Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Echanger des trucs, construire le modélisme de demain...

Modérateur : MOD

Répondre
Avatar du membre
Phil77
Prolixe
Messages : 1959
Enregistré le : sam. 27 déc. 2008, 14:56
Echelle pratiquée : ho et G US
Prénom : Philippe
Club : Meaux
Localisation : 77
Âge : 58

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Phil77 » lun. 29 avr. 2019, 11:58

Merci pour toutes ces précisions sur l'historique de matériels très nombreux et diversifiés sur cette ligne impériale ,c'est pourquoi j'ai choisi cette région ;par contre ,pas facile de trouver rassemblé des compos de jour ( de nuit oui avec l'excellent livre sur les trains de nuit Français ) ,internationale et TAC sur une même revue à différentes époques .

Fabien 45
Fécond
Messages : 503
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Fabien 45 » lun. 29 avr. 2019, 13:35

Dans le Loco-Revue numéro 752 de mars 2010, il y a un article intitulé "escapade en 1978 en bourgogne". C' est un réseau évoquant la gare des Lumes et il y a un tableau avec quelques compositions. Dans les VOIES FERREES numéro 108 de juillet-aout 1998, 125 de mai-juin 2001 et 127 de septembre-octobre 2001, il y a des dossiers respectivement sur Paris-Dijon, les trains France-Italie et Paris-cote d' Azur avec des tableaux de composition en 1981.Les trains concernés sont le plus souvent ceux de la fin des années 70, les compositions n' ont peut-être pas évoluer.
Pour information, je suis né le 21 juillet 1976 à Melun et j' ai vécu dans cette ville jusqu' en juin 1979 mais mes grands-parents et des oncles et tante sont restés à Melun donc je pouvais encore y voir le trafic. J' ai par la suite habité à Corbeil-Essonnes jusqu' en novembre 1983 à 5-10 minutes à pied de la gare de Moulin-Gallant au chemin des Lorittes coté impaire. Les voisins d' en face avaient la ligne Corbeil-Malesherbes passant dans le fond du jardin. Un point négatif: le trafic n' était pas varié puisque les autorails X 4300 et 4630 représentaient 9 circulations sur 10. Dès que j' ai appris que Jouef les reproduisait, j' ai voulu en avoir un ce qui fut chose faite pour mes 7 ans. il y avait un train tracté par locomotive Diésel Paris-Malesherbes le soir vers 17 ou 18 heures que j' ai vu à plusieurs reprises mais je n' ai jamais vu l' homologue de centre contraire, d' après mon père, il desservait Moulin-Galant vers 7 heures trop tôt pour moi à cet âge. Il m' expliquait que lors du stationnement, la dernière voiture était encore sur le passage à niveau faute de quai suffisamment long. Vers 11H30, heure de fin de l' école le matin, un train de marchandise en provenance de Malesherbes passait, la locomotive était acheminée haut le pied à l' heure où je partais à l' école. A plusieurs reprises, j' ai vu le passage à niveau se fermer pour la laisser passer. Les meilleures choses arrivent souvent à la fin, j' ai quitté Corbeil-Essonnes donc Moulin-Gallant 2 mois avant la mise en service de la traction électrique mais le trafic n' aurait pas été plus varié, les Z 5300 auraient été le seul matériel sur la ligne, de temps en temps, il y aurait peut-être eu des Z 5100 et des RIB avec BB 8500. Les trains de grandes lignes transitant par Corbeil-Essonnes sont peu nombreux trajet plus long (44 par Brunoy contre 55 par Corbeil) et moins rapide, au mieux, quelques uns partant de la gare d' Austerlitz pour soulager la gare de Lyon lors des fortes pointes les weed-end d' hiver et en plein été ce qui fut plus courant dès l' hiver 1991. Depuis l' été 2000, tous les trains de nuit du Sud-Est partent ou arrivent à Austerlitz mais leur nombre a fortement baissé depuis. De 6 à cet été, 2 ont été supprimés un an plus tard (1 Paris-Nice et le Paris-Béziers), celui pour l' Auvergne en septembre 2003, celui pour la Savoie est devenu périodique puis a totalement disparu, les 2 dernier (Paris-Nice et Paris-Briançon) ont fusionné sur Paris-Valence avant que le premier disparaissent. Pour soulager la gare de Lyon et son annexe de Bercy saturés et permettre de retrouver à la gare d' Austerlitz de retrouver du trafic perdu suite à la mise en service du TGV A dont une partie du trafic a été transféré à Montparnasse, il se peut que du trafic grande ligne y soit transféré notamment les Paris-Nevers et Paris-Clermont actuellement à Bercy mais peu apprécié par les usagers grandes lignes.

Avatar du membre
Munier
Loquace
Messages : 1254
Enregistré le : mar. 23 août 2005, 21:49
Prénom : Philippe
Club : CMF d'Albens + AMFBC Chambéry
Localisation : Sur les bords du Lac de Lamartine: "oh temps, suspends ton vol...."
Âge : 68

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Munier » lun. 29 avr. 2019, 14:13

Le N° 108 de Voies Ferrées est superbe car il traite de l'Artère Impériale à 3 époques espacées de 15 ans: 1966, 1981 et 1996.
Le texte est très bon: j'y ai appris bcp de choses (bien que sachant déjà bcp des choses puisqu'inconditionnel de cette ligne, en particulier, du côté du PK 204, en gare de Tanlay)
Il y a des exemples de compositions, les diagrammes de circulations, des anecdotes, le matériel moteur et voyageur ayant circulé à ces époques, etc..., bref, un n° de VF que tout amateur du Sud-Est se doit d'avoir!

Fabien 45
Fécond
Messages : 503
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Fabien 45 » lun. 29 avr. 2019, 14:33

Il y a quelques jours, j' avais envoyé un message à ce sujet dans la rubrique du numéro 53 de septembre-octobre 2012. j' avais lu que sur Paris-Dijon en 1966, il y avait 10 trains de jours et 16 de nuit. Je n' ai vu des compositions que de 23 trains (7 de jour et 16 de nuit). Il manque 3 trains de jour: il y avait le Cisalpin Paris-milan assuré en rame automotrice quadri-courant suisse, je me demande quelque sont les 2 manquant. Je sais que de 1966 à 1970, il y a eu 1 AR Paris-Dijon assuré en Z 7100 avec quelques remorques donc il y avait encore un train assuré en automoteur mais lequel?

Avatar du membre
Phil77
Prolixe
Messages : 1959
Enregistré le : sam. 27 déc. 2008, 14:56
Echelle pratiquée : ho et G US
Prénom : Philippe
Club : Meaux
Localisation : 77
Âge : 58

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Phil77 » lun. 29 avr. 2019, 19:32

Munier a écrit :
lun. 29 avr. 2019, 14:13
Le N° 108 de Voies Ferrées est superbe car il traite de l'Artère Impériale à 3 époques espacées de 15 ans: 1966, 1981 et 1996.
Le texte est très bon: j'y ai appris bcp de choses (bien que sachant déjà bcp des choses puisqu'inconditionnel de cette ligne, en particulier, du côté du PK 204, en gare de Tanlay)
Il y a des exemples de compositions, les diagrammes de circulations, des anecdotes, le matériel moteur et voyageur ayant circulé à ces époques, etc..., bref, un n° de VF que tout amateur du Sud-Est se doit d'avoir!
Merci , je vais essayer de me procurer ce numéro 108 de Voies Ferrées ,la revue la plus complète avec ferrovissime ,dommage qu'elle n'existe plus :wink:

Fabien 45
Fécond
Messages : 503
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Fabien 45 » lun. 29 avr. 2019, 19:53

Le dernier était le numéro 221 de mai-juin 2017. il était particulier car il n' y avait que 3 articles sur le chemin de fer réel mais comportant plusieurs pages: l' adieu aux rames tractées sur Paris-Belfort, excursion ferroviaire au cœur des highlands et la 1ère partie de l' histoire de la ligne impériale Paris-Lyon-Marseille. Elle s' est arrêtée en 1952 avec la mise en service complète de la traction électrique sur Paris-Lyon. Je reste sur ma fin car j' aurais bien voulu la suite. Pour le compléter, il y avait la mise en service simultanée des lignes grande vitesse Tours-Bordeaux et Le Mans-Rennes le 2 juillet et la veille du tramway 11 en région parisienne. Si 2 parties suffisaient pour ce dossier, après, cela ne me dérangeait pas qu' elle soit arrêtée. A la fin de cette même année, c' est au tour d' Objectif Rail de disparaître.

Fabien 45
Fécond
Messages : 503
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Fabien 45 » jeu. 02 mai 2019, 10:49

J' ai trouvé 3 autres revues avec des compositions de trains de la ligne impériale fin des années 70, début des années 80: Ferrovissime 34 de janvier 2011 "1981, les trains classiques sont prêts au départ gare de Lyon" et 2 hors série d' Objectif Rail: numéro 4 "l' artère impériale au temps des CC 6500" et 13 "les locomotives de Paris-Dijon-Lyon".

Avatar du membre
Phil77
Prolixe
Messages : 1959
Enregistré le : sam. 27 déc. 2008, 14:56
Echelle pratiquée : ho et G US
Prénom : Philippe
Club : Meaux
Localisation : 77
Âge : 58

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Phil77 » jeu. 02 mai 2019, 11:54

Merci pour l'info ,cela m'aidera pour la compo de mes futures vidéos

Avatar du membre
Munier
Loquace
Messages : 1254
Enregistré le : mar. 23 août 2005, 21:49
Prénom : Philippe
Club : CMF d'Albens + AMFBC Chambéry
Localisation : Sur les bords du Lac de Lamartine: "oh temps, suspends ton vol...."
Âge : 68

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Munier » jeu. 02 mai 2019, 13:59

Fabien 45 a écrit :
lun. 29 avr. 2019, 14:33
Il y a quelques jours, j' avais envoyé un message à ce sujet dans la rubrique du numéro 53 de septembre-octobre 2012. j' avais lu que sur Paris-Dijon en 1966, il y avait 10 trains de jours et 16 de nuit. Je n' ai vu des compositions que de 23 trains (7 de jour et 16 de nuit). Il manque 3 trains de jour: il y avait le Cisalpin Paris-milan assuré en rame automotrice quadri-courant suisse, je me demande quelque sont les 2 manquant. Je sais que de 1966 à 1970, il y a eu 1 AR Paris-Dijon assuré en Z 7100 avec quelques remorques donc il y avait encore un train assuré en automoteur mais lequel?
Salut

Je suis étonné de ton décompte du nb de trains (26) entre Paris et Dijon en 1966, sous entendu pour moi, dans les 2 sens!
Voici ci-dessous, un scan de VF 108 de Juillet-Aout 1998 à propos des circulations entre Montereau et St Florentin en 1966:
J'ai eu la flemme de compter les trains voyageur mais "à la louche", j'écrirais bien qu'il y en a plus que 23 !
.
circulations Montereau-St Florentin 1966.jpeg
Je me suis décidé à les compter: 33 dans le sens Impair et aussi 33 en sens pair, incluant le Cisalpin qui circulait à cette époque sous les n° 13 et 14 (ceci sauf erreur de ma part dans le décompte qui n'est pas facile à faire..)

Pour l'A&R assuré en Z7100 entre Dijon et Paris, ce sont les trains 101 et 102:
Le 102 est à 21h40 à Sens (22h15 à Montereau et 20h30 à St Florentin) et le 101, entre 7h50 à Montereau et 8h45/8h58 à Laroche-Migennes !

Fabien 45
Fécond
Messages : 503
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Fabien 45 » jeu. 02 mai 2019, 14:26

Sur le graphique, il n' y a pas que les rapides et express, il doit y avoir les trains régionaux et surement les trains de marchandises réguliers. Concernant les trains assurés en Z 7100, le 102 arrivait à Paris vers 23 heures et en repartait le lendemain vers 7 heures. Il était difficile de le voir du moins pour les moins de 20 ans au lit dans ce créneau.

Avatar du membre
Munier
Loquace
Messages : 1254
Enregistré le : mar. 23 août 2005, 21:49
Prénom : Philippe
Club : CMF d'Albens + AMFBC Chambéry
Localisation : Sur les bords du Lac de Lamartine: "oh temps, suspends ton vol...."
Âge : 68

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Munier » jeu. 02 mai 2019, 17:34

Fabien 45 a écrit :
jeu. 02 mai 2019, 14:26
Sur le graphique, il n' y a pas que les rapides et express, il doit y avoir les trains régionaux et surement les trains de marchandises réguliers. Concernant les trains assurés en Z 7100, le 102 arrivait à Paris vers 23 heures et en repartait le lendemain vers 7 heures. Il était difficile de le voir du moins pour les moins de 20 ans au lit dans ce créneau.
Non, je n'ai décompté que les trains voyageurs dont les n° vont de 1 (sa majesté le Mistral) et 999, pas au dessus de 10 000 qui sont les RA ou RO de la "belle époque III"

Avatar du membre
Munier
Loquace
Messages : 1254
Enregistré le : mar. 23 août 2005, 21:49
Prénom : Philippe
Club : CMF d'Albens + AMFBC Chambéry
Localisation : Sur les bords du Lac de Lamartine: "oh temps, suspends ton vol...."
Âge : 68

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Munier » jeu. 02 mai 2019, 17:34

Fabien 45 a écrit :
jeu. 02 mai 2019, 14:26
Sur le graphique, il n' y a pas que les rapides et express, il doit y avoir les trains régionaux et surement les trains de marchandises réguliers. Concernant les trains assurés en Z 7100, le 102 arrivait à Paris vers 23 heures et en repartait le lendemain vers 7 heures. Il était difficile de le voir du moins pour les moins de 20 ans au lit dans ce créneau.
Non, je n'ai décompté que les trains voyageurs dont les n° vont de 1 (sa majesté le Mistral) et 999, pas au dessus de 10 000 qui sont les RA ou RO de la "belle époque III"

Fabien 45
Fécond
Messages : 503
Enregistré le : mar. 19 sept. 2017, 13:35

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Fabien 45 » jeu. 02 mai 2019, 18:49

Il y a aussi les trains régionaux qui ont une numérotation à part. Les trains Paris-Dijon à arrêts fréquents ne sont peut-être pas sur le tableaux de compositions. C' est le cas pour 1981 et 1996. Pour cette dernière année, il n' y a qu' un seul train de jour sur le tableau de composition: le 5053 Paris-Marseille avec 2 voitures pour Belfort alors qu' il y a d' autres trains de jour limité à Paris-Dijon. En 1981, il avait 3 tranches: 1 pour Avignon (6 voitures), 1 pour Grenoble (5 voitures dont 1 grill Express) et Besançon (4 voitures). Toutes avait une voiture mixte 2ème classe/fourgon B6D et une voiture 1ère classe soit à compartiment, soit coach. En 1966, ce train était numéroté 53 avec 4 tranches: Besançon avec 3 voitures (dont 1 mixte 2ème classe/fourgon et 1 1ère classe), Saint-Etienne à 2 voitures (sans fourgon), Grenoble (5 voitures dont 1 mixte 2ème classe/fourgon et 1 1ère classe) et Marseille (8 voitures dont 1 voiture-restaurant, 1 fourgon à bagages et 1 voiture postale) soit 18 voitures mais 4 représentent du poids mort. C' était l' époque où chaque train se devait d' avoir un espace fourgon (voire 1 par destination s' il était à plusieurs tranches) et une voiture-restaurant au delà d' une certaine durée et/ou distance surtout s' il roule à une heure théorique d' un repas et dans certains cas une voiture postale. Tout cela a maintenant disparu.

Avatar du membre
Phil77
Prolixe
Messages : 1959
Enregistré le : sam. 27 déc. 2008, 14:56
Echelle pratiquée : ho et G US
Prénom : Philippe
Club : Meaux
Localisation : 77
Âge : 58

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par Phil77 » jeu. 02 mai 2019, 19:32

Merci ,c'est très instructif mais complexe pour réaliser de telles compos , à étudier .

y8125
Communicatif
Messages : 809
Enregistré le : ven. 13 mars 2015, 03:09

Re: Ma petite section d'artère impériale en Bourgogne (HO)

Message par y8125 » jeu. 02 mai 2019, 20:43

Z 5100 sur Paris -Dijon çà à bien du existé .

Répondre