Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Bloc automatique Français en analogique

Ici, c'est l'électricité, l'électronique, l'alimentation - analogique ou "digitale" - etc.

Modérateur: MOD

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Ven 01 Déc 2017, 17:16 
Bien le bonjour. Et comme convenu, je vais décrire le T.C.O. Lorsqu'un réseau commence à avoir une certaine importance, le TCO n'est pas superflu. Il permet : 1/ De manœuvrer les aiguillages des parties cachées au bon moment. 2/ Pour ce bloc banalisé, à partir d'un +S, sur le 3eme inverseur des relais CCS 1, 11, 2, 22 ... (vus précédemment), souder deux fils pour alimenter 2 leds (1 verte CNO, 1 rouge CCS) pour les circulations sur les voies entre gares (bien utile au moment de vouloir permuter l'alimentation). 3/ Pour chaque canton, souder deux diodes dès la sortie BAL et avant l'IC, une sur le contact travail et l'autre sur le repos pour renseigner le TCO. Perso, je préfère 2 leds à 1 cm l'une de l'autre plutôt qu'une bicolore. Si vous suivez un train et que sur le canton occupé, vous voyez la led verte s'allumer ne serait ce qu'un bref instant, et que cela se reproduise sur le canton suivant ; ça veut dire qu'il est grand temps de nettoyer le roues du dernier élément de ce train. Ca confirme qu'il y a déjà 2 "petites secondes" (BAL est au repos pour une led verte allumée) qu'un faux contact existe avec ce dernier wagon ; et qu'il ne reste plus qu'une seconde pour débloquer le Zat et un éventuel train suiveur qui serait en attente sur la zone d'arrêt du canton précédent (si la led reste au vert). 4/ Vous pouvez également, avec les RAM (Relais d' Arrêt Manuel) vous assurer de l'état d'occupation des voies desservies en gares (led jaune). Avec toutes ces descriptions , vous voilà "armés" pour réaliser un réseau avec un bloc banalisé et une signalisation fonctionnelle... façon "20eme siècle" ; contrairement à ce que j'ai pu voir fin octobre du côté d'Angers dans une exposition où : des signaux mécaniques, avec tringlerie de commande en option, étaient "brulés" à toute vapeur, et des signaux lumineux imperturbablement éteints. Heureusement, il y avait de très beaux décors... Ca "remontait" un peu le niveau. Quand au côté exploitation, ça m'a rappelé mon premier coffret de train avec 12 rails courbes et 4 rails droits. Sur ce, bonne continuation et bon courage à tous ; et encore merci à ceux qui ont lu, relu et liront.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Sam 30 Déc 2017, 11:21 
Bien le bonjour. C'est en parcourant les différents sujets de ce forum, que j'ai remarqué la récurrence de certains problèmes (alim, aiguillages, ...). Ce que je vais vous décrire n'est surtout pas un scoop, mais ça risque de rafraîchir la mémoire de certains. Tous les circuits du réseau sont concernés, bloc compris. Quand le réseau commence à se faire "petit", ça continue, en général avec un réseau modulaire et là, quelques précautions ne sont pas inutiles. Sur un module je soude un fil sur le connecteur, fil qui sera soudé ou serti sur une cosse vissée sur la réglette de distribution, une deuxième cosse fera cheminer ce fil soudé ou serti vers une soudure sur la fiche qui sera embrochée sur le connecteur du module adjacent. Ca n'est qu'une méthode, mais c'est aussi une moyenne de 5 à 7 résistances de contact en série (connexions) qu'il va y avoir par fil et par module. Sur l'ancien réseau du club (ovale d'une bonne quinzaine de modules), avant de procéder au "bouclage" des circuits, j'avais mesuré les tensions à la sortie de l'alim, et 15 modules plus tard, avec 180 à 200 connexions "série" (aller / retour) c'est environ 3 volts qui s'étaient "évaporés" sur chaque circuit, vide d'utilisateurs ! Il suffit, en prime, d'une alim un peu "juste", quelques "durs " mécaniques (ballast, planéité ...) sur 2 ou 3 aiguillages, un circuit gourmand en Ampères ; et très vite, tous les ingrédients sont réunis pour être emmerdé ! Il faut donc commencer par "bien" placer l'alim générale du réseau, histoire de remettre au goût du jour et se rappeler de plus ou moins bons souvenirs avec cette très vieille formule, toujours d'actualité : U = R x I. Allez, bon courage à tous, bon réveillon, et bonne année ferroviaire 2018.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Ven 19 Jan 2018, 11:14 
Bien le bonjour. Voilà un problème "ultra récurent" de ce forum : les aiguillages ! Et pour résoudre ces problèmes ; perso, ça fait un bon moment qu'ils ballastés sur bristol. Pas de "scoop", certains d'entre vous doivent déjà pratiquer, et ça peut être un bon tuyau pour d'autres. Ne pas oublier qu'en HO, un aiguillage : c'est 25 cm, et pour peu qu'il soit à 10° ou enroulé, c'est 35 cm ; longueurs qui devront rester rigoureusement planes en "exploitation". 1/ Le ballastage : Sur un ancien réseau du club, ils étaient ballastés à même les modules, et ça peut engendrer des "voiles" après séchage du mélange colle ballast trop généreusement distribué lors du chantier. Au démontage, sur un exemplaire réputé récalcitrant patenté , après avoir laissé tremper, nettoyé, séché et 3 mois de "convalo" ; il a repris du service sur une voie secondaire sans problèmes. En posant sur bristol, il faut couper des bandes en laissant 7 à 8 mm de chaque coté des traverses et coller un profilé bois (2 x 5mm) que l'on aura biseauté et collé vers l'extérieur. Idem pour les appareils de voie. Par contre, après avoir découpé à l'emporte pièces : le passage de la tige de commande des lames et les trous pour les fils de polarisation du cœur, il faut peindre le bristol à la couleur des traverses. Après séchage, les voies seront ballastées intégralement, et seuls les profilés bois pour les aiguillages. Et pour la fixation, ne pas hésiter à sortir la loupe pour que la tête de vis affleure la traverse, pas de vissage "à fond". Avec les aiguillages, pour passer de "satisfait à emmerdé", il suffit de quelques dixièmes de mm. Bien évidemment, ça fait moins réaliste ; mais il y a quelques points en modélisme où il faut "composer" avec la réalité. 2/ L'électricité : Privilégier les "moteurs relais" équipés de contacts coupants l'alim de l'électro en fin de manœuvre ; pour les itinéraires, seuls les aiguillages à disposer seront alimentés. Quant aux contacts relais, la plupart des fabricants sont assez peu loquaces sur les caractéristiques électriques des dits contacts. Perso, je préfère installer 2 relais miniature de position, c'est 3 ou 5 A (là on sait) ;et il ne faut surtout pas oublier d'installer des diodes "anti flash" qui protègeront les contacts relais. On peut faire de même avec les moteurs d'aiguilles (s'ils sont alimentés "en redressé"), mais je ne garantis pas le résultat avec le contact de coupure intégré ; il faudrait démonter un pour voir. Risquant d'être "trop court" avec les 500 Ko, la prochaine fois, je vous décrirais les alims. Voilà quelques conseils qui me semblaient importants, et qui devraient résoudre bien des problèmes. Bon courage à tous, et bonne continuation.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Jeu 08 Fév 2018, 10:43 
Bien le bonjour, et passons aux alimentations. Tout comme à la maison ; en modélisme, il y a plusieurs circuits. Entre la voie avec 12 à 13 volts redressés, les aiguillages : 16 à 20 volts alternatifs ou redressés, le bloc avec une tension supérieure à 13 volts et plus. Les leds qui sont satisfaites avec une tension quelconque redressée, dès lors qu'une résistance additionnelle définie donne un courant d'une dizaine de mA pour qu'elle éclaire ; et qui va concerner les éclairages et les signaux. Et les automatismes, où une tension redressée sera fonction de la tension de service des relais en votre possession. Voilà résumé les ingrédients d'une drôle de "mayonnaise" à réaliser. Bien sûr que je ne vais pas vous donner la solution "miracle". Mais les matériels récents étant plus dissuasifs que les anciens, il va falloir se tourner, quitte à perdre en puissance, vers des matériels du commerce de fabrication "courante". Il est bien sûr toujours possible de réaliser "son" alimentation par démontage/remontage d'un vieux transfo, dès lors que l'on est équipé pour bobiner et remonter les "E" et les "I" du circuit magnétique. Je commence par les aiguillages. L'alimentation est assez particulière, puisque c'est un transfo qui va rester "à vide" (quelques VA qui alimentent le primaire sous tension) ; et à qui, par une impulsion sur une commande qui, entre un aiguillage isolé, 1 ou 2 bretelles, ou un itinéraire compliqué, va devoir délivrer un courant secondaire pouvant varier de 2 à 20 A et peut être plus pendant 1 à 2 secondes seulement ! Et comme c'est la grandeur du réseau qui "commande", autant viser "haut" tout de suite. Je conseille donc un transfo 1000 VA, de 230 + ou - 15 volts au primaire, et 24 volts au secondaire. Après avoir installé une protection 40 A à la sortie 24, installer 2 ponts de diodes : un 40 A et une protection 32 A pour les aiguillages, et un autre 10 A avec une protection 5 A pour les éclairages par leds (ça fait 400 leds environ, largement de quoi illuminer votre réseau). Avec le pont de diodes, la chute de tension des connexions, ça fait 20v assurés en utilisation, 10% de "survoltage", c'est acceptable ; et il est toujours possible de se connecter sur 230 + 15 au primaire pour avoir 1 à 2 volts de moins en utilisation. Le "survoltage" par capa qui vous emmène vers U max, ça sert ; mais pas pour les aiguillages. Traités ainsi, ces moteurs ne vous diront jamais "merci". Un jour, par contre, ils seront bien contents de vous dire "Merde" avec en prime un dégagement de fumée qui sentira "l'électricien". Dans tout bon bouquin d' électrotechnique qui se respecte, je n'ai jamais trouvé dans la table des matières, un chapitre qui parlait de la fumée ! La prochaine fois, ce sera au tour de la voie et ce qui va avec. Bon courage à tous et à bientôt.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Jeu 08 Fév 2018, 13:07 
Après avoir installé une protection 40 A à la sortie 24

Attention au court-circuit au niveau du cablage , même avec une protection 40 A, car sous 24 v cette intensité donne une puissance de 960 VA ce qui correspond à un petit radiateur, il n'y a pas que les moteurs d'aiguilles qui risquent de fumer mais la maison entière :!:
Z3700
Papotier
 
Messages: 131
Inscrit le: Dim 05 Nov 2017, 09:25
Localisation: Senlis oise
Âge: 67
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Philippe
Club: AFAC

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Jeu 08 Fév 2018, 14:10 
Merci pour cette remarque, mais 40 A, c'est la protection globale (32 A pour les aiguillages + 5 A pour les éclairages) et ce que j'ai oublié de décrire, je m'en excuse ; c'est pour les itinéraires, chaque poussoir possède un fusible calibré au nombre d'aiguillages sollicités. Quand à la définition officielle d'un fusible : c'est la protection contre les court-circuits.... Donc avant de faire fumer la maison en entier.... il vous faudra attendre un peu. Encore merci pour votre remarque, et mille excuses pour cet l'oubli.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Lun 12 Fév 2018, 17:14 
Bonjour à tous. Et pour en finir avec les itinéraires, je vais vous proposer une solution "mitigée" : le fonctionnement en "cascade" (et peut être que certains d'entre vous pratiquent déjà). Je reprends les 2 voies banalisées et la voie "E" du faisceau pair (voir ci-avant dans ce sujet). En détaillant un peu plus, il y a une bretelle 21 entre voies 1 et 2, puis sur voie 2, un aiguillage dévié (232) qui va desservir avec 242 la voie "C", ou en 241 les voies "D" avec 252 ou "E" avec 251. Tous ces aiguillages ont des "relais d'aiguilles" (voir ci-avant) avec les inverseurs 12, 11, 13 et 6, 5, 7 qui alimentent les relais d'itinéraires. Il va donc falloir se servir de la "ligne" 15, 14, 16 pour exécuter cette commande. Très souvent, que ce soit en gare, triage ou garages actifs, les voies sont distribuées en "épis" (pointe, talon ; pointe, talon ; pointe...) simples ou doubles. Pour configurer un itinéraire partiel, il faudra, à partir d'un + AIG, alimenter le poussoir voie "E" qui va alimenter la bobine 251 et le 15 du relais 251, alimenté par un + S lors de cette impulsion. Ainsi en 16, vous allez alimenter la bobine de l'aiguillage 241 et le 15 du relais 241... et en 16 de ce relais, alimenter la bobine 232. Chronologiquement, bobine 251, relais 251, bobine 241, relais 241 et bobine 232. Pour la voie "D" ; à partir de son poussoir, alimenter la bobine 252 et le 15 du relais 252, puis à partir du 16, rejoindre le 16 du 251. Pour la voie "C" ; poussoir C, bobine 242 et le 15 du relais 242 et souder les deux 16 de 242 et 241. Ainsi les aiguillages vont manœuvrer individuellement, et les fonctionnements simultanés vont se limiter aux bretelles (2 aiguillages) et quelques triplettes (suivant configurations réseaux). Le courant d'appel va considérablement diminuer, et la protection globale va passer de 32 à 10 A (pour les triplettes) ; 5 A suffiront pour les bretelles, et 3 à 4 A pour les individuels. Le transfo va reprendre une dimension plus raisonnable (400 à 600 VA), et l'on pourra même se passer des protections individuelles poussoirs. Ainsi, avec 2 ou 3 poussoirs, vous allez pouvoir réaliser des itinéraires complets à moindre "Ampères". Par contre, il faudra peut être appuyer 1 seconde de plus sur les poussoirs, le temps que l' itinéraire se réalise. Voilà pourquoi il vaut mieux équiper les aiguillages avec des relais de caractéristiques électriques "connues", que les contacts proposés par les constructeurs d' "électro-relais" aux caractéristiques plutôt incertaines. La prochaine fois, ce sera au tour des + "A" ; + "B" ; + "V" et le - général. En attendant, bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Mer 28 Fév 2018, 12:30 
Bien le bonjour. Aujourd'hui, je vais vous décrire les : +V (voie) ; +B (bloc) et +A que je préfère appeler +S (automatismes, signalisation) pour ne pas confondre avec le + AIG (aiguillages). Pour la voie, c'est 12 volts à minima redressé au niveau de l'utilisation. La tension de bloc devant être supérieure ; pour le relayage ce sera du 24 ou 48 volts redressé. Ces relais miniatures ont "bon caractère" à partir de 15 v pour le 24 et 27 / 28 v pour le 48 v. Avec ces éléments, il va y avoir plusieurs solutions d'alimentation. La 1ère consiste à se procurer un transfo 400 + ou - 20 à 30 v (suivant constructeurs) au primaire ; et 2 enroulements 24 v indépendants au secondaire. Il va suffire de "sous-volter" ce transfo et l'alimenter en 230 v, au secondaire on obtient du 14 volts. Un pont de diodes, les chutes de tension de connexions ; et vous voilà avec du 11 à 12 volts sur chaque canton pour la voie. Procéder de la même manière pour l'autre enroulement, coupler en série les 2 ponts de diodes, ajouter une capa de 10 à 16000 micro entre le - et le 2ème +, et vous obtenez une tension qui tend vers U max, soit 36 à 38 v pour des relais 48 volts. Si cette solution paraît "sympathique" au 1er abord ; au 2ème "ras bord", le rendement est déplorable. Le rapport tension simple, tension composée reste valable pour la puissance, et pour un transfo de 1000 VA au départ, seuls 580 VA seront disponibles (290 par enroulement secondaire). Une autre solution, à partir d'un transfo 230 v +, - ; et 2 x 24 v, est moins sympathique. Il faut commencer par démonter ce transfo, mettre de côté les isolants. Et en espérant que les 2 enroulements 24 v ne sont pas imbriqués l'un dans l'autre ; ne pas oublier de compter le nombre de spires avant d'intervenir ; et "débobiner" le tiers des spires pour obtenir du 16 volts. Là encore, le rendement ne sera pas parfait. Si l'on part d'un transfo 1000 VA ; le 24 v, ce sera 500 VA et pour le 16 v, il ne restera que 340 VA. Cette possibilité convient très bien pour des relais 24 volts. Dans le cas des relais 48 volts, il faudra "débobiner" complètement un enroulement 24 v, et "rembobiner" un enroulement 16 volts avec du fil plus gros. Du 6 ou 10 mm² isolé pour 16 v ne prendra pas plus de place que du fil émaillé pour 24 v. Pour le remontage, bien intercaler tous les "E". Quand ça devient difficile, installer les "I" dans les "E" déjà en place, presser et continuer à insérer ; et s'il manque 2 ou 3 éléments du circuit magnétique, ça ne sera pas une catastrophe. Après, il faudra réaliser les mêmes montages que dans la solution 1. Là, pour 1000 VA achetés, il y aura 1000 VA disponibles, et de plus, vous pourrez utiliser des relais 24 et (ou) 48 volts. Quelque soit la solution retenue, il sera toujours possible de régler les tensions secondaires (1 à 3 ou 4 v) en agissant sur les + ou - primaires. La prochaine fois, je m'occuperai des "clients", autrement dit tous les relais précédemment décrits et utilisés dans ce sujet. Quand aux + B, V et S, il faudra réaliser des protections appropriées pour chaque "consommateur". De plus, ne pas hésiter à évaluer largement de façon à ne pas se retrouver en "culotte courte" à la moindre extension du réseau. En attendant, bonne continuation et à bientôt.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Ven 23 Mars 2018, 12:23 
Bonjour à tous. Passons aux polarités. Je vais commencer par le moins. Le bloc nécessite un - commun avec la voie. Autant relier le - automatismes / signalisation avec et créer un : moins général (-g). Quelques précautions s'imposent. Pour les signaux, ne surtout pas oublier la résistance additionnelle, qui sera fonction de la tension de service créée (24 ou 40 v) pour avoir la dizaine de mA sur les leds. Et qui n'a pas eu, avec une polarité captée sur les roues de la loco, et l'autre sur le tender, la mauvaise surprise de voir la 231 E (Rivarossi) "plantée" au droit de la double coupure de la bretelle d'accès à la voie de "réparation / entretien" du réseau, généralement alimentée par le "bon vieux" transfo de notre premier train électrique. C'est également valable, malgré la ligne de train, pour toutes les rames réversibles avec la motrice "en pousse". Il faut donc, à partir du relais d' aiguilles de la bretelle, récupérer un contact à fermeture, quand elle est "ouverte ; et relier les deux morceaux de rail situés de part et d'autre d'une des deux coupures. J'appelle ça le relais de "couplage des -", et donc de privilégier le rail gauche en entrant (ça fonctionne pareil avec le rail droit). Viens ensuite le : plus voie (+V). Quelque soit la grandeur du réseau, et bien que les consommations individuelles varient entre un locotracteur "haut le pied" à 300 mA et une rame voyageurs éclairée en double traction (1,5 à 2 A) ; la protection globale (8, 10, 16 A ?) va se résumer au double des circulations simultanées (en modélisme, les trains sont plus souvent "à cheval" sur 2 cantons qu'un seul). Cela n'empêche pas d'installer une protection individuelle sur chaque canton (2,5 A série radio). On n'est pas à l'abri de la chute accidentelle d'une pièce métallique, sur une voie restée sous tension, lors d'un "mini bricolage" qui, à l'origine n'avait aucun rapport avec la voie. Passons au : plus bloc (+B). Chaque canton est protégé par deux relais (BAL et Zat), ces relais consomment 32 à 34 mA sous 40 volts. Comptez donc 70 mA / canton, et ce sera également valable pour le (+S) ça fait 1 A pour 30 relais. Là encore peu importe la grandeur du réseau. Il faut toujours compter le double des circulations simultanées et, tous les trains détectés sur les voies de gare(s) et évitements. Avec 2 A au départ, ce sera un maximum. La prochaine fois, ce sera le (+S), et toute la "cavalerie" qui va avec : BAU, At/De, relais d'aiguilles, itinéraires, RAM, etc... De quoi vous en écrire "une bonne tartine". En attendant, bon courage et à bientôt.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Jeu 12 Avr 2018, 09:57 
Bien le bonjour. Ce qui va suivre, n'est pas des plus réjouissants. Il va falloir, à partir du +S, établir un inventaire des relais qui pourront fonctionner en même temps ; et ce, avec le plus de précisions possibles. Si je reprends le bloc décrit précédemment en commençant par les relais IC (inversion de circulation) : c'est la version SNCF Alsace Lorraine qui est la plus "gourmande" ; et si vous avez réalisé un réseau à V 200, avec la signalisation clignotée, il va y avoir 3 IC par canton. Pour les BAU (Bloc auxiliaire), ils fonctionnent en 2 sur 4 (V et S, P ou I) avec les circulations simultanées et avec les aiguillages "fermés", sans oublier les "doublés" pour les entrées de gare, évitements... Pour les relais d'aiguilles, c'est du 1 sur 2 (droit ou dévié) et les "doublés" d'entrées de gare, évitements... Et pour les relais d'itinéraires (En, So, CNO et CCS), il y a une bonne surprise. Si vous reprenez les explications précédentes, il y a 8 relais d'itinéraires par voie de gare ou évitement. Malgré la quantité installée, quand vous aurez 8 à 10 relais d'itinéraires alimentés en même temps, ce sera bien un maximum. Pour la banalisation, les CR : compte rendu des cantons libres, les CCS 1, 11... Les bi-stables d'autorisations, les At / De, les RAM, et quelques automatismes divers (PN...) ; ils fonctionnent de façon plus occasionnelles, mais ne seront pas à oublier. Une fois cette liste établie, ne pas oublier un "coefficient multiplicateur" s'il y a possibilité d'extension de votre réseau. Je reviens maintenant sur une la base d'un transfo 1000 VA (décrit précédemment) en considérant les enroulements à puissance nominale. Pour le 24 volts (500 VA), 20 A sont disponibles. Et pour le 16 volts que vous aurez rembobiné avec une section de fil convenable (6² isolé, souple) 30 A seront disponibles. Le + V : c'est 10 à 12 A, à partir du 16 v ; le + B : 2 A, à partir des 16 et 24 v. Il reste donc 16 A (16 et 24 v) pour le + S. Il est donc possible d'alimenter 450 relais miniatures en même temps ; ce qui, en principe, "devrait le faire". Derrière cette protection globale, il va falloir, sur chaque module et en aval du + S de la réglette de distribution ; installer un fusible "série radio" pour les relais du module (2ème inventaire nécessaire !!!!!). Avec un assortiment entre 0,5 et 2 A, ça ne devrait pas poser de problèmes. Et une dernière précaution concernant l'enroulement 16 volts ; il faut mesurer avec précision la valeur ohmique de cet enroulement, puisque la puissance dissipée pourra atteindre la valeur de : 900 R (cette bonne vieille formule : P = R x I² !). Installer de préférence votre alimentation dans un endroit aéré, sans négliger l'éventuelle installation d'un petit ventilateur d'armoire en 24 volts avec un capotage muni d' ouïes d'aération. En attendant, bon courage à tous et merci à tous ceux qui ont suivi.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Ven 01 Juin 2018, 10:23 
Bien le bonjour,
Pour faire suite à des remarques verbales, au sujet du fonctionnement des aiguillages "en cascade" ; en effet, je me suis "laisser aller" à des appellations abrégées de ces aiguillages. Je m'en excuse. Et tout comme je l'avais défini au début de ce sujet ; pour le repérage, il y a lieu de lire : P 2 A 23 pour 232 ; P 1 A 24 pour 241 ; P 2 A 24 pour 242, etc ... Bon courage et bonne continuation à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Mar 31 Juil 2018, 10:44 
Bien le bonjour. En restant sur les aiguillages, j'ai oublié de vous décrire le rôle de l'inverseur 9, 8, 10 du relais d'aiguille qui sert à la polarisation du coeur. Il y a deux possibilités. 1/ La polarisation "par défaut" où l'on va se servir de l'inverseur "complet" du relais P 1 A xx (direct) ou P 2 A xx (dévié). Soit P 1 A xx ; le 10 sera à raccorder sur la lame directe, le 9 sur le coeur, et le 8 sur la lame déviée. La liaison 9 - 10 est réalisée quand l'aiguillage est réellement en direct, tandis que la liaison 9 - 8 est réalisée dès que cet aiguillage n'est plus en direct, mais pas pour autant garanti en dévié ; et c'est la même chose pour l'autre position si vous utilisez P 2 A xx. 2/ La polarisation "réelle" où, seuls les contacts 9 - 10 de P 1 et P 2 A xx sont utilisés. Il suffit de raccorder le 10 de P 1 à la lame directe, le 10 de P 2 à la lame déviée, et relier des deux "9" au coeur de l'aiguillage. A ce moment là, on est certain que le coeur de cet aiguillage est bien polarisé par la position effective de l'aiguillage. Avec les aiguillages "triples", pour les coeurs, c'est la même chose, et tout va se "jouer" avec les commandes des électros de manoeuvre. En prenant comme référence le "42454" de roco line, il va y avoir le "dévié gauche" P 2 commandé par P 1 / P 2 ; le "dévié droit" P 4 commandé par P 1 / P 4 ; et le "direct" P 1 commandé par P 1 / P 3. Ces possibilités peuvent être directes par poussoirs, ou intégrées avec les "15 - 16" d'autres aiguillages (décrits précédemment), s'ils font partie d'un itinéraire. Ne pas oublier les diodes dès qu'un poussoir, ou en aval d'un "16", vous devez commander deux électros de manoeuvre en même temps ; ou si le même électro peut être alimenté par deux ou plusieurs circuits. Cette fois ci, je pense avoir rien oublié ; bonne continuation et bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 85
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 11:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Précédent

Retour vers Electricité, électronique, alimentation

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invité(s)