporté par 2 fois par des crues soudaines. Mais finalement les bâtisseurs triomphèrent.
La réalisation de la semelle prit tout de même 4mois.
La culée orientale que tu vois de l'autre coté ne posa guère de problème.
La culée occidentale, donc celle qui est juste à coté de nous avec sa voute allait bon train quand les travaux furent interrompus a mi hauteur !
M: Ah bon, pourquoi ?
P: En fait il fut décidé d'utiliser la technique novatrice du "lancé" pour mettre en place les travées.
M: Le fameux lancé mais qu'est ce enfin ?
P: D'habitude on utilisait des échafaudages en bois qui sevraient a assembler les travées.
Je te laisse imaginer un tel échafaudage de 70m de long et 30m de haut capable de soutenir des dizaines et des dizaines de tonnes …
Cela revient quasiment à construire un pont en bois sur lequel on assemble notre pont en fer !
Le problème principale est le coût d'un tel échafaudage et on a déjà vu que le coût fut un facteur important pour cette ligne secondaire.
M: Donc pas d'échafaudage et on lance les travées, mais je ne vois toujours pas comment.
P: En fait ce terme vient de la marine où on construit souvent les bateaux sur le rivage donc hors de l'eau puis une fois achevés on les lance dans l'eau en les faisant glisser en fait.
M: Ah je vois, on fait pareil pour nos travées alors, on les construit en bord de falaise puis on les pousse vers le vide ?
P: T'as compris mon gars !
P: Pour assembler les travées les ingénieurs choisirent le coté de la gorge sur lequel nous nous trouvons
M: Pourquoi pas l'autre ?
P: Tu vois ce banal muret ?
M: oui un mur normal qui soutient le talus qui soutient la voie.
P: Que tu crois... En fait à l'origine il n' y avait pas encore le talus mais la pente naturelle du terrain
P: Il y avait donc ici une zone d'une quarantaine de mètres à plus de 4m en dessous de la futur voie en talus. La bonne hauteur pour nos travées qui descendent presque à 4m sous les voies !
M: Quel bol !
P: Et oui, sinon il aurait fallut creuser ... Pour que les travées puissent être lancées il fallait bien entendu attendre avant de construire l'arche afin de pouvoir faire glisser le tablier vers le vide.
M: Par contre il faut construire la pile avant non ?
P: Et bien grande nouveauté non, les ingénieurs se sont servit de la travée comme d'une grue pour construire la pile !
M: Pas con les gars !
P: La plateforme étant moins longue que les travées, à partir d'une quarantaine de mètre il fallait lancé un peu le viaduc par exemple de 6m (2 modules) puis assembler 2 modules et ainsi de suite ...
Je parle de 2 travées mais dans les faits elles sont solidaires pour n'en former qu'une.
M: Je suppose qu'il fallait prendre des précautions pour quelle ne bascule pas ?
P: Et oui, c'est le principe de la balance, il faut que par rapport au point pivot, la partie dans le vide soit moins lourde que la partie a terre.
Excuse moi, ce n'est pas exactement plus lourde, en fait il faut que le couple qui tend à faire chavirer la travée soit toujours compensé par le couple qui la retient.
M: Le couple c'est bien la force multiplié par le bras de levier ?
P: Exact, par exemple si tu as 3 modules de 3m et 4.8t chacun dont 1 dans le vide, celui dans le vide exerce un couple de 4.8t*1.5m=7.2tm.
tm, pour Tonne force Mètre. On utilise en général le Newton mètre, Nm. Tu peux faire une conversion simple en utilisant 1tm=10000Nm.
Le module sur terre le plus proche du point pivot exerce le même couple mais dans le sens opposé.
Le 3eme module exerce lui un couple de 4.8t*4.5m=21.6tm.
la partie sur terre "peut" exercer 21.6+7.2=28.8tm ce qui est largement suffisant pour compenser la partie dans le vide qui exerce 7.2tm
M: C'est clair, par contre où est ce point pivot ?
P: Dans un premier temps sur la culée occidentale, puis dans un second temps sur la pile.
M: Je reviens sur votre histoire de balance, en fait il suffit simplement d'avoir plus de modules du coté terre que du coté vide ?
P: Pour simplifier oui, mais ce n'ai pas toujours possible, par exemple à la moitié du lancement et en fin de lancement tu as la moitié des modules dans le vide.
M: Ah mince ! Comment fait t'on alors, on ajoute des modules supplémentaires que l'on retire ensuite.
P: Ca marcherait, mais il y a plus simple, il suffit de lester des modules côté terre.
M: ah oui, on charge notre balance côté terre.
P: Quelques tonnes sur les derniers modules suffisent …
M: Par contre comment pousser tout cela vers le vide ? Je suppose qu'il n'y avait pas top de vérins à l'époque.
P: Il y avait déjà des vérins, les pistons des locomotive ne sont ils pas des sortes de vérins ? Mais il y avait plus simple, plus ancien et mieux maitrisé: le treuil !
M: ah oui, si tu ne peux pas tirer, pousse ! On fixe un treuille sur l'autre rive et c'et partit
P: Par exemple !
M: J'aurai bien aimé voire cette opération
P: Moi aussi ah ah ah, mais je vais te faire quelques dessins:

h20.jpg

M: Le chantier ce passa bien ?
P: Globalement oui, bien que cela faillit virer a la catastrophe a cause d'une méchante tempête comme pour le viaduc de Tardes.
L'assemblage/lançage dura seulement 2 mois et ne nécessita pas l'utilisation d'un échafaudage d'où une importante économie.
Ah j'y pense j'ai une photo du chantier. Dommage qu'elle soit assez mal coloriée ...

h30.jpg

M: Les travées et la pile ont été assemblés ici mais ou ont elles été préfabriquées ?
P: Comme le viaduc du Rouzat, il fut fait appel à la société FL.
L'étude dura 2 mois. Elle réutilisa en grande partie les plans du viaduc du Rouzat en les adaptant à ce viaduc plus modeste.
Les calculs donnèrent 2 travées à poutre inférieure de 12 modules à treillis simple et montants. Maintenant, tu sais ce que cela signifie ah ah ah !
Avec un cahier des charges demandant une résistance standard de 80t sur 20m (wagon chargé), (soit 4t/m) et un facteur de sécurité K=5, les calculs donnèrent une poutre de 3.60m de haut par 3.30m de large.
Bien entendu le fer forgé fut retenu face à la fonte trop cassante et l'acier encore balbutiant.
Le poids linéaire (une fois équipé du tablier, rails ...) est de 1.6t
(Il est compatible avec celui du Rouzat qui est de 2.7t pour une section de 4.50mx4.50m. ((3.60*3.30)/(4.50*4.50))*2.70=1.60t)
ah mince j'ai oublié le plan des travées.
M: Ce n'est pas très grave, je crois que j'ai compris

M: Et la pile ?
P: Pour la pile, la charge est répartie sur 4 gros tubes de 35cm de diamètre extérieur.
Les tubes sont entretoisés. Il fut retenu d'utiliser 6 modules.
Le rapport entre hauteur et largeur des modules est constant ce qui fait un rapport multiplicatif de 1.25 entre 2 modules.
Vu la hauteur limité de la pile, il ne fut pas jugé nécessaire d'ajouter des jambes de force comme sur le viaduc du Rouzat.
Afin d'augmenter la stabilité de l'ouvrage, il fut décidé de couler du béton dans les tubes.
Le poids est de 2.5t/m (1.6t pour les tubes et entretoises et 0.7t pour le béton)
Voici un schéma où j'avais représenté les jambes de forces qui ne furent pas montées.

h22.jpg

M: comment tablier et pile sont ils liés ?
P: Afin d'absorber les variations de température, de la charge, le tablier repose sur une rotule au niveau de la pile et de rouleaux sur les culées.

M: Combien de temps à t'il fallu pour réaliser les éléments ?
P: La construction des éléments dura 4 mois dans les ateliers FL de Levallois-Perret.
Ainsi, seulement six mois après la commande, les 152t (73m*1.6 + 22m*1.6 = ) d'éléments préfabriqués se retrouvèrent sur le chantier pour être assemblés par rivetage. Un moi fut nécessaire pour finaliser la construction. En effet, il fallut réaliser la voute, le talus, poser la voie. Sans oublier la peinture spectaculaire avec les peintres acrobates...

M: Il n'a fallut que 9 mois pour construire ce viaduc ?
P: Et oui, il etaient efficaces à l'époque !

M: Les travées ne pèsent que 116t, je les croyais plus lourde !
P: Et oui, c'est assez léger, tout juste le poid d'une locomotive à vapeur ...

M: Le viaduc était donc prêt pour l'inauguration ?
P: Pas avant la pose des voies et le test de charge. Ce dernier fut réalisé avec un train de marchandise appliquant près de 300t sur la partie métallique. Il passa de plus en plus rapidement, d'abord timidement à 5kmph, puis 15, puis 30, puis 50, puis 60, puis 75 puis enfin 90kmph, soit 10% de plus que la vitesse limite de la ligne en service. Vint des essais de freinage afin de vérifier les butés. Tout se passa bien.
L'inauguration eu lieu seulement une semaine plus tard , il était temps de rentabiliser la ligne...
M: Merci pour l'histoire du chantier, je sais maintenant ce que lancé veut dire ! Ce n'était donc pas une blague, ha ha ha vous m'avais bien eu.

P: Il est 17h15, le TER ne vas pas tarder
M: Ah oui j'entend un bruit de moteur, ca se rapproche …


h3.jpg

P: C'est un x73500 plus communément connu sous le nom de suppositoire ah ah ah
M: Mais un suppositoire qui fait du bruit, quel bouquant quand il passe sur les travées, ça résonne dans toute la vallée
P: Tu me fais penser que l'on à pas parlé de résonance.
M: Le phénomène qui fait s'effondrer les pont ? Est ce vraie ou une légende urbaine ?
P: Le phénomène de résonance existe oui, mais c'est extrêmement rare qu'il fasse s'effondrer les ponts.
M: Vous me l'expliquez ?
P: Je vais tenter de l'expliquer... Prend une corde de Guitard, quand tu appliques une force puis que tu la retire, la corde émet un son car elle vibre à une certaine fréquence qui dépend de la section de la corde, sa matière, sa longueur et sa tension. Cette vibration dure un certain moment. Pour un viaduc c'est pareil, il oscille à une fréquence qui dépend de sa masse et sa rigidité. Plus il est lourd, plus il oscille lentement et plus il est rigide plus il oscille rapidement. On appelle cette fréquence, "fréquence propre" ou "fréquence de résonance". Si par exemple, elle est de 1Hz, cela signifie qu'il faut 1s pour un cycle de l'oscillation. On parle de fréquence propre mais en fait il y en a d'autres qui sont des multiples de cette fréquence de base, les fameux harmoniques. Généralement , on ne considère que la fréquence propre car c'est la plus puissante et de loin.
M: Ok, ca vibre mais de là à faire s'effondrer un pont ...
P: Tu as raison, il faut appliquer une impulsion de force colossale pour générer une oscillation qui cassera les travées. Et il y a fort à parier qu'une telle force cassera le viaduc avant d'avoir déclenché l'oscillation.
M: Alors c'est et c'est une légende urbaine ?
P: Pas exactement. Avec une seule sollicitation, l'oscillation s'atténue de plus en plus avant de disparaitre. Les oscillations qui s'emballent d'elles même c'est de la connerie, ca veut dire que tu génère de l'énergie à partir de rien, ah ah ah ... Par contre l'oscillation met du temps à disparaitre et c'est là le problème. Si tu refais une sollicitation avant que la première disparaisse, cela génère une nouvelle oscillation qui s'ajoute à la première ... De la somme de 2 sinusoïdes de même fréquence résulte une sinusoïde dont la valeur maximale dépend de la différence de phase entre les 2 sinusoïdes d'origine. Si les phases sont alignées alors la valeur maximale est la somme des 2 anciens max, si elle est en opposition c'est la différence, il y a donc soit une augmentation, soit diminution de l'oscillation ! Si on fait une 3eme sollicitation en phase, on augmente encore la valeur maximale. Dans le cas de 1Hz, si une rafale de vent touche le viaduc à t0 puis une autre à t0+1s puis une autre à t0+3s tout cela est en phase et fait augmenter l'oscillation. Le pire des cas est une sollicitation en phase à toute les périodes. Cela revient de générer une sollicitation de même fréquence que la fréquence propre, dans notre cas une rafale toute les secondes. Dans le même temps il y a aussi absorptions des oscillations donc un état d'équilibre. Le problème et si l'amplitude à d'équilibre est supérieure à ce que peut encaisser la structure, mais c'est vraiment rare ... Dans le cas du vent, il est dure de générer des rafales à la bonne fréquence et en phase. Dans d'autres cas c'est moins dure comme les fameux pas des soldats, ou les chocs entre les coupons de rails de même longueur (oups), ou un mouvement mécanique régulier (oups) ...
M: Mince, le phénomène de résonance existe donc vraiment, mais comment s'en prémunie t'on ?
P: On ne peut pas empêcher la résonance, par contre on peut faire en sorte que ca ne casse pas. Cela peut se faire de plusieurs façons ...
M; Lesquelles ?
P: Faire en sorte que les sollicitations courantes ne tombent pas pile sur la fréquence de résonance ou le cas échéant changer la fréquence de résonance, par exemple en rigidifiant le tablier. On peut aussi ajouter des amortisseur pour atténuer au plus tôt les oscillations. On peut aussi faire en sorte que l'état d'équilibre soit inférieur à ce que peut supporter la structure...
M: Je vois que c'est un sujet complexe, mais je crois que j'ai compris...

M: Par contre, je n'ai rien compris à cette d'histoire des dinosaures ?
P: Les dinosaures ?
M: Ok vous m'avez fait marcher alors ha ha ha.
P: Ah oui, le diplodocus.
M: Ce n'était pas une connerie alors ?
P: Jeannot as du te dire que les travées furent enlevées.
M: Oui
P: Et bien elles ne se sont pas envolées toute seule.
M: Elles n'ont pas juste été jetées dans la rivière
P: Pour endommager la route ? et comment découper ce métal sous des mètre d'eau pour le recycler ?
M: Ah oui ce n'aurait pas été très malin en effet.
P: Et c'est la que le diplodocus intervient !
M: Pourquoi pas un tyrannosaure ?
P: En fait le diplodocus est une sorte d'énorme grue ferroviaire faite entre autre pour remplacer les travées.
Il n'y a qu'un exemplaire qui appartenait au 5eme régiment du génie du train avant sa dissolution. Il est maintenant a la retraite mais sauvegardé car monument historique...
Je t'ai porté une photo pour que tu comprenne
h31.jpg
h31.jpg (61.38 Kio) Vu 588 fois
http://www.tvnp.fr/PFF/wp-content/uploa ... ailles.jpg
http://www.tvnp.fr/PFF/?p=5419
https://www.musee-du-genie-angers.fr/fp ... PTVFV2.pdf

M: Ah oui sacré engin ! Il n'était pas possible d'utiliser un engin plus léger ? A Toulouse je voyais une énorme grue.
P: Ca devait être une des grue Cockerill d'une capacité de 85t. Chaque travée pèse 36.5m * 1.6t/m = 59.2t donc ok a priori pour une grue Cockerill de 85t de force. Mais en fait non, elle ne peut soulever ce poids qu'avec une flèche de 6.60m. Et 40t a 10m donc impossible pour nos 60t dont le centre est à 18.25m de flèche.
M: Ah oui la force max ne suffi pas
P: Bah non mon gars, il faut prendre en compte la longueur de la flèche et le contrepoids ou le calage afin de contrarier le couple qui veut faire basculer la grue ...
M: Et le diplodocus en est capable ?
P: Presque ! C'est un engin à 2 flèches, une flèche pour soulever la charge et une contre flèche à laquelle on accroche un contre poids, en général un wagon !
Il était capable de soulever 55t a 22m.
M: La flèche est bonne cette fois, mais il manque 4.2t pour arriver aux 59.2t
P: Tu suis c'est bien ! Auparavant on avait retiré quelques pièces des travées, rails, trottoirs, rembardes… pour atteindre 55t
La travée occidentale a été déposée en premier, suivit de la travée orientale.
Les travées ont ensuite été découpée sur place puis chargées par une grue plus modeste sur des wagons pour évacuation et recyclage.
M: Voila le mystère du dinosaure résolue.

M: Et pour le viaduc actuel ?
P: Le diplodocus eu été bien utile, mais il été à la retraite.
Après destruction de la pile, une grue routière positionnée sur la route à d'abord servit à assembler la pile.
Ensuite il fut question de déposer les rails pour permettre à une énorme grue routière de se positionner en bordure de falaise puis assembler les travées en posant en premier les poutres principales une à une, avant de les solidariser et finir par le tablier. Bien entendu il aurait fallut faire cela des 2 côtés.
M: Ce n'est pas ce qui a été fait ?
P: Et bien non, c'est une grue ferroviaire qui a été utilisée !
M: Je croyais qu'elle les flèchent étaient trop courte.
P: En effet, les Cockerills de 85t ne convenaient pas.
Par contre une nouvelle grue convenait. Il s'agissait du prototype des grues Kirow de 150t de force qui fut prêté et utilisé pour ce chantier afin de démontrer ses capacités. Une telle grue fut ensuite achetée en 2007
M: Une grue de 150t de force, mieux que le diplodocus ?
P: Encore une fois c'est pas parce que la force de levage est plus grande que c'est mieux ! Regardes ses caractéristiques

h-kirow.png
http://www.spoorkraan.nl/files/Brochure ... folder.pdf


M: Ah oui à 18.5m, elle ne soulève que 40t alors que le diplodocus en soulevait 55 à 22m. Comment ont ils fait alors pour notre travée travée de 59t ?
P: Exactement comme ce qui été prévu pour la grue routière, pose des poutres principales une à une puis solidarisation des 2 poutres avant d'ajouter le tablier.

M: Tout est clair maintenant, on ne fat pas forcément mieux aujourd'hui que dans le passé.
P: Et oui ah ah ah. J'ai terminé mon récit. Au fait tu peux venir diner chez moi, mami est d'accord.
M: Avec plaisir Gustave ! Vous savez, Je repars demain mais je garderai un super souvenir de ces vacances et vous y êtes pour beaucoup !
P: Merci mon gars, allons manger ! Avec un apéro avant bien entendu ! ah ah ah !
M: ah ah ah !

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » jeu. 19 sept. 2019, 03:50

J'en enfin terminé ce récit imaginaire et technique. Cela m'a permit de faire des recherches historiques et techniques et je suis content d'avoir appris bien des choses. J'espère juste ne pas avoir été trop long ou raconté trop de conneries. Si c'est le cas, c'est de la faute de Gustave, quel bavard ce papi ! Promis, que François se rassure, le prochain et dernier post sera exclusivement consacré au modélisme avec la réalisation du viaduc et du modulino.

Avatar du membre
Prevost
Mon surnom à moi
Messages : 27064
Enregistré le : lun. 02 janv. 2006, 10:04
Echelle pratiquée : H0.fr & H0.usa
Prénom : Alain
Localisation : Au pays des lentilles AOP
Âge : 65

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Prevost » jeu. 19 sept. 2019, 18:31

Les pont treillis, sauf cas exceptionnel, ne sont jamais lancés mais construit par encorbellement. La membrure inférieure peut pas transmettre aux montants la réaction de l'appui lors de l"avancement des poutres.

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » ven. 20 sept. 2019, 00:59

Bonsoir Prévost,

Comme tu l'as surement compris, mon viaduc du Rouzet est fortement inspiré du viaduc du Rouzat (aussi connu sous le nom viaduc de la Sioule) ;-)
Je viens de vérifier, ce viaduc a bien été lancé.
La photo ancienne suivantes le montre:

i3.jpg
source: https://www.cparama.com/forum/saint-bon ... 17732.html


Pour le viaduc de Neuvial lui aussi lancé, un raidisseur à haubans a été très utilisé, ce qui n'a pas été le cas sur le viaduc du Rouzat.
i2.jpg
source: https://www.cparama.com/forum/saint-bon ... 17732.html


Idem lors du lancement du viaduc de la Bouble.

i_bouble.jpg
source: https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Viaduc_de_la_Bouble


J'ai faillit me faire avoir, sur la 2eme photo il s'agit bien du viaduc de Neuvial et non du viaduc du Rouzat comme indiqué sur le site web d'origine de la photo. On peut reconnaitre les 4 viaducs métalliques de la ligne de Commentry à Grannat grâce au document suivant:

i4.png
i4.png (386.38 Kio) Vu 417 fois

Il manque le viaduc de la Bouble qui se reconnait aisément car bien plus long.

Viaduc de la Bouble (société Eiffel)
Longueur : 395 mètres / Hauteur : 66 mètres / Construction 1868 – 1871 / 5 arches + 6 travées en treillis + 2 arches

Viaduc du Belon
Longueur : 231 mètres / Hauteur : 48,5 mètres / Construction : 1868 – 1871 / 4 voutes + 3 travées en treillis + 3 arches

Viaduc de Neuvial
Longueur : 160 mètres / Hauteur : 44 mètres / Construction : 1868-1869 / 2 voutes + 2 travées en treillis + 1 petite travée pleine pour la route

Viaduc de/du Rouzat ou viaduc de la Sioule ou viaduc du Rouzat sur la Sioule (société Eiffel)
Longueur : 180,6 mètres/ Hauteur : 59 mètres / Construction : 1869 / 1 voute + 2 travées en treillis


Concernant l'encorbellement, je doute qu'il puisse être utilisé pour les 2 travées extrêmes (celles en contact avec les culées) car il faut bien que les premiers modules s'accrochent à quelque chose. Donc pour les viaduc à une ou 2 travées c'est mort.

Pour les travées centrales, donc à partir des viaducs à 3 travées, en effet l'encorbellement a été utilisé.
Cela a été par exemple le cas pour le célèbre le viaduc des Fades sur lequel les 2 travées extrêmes ont été montées par échafaudages géants et porte à faux tandis que la travée centrale a ensuite été construite par encorbellement. Les premiers modules s'accrochant sur l'extrémité des travées extrêmes, puis les suivants s'accrochant sur les précédents jusqu'à se rencontrer.

Sur les viaduc autoroutiers en béton, il est courant d'utiliser l'encorbellement à partir d'une pile et de progresser de part et d'autre, mais sur les anciens viaduc ferroviaire métalliques, les piles assez courtes me semblent incompatible avec cette opération.
Modifié en dernier par Lulu_ho le ven. 20 sept. 2019, 08:46, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Prevost
Mon surnom à moi
Messages : 27064
Enregistré le : lun. 02 janv. 2006, 10:04
Echelle pratiquée : H0.fr & H0.usa
Prénom : Alain
Localisation : Au pays des lentilles AOP
Âge : 65

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Prevost » ven. 20 sept. 2019, 08:41

Ok

Avatar du membre
Prof
MIMO pur jus
Messages : 26479
Enregistré le : ven. 12 août 2005, 22:23
Echelle pratiquée : H0
Prénom : Michel
Club : RMC Castres
Site Internet : http://rail.castrais.free.fr
Localisation : 81-Castres
Âge : 76

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Prof » ven. 20 sept. 2019, 08:51

:applause: CQFD :applause:
Je suis toujours mimo d'Oc

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » ven. 20 sept. 2019, 09:02

Il serait intéressant de faire une simulation en situation de lancement et une autre en situation terminée avec un train dessus.
Si certaines forces dans la structure lors du lancement sont supérieures, cela voudrait dire qu'il faut surdimensionner certaines pièces pour ce mode de construction...

Avatar du membre
Prevost
Mon surnom à moi
Messages : 27064
Enregistré le : lun. 02 janv. 2006, 10:04
Echelle pratiquée : H0.fr & H0.usa
Prénom : Alain
Localisation : Au pays des lentilles AOP
Âge : 65

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Prevost » ven. 20 sept. 2019, 16:01

Prof a écrit :
ven. 20 sept. 2019, 08:51
:applause: CQFD :applause:
CQFD... Oui et non.
Sur les photos rien ne prouve qu'il s'agit d'un lançage.
Sur le viaduc du Neuvial, il n'y aucun attribut de cette opération. Treuils, moufles, guide, galets,etc. La travée sur rive a pu être montée uniquement pour l'équilibrage lors du montage par encorbellement de la travée de rive.
D'autre part le mat avec ses haubans, sont, sur les photos, toujours positionnés sur une pile. Il sert à soulager le porte à faux.
Je constate aussi sur les photos que les éléments (montants d'appuis) sont à leur place définitive. Ce qui me laisse à penser, là aussi qu'il s'agit d'un montage par encorbellement.
A défaut d'autres éléments, je persiste à dire qu'il ne s'agit pas de lançage.
Pour avoir calculé des phases de montage de pont métallique, on obtient des réactions d'appui, dans ces phases, peu compatibles avec la résistance d'une membrure de poutre treillis.
Mais comme rien n'est impossible...

Et surtout, je peux me tromper :ange:

Lulu_ho
Causant
Messages : 280
Enregistré le : ven. 16 déc. 2016, 12:24
Echelle pratiquée : HO
Prénom : Ulysse

Re: [Modulino] Le Réseau de Lulu (Un réseau avec des modulinos)

Message par Lulu_ho » ven. 20 sept. 2019, 20:22

Je vois que le sujet déchaine les passions, c'est chouette :mdr2:

Je crois que l'on est d'accord pour le viaduc du Rouzat, donc plausible pour mon viaduc ouf :D

Pour les autres Il va falloir mener une enquête plus approfondie.
Pour l'instant tout les indices que j'ai trouvé plaident pour le lancement.


D'après: https://www.lettreducheminot.fr/divers/ ... de-sioule/
Le viaduc de la Bouble a servi de modèle pour les trois autres viaducs métalliques, notamment dans ses techniques de construction résolument innovantes pour l’époque. Pierre-Félix Moreaux a notamment mis au point une technique de rivetage sans soudures ni boulons. Autre innovation importante, le tablier métallique est mis en place par poussage à partir d’une rive. Bref, si ces ouvrages d’art ont incontestablement un intérêt historique et esthétique, ils sont aussi les témoins précieux de l’évolution de techniques de construction ferroviaires.

Sur la photo du viaduc de la Bouble, les 5 piles rapprochées du fond recevront des arches maçonnées.
La longueur du tablier sur ces piles et le talus est bien supérieure à ce qu'il faut pour équilibrer la construction et construire par encorbellement.
Les montants en bout de tablier dans le vide sont plus gros que les autres ce qui laisse à penser qu'il s'agit des montants extrêmes.


Dommage que la photo du viaduc de Neuvial, soit d'aussi mauvaise qualité, je crois distinguer un treuil, une corde et un renvoie d'angle. Mais quand on cherche des indices on finit par imaginer des choses qui n'existent pas. C'est vrai que cette méthode de poussage est plus astucieuse que mon histoire de treuil sur l'autre rive.

i22.jpg

On voit que les montants extrêmes sont plus gros ce qui indiquerait qu'il s'agit d'une extrémité du tablier.
A 16 modules de l'extrémité on distingue un montant plus gros, il doit s'agir du montant central
Après ce montant il y a encore 16 modules (je me suis explosé les yeux pour les compter)
Tout ceci laisse à penser que l'on à la totalité du tablier devant nous (Désolé j'utilise le terme tablier, je devrait parler de poutre)
On voit bien les montants de tailles différentes et les 2x16 modules sur le viaduc terminé sur la superbe photo suivante :coeur1: :

i33.jpg
source: http://www.photosdetrains--free--fr-utiliser la fonction ajouter une image.fr/picture/T2 ... de-neuvial


Grâce à ton intervention, je constate qu'il est techniquement possible de construire par encorbellement même les travées extrêmes. En construisant une travée à terre juste pour supporter la construction par encorbellement. Il faut alors équilibrer l'ensemble dans le vide et à terre en construisant une travée à terre assez longue ou en la lestant ou en l'ancrant. Et en fin de chantier il faut la démonter ou être plus malin et la réutiliser une fois la première travée sur la première pile ...

Répondre