Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Bloc automatique Français en analogique

Ici, c'est l'électricité, l'électronique, l'alimentation - analogique ou "digitale" - etc.

Modérateur: MOD

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Ven 01 Déc 2017, 16:16 
Bien le bonjour. Et comme convenu, je vais décrire le T.C.O. Lorsqu'un réseau commence à avoir une certaine importance, le TCO n'est pas superflu. Il permet : 1/ De manœuvrer les aiguillages des parties cachées au bon moment. 2/ Pour ce bloc banalisé, à partir d'un +S, sur le 3eme inverseur des relais CCS 1, 11, 2, 22 ... (vus précédemment), souder deux fils pour alimenter 2 leds (1 verte CNO, 1 rouge CCS) pour les circulations sur les voies entre gares (bien utile au moment de vouloir permuter l'alimentation). 3/ Pour chaque canton, souder deux diodes dès la sortie BAL et avant l'IC, une sur le contact travail et l'autre sur le repos pour renseigner le TCO. Perso, je préfère 2 leds à 1 cm l'une de l'autre plutôt qu'une bicolore. Si vous suivez un train et que sur le canton occupé, vous voyez la led verte s'allumer ne serait ce qu'un bref instant, et que cela se reproduise sur le canton suivant ; ça veut dire qu'il est grand temps de nettoyer le roues du dernier élément de ce train. Ca confirme qu'il y a déjà 2 "petites secondes" (BAL est au repos pour une led verte allumée) qu'un faux contact existe avec ce dernier wagon ; et qu'il ne reste plus qu'une seconde pour débloquer le Zat et un éventuel train suiveur qui serait en attente sur la zone d'arrêt du canton précédent (si la led reste au vert). 4/ Vous pouvez également, avec les RAM (Relais d' Arrêt Manuel) vous assurer de l'état d'occupation des voies desservies en gares (led jaune). Avec toutes ces descriptions , vous voilà "armés" pour réaliser un réseau avec un bloc banalisé et une signalisation fonctionnelle... façon "20eme siècle" ; contrairement à ce que j'ai pu voir fin octobre du côté d'Angers dans une exposition où : des signaux mécaniques, avec tringlerie de commande en option, étaient "brulés" à toute vapeur, et des signaux lumineux imperturbablement éteints. Heureusement, il y avait de très beaux décors... Ca "remontait" un peu le niveau. Quand au côté exploitation, ça m'a rappelé mon premier coffret de train avec 12 rails courbes et 4 rails droits. Sur ce, bonne continuation et bon courage à tous ; et encore merci à ceux qui ont lu, relu et liront.
Patry
Bavard
 
Messages: 71
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Sam 30 Déc 2017, 10:21 
Bien le bonjour. C'est en parcourant les différents sujets de ce forum, que j'ai remarqué la récurrence de certains problèmes (alim, aiguillages, ...). Ce que je vais vous décrire n'est surtout pas un scoop, mais ça risque de rafraîchir la mémoire de certains. Tous les circuits du réseau sont concernés, bloc compris. Quand le réseau commence à se faire "petit", ça continue, en général avec un réseau modulaire et là, quelques précautions ne sont pas inutiles. Sur un module je soude un fil sur le connecteur, fil qui sera soudé ou serti sur une cosse vissée sur la réglette de distribution, une deuxième cosse fera cheminer ce fil soudé ou serti vers une soudure sur la fiche qui sera embrochée sur le connecteur du module adjacent. Ca n'est qu'une méthode, mais c'est aussi une moyenne de 5 à 7 résistances de contact en série (connexions) qu'il va y avoir par fil et par module. Sur l'ancien réseau du club (ovale d'une bonne quinzaine de modules), avant de procéder au "bouclage" des circuits, j'avais mesuré les tensions à la sortie de l'alim, et 15 modules plus tard, avec 180 à 200 connexions "série" (aller / retour) c'est environ 3 volts qui s'étaient "évaporés" sur chaque circuit, vide d'utilisateurs ! Il suffit, en prime, d'une alim un peu "juste", quelques "durs " mécaniques (ballast, planéité ...) sur 2 ou 3 aiguillages, un circuit gourmand en Ampères ; et très vite, tous les ingrédients sont réunis pour être emmerdé ! Il faut donc commencer par "bien" placer l'alim générale du réseau, histoire de remettre au goût du jour et se rappeler de plus ou moins bons souvenirs avec cette très vieille formule, toujours d'actualité : U = R x I. Allez, bon courage à tous, bon réveillon, et bonne année ferroviaire 2018.
Patry
Bavard
 
Messages: 71
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Ven 19 Jan 2018, 10:14 
Bien le bonjour. Voilà un problème "ultra récurent" de ce forum : les aiguillages ! Et pour résoudre ces problèmes ; perso, ça fait un bon moment qu'ils ballastés sur bristol. Pas de "scoop", certains d'entre vous doivent déjà pratiquer, et ça peut être un bon tuyau pour d'autres. Ne pas oublier qu'en HO, un aiguillage : c'est 25 cm, et pour peu qu'il soit à 10° ou enroulé, c'est 35 cm ; longueurs qui devront rester rigoureusement planes en "exploitation". 1/ Le ballastage : Sur un ancien réseau du club, ils étaient ballastés à même les modules, et ça peut engendrer des "voiles" après séchage du mélange colle ballast trop généreusement distribué lors du chantier. Au démontage, sur un exemplaire réputé récalcitrant patenté , après avoir laissé tremper, nettoyé, séché et 3 mois de "convalo" ; il a repris du service sur une voie secondaire sans problèmes. En posant sur bristol, il faut couper des bandes en laissant 7 à 8 mm de chaque coté des traverses et coller un profilé bois (2 x 5mm) que l'on aura biseauté et collé vers l'extérieur. Idem pour les appareils de voie. Par contre, après avoir découpé à l'emporte pièces : le passage de la tige de commande des lames et les trous pour les fils de polarisation du cœur, il faut peindre le bristol à la couleur des traverses. Après séchage, les voies seront ballastées intégralement, et seuls les profilés bois pour les aiguillages. Et pour la fixation, ne pas hésiter à sortir la loupe pour que la tête de vis affleure la traverse, pas de vissage "à fond". Avec les aiguillages, pour passer de "satisfait à emmerdé", il suffit de quelques dixièmes de mm. Bien évidemment, ça fait moins réaliste ; mais il y a quelques points en modélisme où il faut "composer" avec la réalité. 2/ L'électricité : Privilégier les "moteurs relais" équipés de contacts coupants l'alim de l'électro en fin de manœuvre ; pour les itinéraires, seuls les aiguillages à disposer seront alimentés. Quant aux contacts relais, la plupart des fabricants sont assez peu loquaces sur les caractéristiques électriques des dits contacts. Perso, je préfère installer 2 relais miniature de position, c'est 3 ou 5 A (là on sait) ;et il ne faut surtout pas oublier d'installer des diodes "anti flash" qui protègeront les contacts relais. On peut faire de même avec les moteurs d'aiguilles (s'ils sont alimentés "en redressé"), mais je ne garantis pas le résultat avec le contact de coupure intégré ; il faudrait démonter un pour voir. Risquant d'être "trop court" avec les 500 Ko, la prochaine fois, je vous décrirais les alims. Voilà quelques conseils qui me semblaient importants, et qui devraient résoudre bien des problèmes. Bon courage à tous, et bonne continuation.
Patry
Bavard
 
Messages: 71
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Précédent

Retour vers Electricité, électronique, alimentation

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Alain17 et 9 invité(s)