Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Bloc automatique Français en analogique

Ici, c'est l'électricité, l'électronique, l'alimentation - analogique ou "digitale" - etc.

Modérateur: MOD

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Lun 12 Déc 2016, 04:45 
JPGO a écrit: .../...Par contre, dans le choix de la méthode, en dehors du fait d'être un ancien ou non de la SNCF, il y a les compétences du susdit utilisateur. Soit électronicien (toi), soit bidouilleur informatique (moi). Et c'est souvent ça qui est derrière les carabistouilles sur les forums.
C'est du moins mon analyse.

Bien sûr, et aussi, il y a des idées reçues qui ont la peau dure, comme "l'informatique c'est trop compliqué" ou "en analogique il y a forcément des km de fil et on ne peut pas faire des modifications facilement".
Pour l'une et l'autre de ces affirmations, il suffit de connaître et maitriser les bonnes méthodes pour pouvoir démontrer que c'est faux.
Parentrin, mon projet en cours
Avatar de l’utilisateur
Dmarrion
Bavard
 
Messages: 66
Inscrit le: Mer 07 Déc 2016, 22:36
Localisation: Meurthe & Moselle
Âge: 59
Echelle pratiquée: N
Prénom: Dominique

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Lun 16 Jan 2017, 09:04 
Bonjour à tous, C'est au hasard d'une très récente discussion entre modélistes que je vous dois ces quelques précisions. Tous les schémas de ce sujet sont "contractuels", sauf les repères du relais IC des schémas de distribution de polarités paire et impaire. Ainsi, le + S aval B.A.L. , repères 8, 9, 10, de IC 2 (en bas à gauche sur le schéma général) correspond à l'inverseur 11, 12, 13, du schéma de principe. Ca alimente les bobines des relais BAU Voie et Signal, Pairs et Impairs. Quand à l'inverseur +S, repères 8, 9, 10, de IC 1 (en bas à droite sur le schéma général) correspond à l'inverseur 5, 6, 7, du schéma de principe. Ca alimente ; par le biais des contacts de deux relais BAU, avec ajout occasionnel de comptes rendus de positions d'aiguillages pour les entrées de gare ; les ampoules ou leds des signaux pair et impair. Pour info, l'inverseur 14, 15, 16, du schéma de principe peut servir aux amateurs de chaînes de relayage à "manque tension". Restons, sauf nécessité absolue, dans nos bonnes vieilles chaînes à "émission" qui sont en général plus faciles à comprendre. Bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Lun 24 Avr 2017, 08:35 
Bien le bonjour,
Et c'est encore une récente discussion très animée entre modélistes qui m' amène à vous "parler" : Repérage. En effet, ceux qui ont réalisé, sont contents ; ça fonctionne bien, chacun y va de sa méthode, mais certains peinent à s'y retrouver. Je vais donc vous décrire ma méthode, elle vaut ce qu'elle vaut ; à vous d'en faire l'usage qui conviendra, ou pas. Il suffit de se fixer quelques règles et pouvoir s' auto - contrôler.
1/ Repérer les cantons par un nombre où le chiffre des dizaines identifiera la voie ; ainsi, pour la voie 1 ce sera 10 à 19, puis 30 à 39, 50 à 59 .... et pour la voie 2 ; 20 à 29, puis 40 à 49, 60 à 69 ...
2/ Ce bloc étant banalisé ; adopter un sens croissant pour les circulations normales, et un sens décroissant pour les circulations en "contre sens".
3/ Tous les composants d'un canton (situé entre les deux "double coupure" d'une voie) doivent porter le même nombre.
Reprenons le schéma général proposé dans ce sujet, et appelons le : 27 pour exemple. Ainsi, il y aura le BAL 27 et le Zat 27 ; les relais IC 271 et 272 ; les relais BAU Voie et Signal (non représenté) 27 I et P ; les cartes DEM 27 I et P ; les At / De 27 I et P ; les résistances R 271 , 272 et 273 I et P , le RAM 27 ; les coupons de rail ZR 271, 272 I et P , ZA 27 I et P ; et pour finir les signaux C 27 I et P qui sont implantés... à la limite des cantons adjacents. Petit exemple :
Si je vous écris : le BAL 35 alimente le BAU 34 P, qu'en pensez vous ?
3 et P = circulation voie 1 en contre sens. Ca n'est donc pas le BAL 35 mais le BAL 33 (contre sens = décroissant) qui alimente le BAU 34 P. Par contre ce sera bien le BAL 35 qui alimentera le BAU 34 I (normal = croissant). Je vous laisse "digérer". La prochaine fois, avec quelques tours de "manivelle à neurones" supplémentaires, je vous décrirai le fonctionnement des résistances de pré - ralentissement R 272 I et P ; et des signaux C 27 I et P. Bonne continuation et à bientôt.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Mer 26 Avr 2017, 08:44 
Bonjour, j'ai tout lu sans vraiment comprendre mais avec un peu de patience ça devrait le faire!! Dans l'immédiat, je vais rester en cantonnement téléphonique, c'est plus sage!
Qu'en pensez-vous?

Cdt
Le fond de la mer est étanche?
Retraité pépère
Papotier
 
Messages: 161
Inscrit le: Ven 28 Oct 2016, 16:02
Localisation: Pays Basque
Âge: 62
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Christian

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Mer 26 Avr 2017, 14:44 
Bonjour pépère, et merci pour ta remarque. Tu as bien raison, et c'est pour cela que j'ai prévu d'expliquer en deux temps. Avant de relire et peut être même de re - relire, prends le temps de faire 3 ou 4 photocopies du schéma général présenté dans ce sujet, et place les, les unes derrière les autres ; un crayon à papier et une gomme (la gomme représente un train). Puis numérote selon la règle. La seule chose a bien enregistrer, dès le début ; là où est cette gomme, le BAL voit ce train, et va alimenter le BAU situé sur le canton avant ou, je répète bien ou, le canton d'après suivant le sens de circulation. Ce sont les 2 relais IC qui gèrent ce "ou". Après, il suffit d'y aller progressivement avec les I et les P ; et enfin le "normal" et le "contre sens". Avec quelques déplacements de gomme plus tard, cela devrait commencer à rentrer dans l'ordre. Bonne continuation et bon courage
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Lun 15 Mai 2017, 14:55 
Bien le bonjour, il semblerait que le premier chapitre soit "bien digéré". Aujourd'hui, je vais vous décrire ce qui se passe chez "les voisins des voisins". Commençons, tout en restant sur le canton 27 pour exemple, par les résistances de pré-ralentissement : R 272 P et I. Quand un train circule sur le canton 28 ; c'est le BAL 28 qui alimente le BAU 27 P, et le 4ème inverseur de ce BAU (9, 8, 10) va mettre en service la R 262 P. Pour la R 272 P, c'est seulement quand le train sera sur le canton 29, que le BAL 29 alimentera le BAU 28 P et mettra en service la R 272 P. Par déduction, pour le contre-sens (relais IC alimentés), c'est le BAL 25 qui alimentera le BAU 26 I, et qui mettra en service la R 272 I. Passons aux signaux C 27 P et I. Les relais de signaux ne sont pas représentés sur ces schémas. Il faut juste savoir qu'un BAL alimente le BAU voie I ou P et le BAU S (signal) I ou P. Petit conseil au passage, par chance, les fabricants de relais miniatures ont presque tous adoptés le même repérage à savoir : 1 et 4 pour la bobine des relais instantanés ; 1 à 4 pour les bobines des relais bi-stables ; puis du bas vers le haut, les inverseurs 12 commun ; 11 repos ; et 13 travail ; puis 6, 5, 7 ; 15, 14, 16 et 9, 8, 10. Adopter, pour la câblage, la même fonction par le même inverseur ; ça permet de retenir plus facilement. Pour la signalisation de pleine voie, il suffira de 2 inverseurs sur les BAU S I et P. Pour faire fonctionner le C 27 P ; il faudra, à partir d'une polarité SP (8 du IC 271), alimenter le 12 du BAU 27 P ; puis en 13, alimenter la led rouge du C 27 P. En 11, on alimentera le 6 du BAU S 28 P ; puis en 5 (voie libre) et 7 (avertissement), ou reviendra alimenter les leds verte et jaune du C 27 P. C'est le principe de base de la signalisation 3 feux en pleine voie. Ainsi, BAL 28, c'est C 27 P au rouge ; puis BAL 29, c'est C 27 P au jaune, et BAL 40 (souvenez vous du repérage) le C 27 P passe au vert. Pour le C 27 I, ce seront les BAL 24, BAU 25 I ; 25, BAU 26 I ; et 26, BAU 27 I qui serviront à afficher les couleurs sur ce signal. Je vais vous laisser "digérer" avant de vous décrire, la prochaine fois, les "cantons spéciaux", autrement dit les entrées de gare avec les panneaux ralentissement (RLT) et rappel (RRLT). Petite question avant de vous quitter : ce canton 27 pris pour exemple, s'appelle 2 sur le schéma général. Le chiffre des dizaines ? est-il pair ou impair ? Pour répondre, merci d'avance d'argumenter vos points de vue. Bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Jeu 01 Juin 2017, 16:25 
Bien le bonjour, et changement de programme. Comme il va en être constamment question pour les cantons particuliers ; autant que je vous décrive d'abord la banalisation et la distribution des polarités. Retour au signal C27 P décrit précédemment. Pour que ce signal fonctionne sur une voie banalisée, c'est à partir du + SP (8) de IC 281 que l'on va alimenter ce signal en circulation normale, puis appliquer le principe de base que je vous ai décrit auparavant. Pour la circulation en contre sens il suffira, à partir du (10) de IC 281 ; souder une diode et insérer en aval du 13 de BAU S 27 P une diode. Relier ces deux diodes à la led "sémaphore". Certains signaux sont équipés en carré ; pour ce faire, il suffira de souder (10) de IC 281 une résistance de valeur équivalente à celle d'une diode dans le sens passant, et alimenter la led "carré". Ainsi, en circulation normale, ce signal affiche S, A, VL ; et en contre sens le carré. La résistance sert à obtenir une luminosité quasi identique sur les 2 leds rouges. Cette modification peut également équiper tous les signaux de sortie de gare et autres, à discrétion. Pour le signal C 27 I ; c'est à partir de l' IC 261, et le (10) pour le S, A, VL et du (8) pour le carré. Si votre réseau est "taillé" pour le "V 200", il va falloir ajouter le "vert clignoté" pour le "V 160" . Ca revient à un BAL à 4 cantons. Le signal C 27 P sera en S pour un train en 28 ; en A pour 29 ; en VLc pour 40 et en VL pour 41. Pour ce type de fonctionnement, il va falloir créer un source clignotée, et comme les 8 inverseurs des IC sont tous occupés, il faut ajouter un troisième relais IC sur tous les cantons concernés. C'est donc à partir du IC 403 (12, 11,13) que ça va se passer. Le + S clignoté arrive en 12, en 11 on alimente le 16 du BAU S 29 P ; le 5 du principe de base (BAU S 28 P) va aller en 14 du BAU S 29 P ; et le commun 15 alimenter la led verte. Pour le signal C 27 I, la source clignotée arrivera sur IC 243. Coté voie, il suffit d'installer une résistance vitrifiée 3 watts entre l'alimentation et le + voie des BAL concernés. Cette résistance (valeur à définir lors des essais) pourra être mise en service ou shuntée par 2 contacts en série. Un pour les automatismes pairs et l'autre pour les impairs. On verra ça plus en détail avec les cantons particuliers. Quand à la petite question posée précédemment, personne n'a osé "se jeter à l'eau". Je vais quand même vous donner la réponse. Reprenons le schéma proposé dans ce sujet. 1/ en bas les relais IC sont représentés "au repos", c'est donc une circulation normale. 2/ en haut à gauche le signal C 1P est sur le canton 2 vers le canton 1 : Pair, décroissant = contre sens ; ce qui se vérifie en haut, à droite avec 3 Impair, croissant. C'est donc une circulation normale impaire. Ce canton pourrait donc s'appeler 12, 32, 52 ... La prochaine fois, le C 27 P nous affichera le RRLT en installant un aiguillage sur le canton 28. Bonne "digestion", et bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Lun 19 Juin 2017, 10:41 
Bien le bonjour. De grandes explications sans schémas, ça peut choquer. C'est la méthode de mon prof d'électricité / câblage, qui nous distribuait un polycopié à transformer en schéma pour la semaine suivante, en retrouvant les erreurs qu'il y avait volontairement glissées. Passons au C 27 P en RRLT ; pour créer le canton 28 bis, il est préférable d'installer l'aiguillage en fin du canton 27 (doubles coupures en talon d'aiguille) et d'avancer d'autant la simple coupure avant l'aiguille pour l'arrêt au signal. Cet aiguillage va donner naissance à un canton 28 bis, et là, deux possibilités. Soit une voie 2 bis à plusieurs cantons (29 b, 40b, ...) ou un canton de garage qui retrouvera la voie 2 avec un aiguillage (29) sur ce canton. Le C 27 P va devoir tenir compte des circulations tant en 28, qu'en 28 bis. Il faut donc, à partir des "aval BAL" 282 et 282 bis raccorder les (8) sur 11 et 13 d'un relais P 2 A 27 (aig. 27 en dévié) ; le 12 alimentera les bobines des relais BAU 27 V et S 27 P. Après, à partir d'un +S, câbler le 6, 5,7 du relais P 2 A 27 vers les 9 des IC 281 et 281 bis pour obtenir les SP et SI. A partir des deux (8) alimenter le 12, 11, 13 du BAU S 27 P. Raccorder le 13 aux deux 10 (SI) pour les circulations en contre sens, et alimenter les deux leds RS et RC. A partir du 11, retourner au 15, 14, 16 du P 2 A 27. En 14 (aig 27 en direct), alimenter le 6, 5, 7 du relais BAU S 28 P. En 5 (canton 29 libre) raccorder la led VL. En 7, alimenter la led A. Revenons au 16 de P 2 A 27 pour alimenter les leds RRLT ; et si le BAU S 28 bis P est alimenté (train en 29 bis), raccorder ce même 16 au 6 du BAU S 28 bis P. En 7, alimenter la led A. Voilà pour la voie 2 bis à plusieurs cantons. Et pour la 2ème possibilité (canton unique de garage), il suffira, en 5 du BAU S 28 bis P, d'ajouter un inverseur du P 2 A 29 (aiguillage de sortie) pour allumer la led A si cet aiguille est fermée. Attention, à ce moment là, le BAU S 28 bis P dépend du canton 29 et non plus du 29 bis. Ne pas oublier, côté voie, un contact du P 2 A 27 pour parcourir le canton 27 à 30 km/h ; et il faudra un autre contact pour le chapitre RLT. Plutôt que d'utiliser un relais miniature taille 3 (6 inverseurs), reprendre le principe de ce BAL avec un relais "signal" et un relais "voie" pour chaque position de l'aiguillage. Pour une gare plus importante, il faudra changer l'appellation du relais P 2 A 27 en les nommant RRLT 271, 272, ... P. Pour ce faire, il faut réaliser un montage série / parallèle où il est impératif de câbler les aiguillages dans l'ordre où ils seront franchis par le train depuis le signal ; et pour corser l'affaire, on peut même prendre en compte des aiguillages 30 et 60. A ce stade, les relais s'appelleront RRLT 271, 272, ... P 30 ou P 60. Allez, je vais vous laisser "digérer" jusqu'au prochain coup pour le "clignoté" et le contre sens avant de décrire le Ralentissement (RLT). Bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Sam 22 Juil 2017, 16:03 
Bien le bonjour,
Je vais donc vous décrire aujourd'hui le RRLT clignoté. Une petite précision au passage : les cantons particuliers nécessitent très souvent la doublure des relais de fonction, il faut adopter le repérage à 3 chiffres. Centaine et dizaine, c'est pour le canton, et l'unité le numéro d'ordre de ces relais. Revenons au RRLT clignoté. Il suffit de reprendre la description du RRLT 30 et ; 1/ Débrancher l'alimentation des 2 leds RRLT au 16 du relais P 2 A 27. Et 2/ créer une ligne clignotée. A partir du +S se raccorder à un contact de la source clignotée ; en sortie, alimenter le 12, 11, 13 de l' IC 293 bis et sortir le + SP en 11, puis alimenter le 15 du BAU S 29 bis P (canton 29 bis libre) ; en 14, alimenter le 9-10 du P 2 A 27 (aiguillage en position déviée) ; puis terminer par l' alimentation en 15 -14 du BAU S 28 bis P (canton 28 bis libre) et raccorder en 14 les 2 leds RRLT. C'est une chaîne "série", il n'est donc pas obligatoire de raccorder dans l'ordre où je vous l'ai décrit ; dès lors que ces 5 contacts sont pris en compte, il ne doit y avoir aucun problème, et ça peut faire des économies de contacts et fils entre modules. Côté voie, pour le canton 27, il faut insérer en amont du BAL 27 une résistance (à définir après essais) pour limiter la vitesse sur le + voie avec en parallèle un contact à ouverture de P 2 A 27 (R en service quand A 27 est dévié) ; et encore en parallèle : un contact à ouverture de BAU V 282 I qui sera câblé en série avec un contact à ouverture de BAU V 262 P. Ce montage fait parcourir les trains pairs à vitesse 30 ou 60 sur la totalité du canton 27, tandis que les trains impairs reprendront leur vitesse normale dès la libération du canton 28 bis ; tout en respectant la signalisation aval impaire C 27 I ; C 26 I. La prochaine fois, ce sera le RLT 30 et 60. Je vous décrirai le C 26 P (signal de ralentissement avant le C27 P) ; et ce qui se passe sur côté voie sur les cantons 28 bis et 26. Bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Jeu 10 Août 2017, 09:17 
Bien le bonjour, et tout d'abord mes excuses. J'ai fait une erreur de frappe pour les circulations impaires sur le canton 27. Il faut lire BAU V 292 bis I au lieu de 282. En effet, quand un train impair quitte le canton 28 bis, le BAL 28 bis n'est plus alimenté et par là même le BAU V 292 bis I ; ce qui permet au train de reprendre sa vitesse normale dès que l'aiguille 27 est libre. Restons sur le canton 28 bis. Pour les circulations paires, toujours à partir d'un résistance placée en amont, sur le + voie du BAL 28 bis installer une 1ère parallèle avec un contact P 2 A 27 (ouvert en position déviée), puis une 2ème parallèle avec un contact à fermeture du BAU V 262 P (ouvert tant qu'il y a un train sur le canton 27) qui permettra au train de reprendre sa vitesse normale dès que l'aiguille 27 sera libre. Pour les circulations impaires, sur une 3ème parallèle, il faut installer un contact à fermeture du BAU V 402 bis I. Un train impair n'est pas tenu de pénétrer sur la canton 28 bis à vitesse imposée, par contre, il devra l'être à hauteur du signal C 28 bis I. Le contact de ce relais n'est toutefois pas suffisant, et il faut revenir dans la 2ème parallèle, installer en série avec le contact du BAU V 262 P, un contact à ouverture du BAU V 292 bis I (ça confirme que ce train n'est bien que sur le canton 28 bis). A ce moment là, le train parcourt le reste du canton 28 bis à vitesse réduite. Il faut donc : 1/ Installer un T. I .V. (tableau Indicateur de Vitesse) d'annonce à l'entrée impaire du canton 28 bis et 2/ Un panneau "Z" dans ce même canton, et au plus tard à hauteur du signal C 28 bis I, et éventuellement un T.I.V. d'exécution. Voilà pour la voie à hauteur de ces deux cantons. Passons au RLT 30. C'est donc le signal C 26 P qui va désormais nous intéresser. A partir du + S, sortir en 8 de l' IC 271 et alimenter l'inverseur 12, 11, 13 du relais BAU S 26 P. En 13, récupérer le 10 de l'IC 271 et alimenter les leds "Carré". Il est toujours possible de réaliser la différence carré (circulation impaire), sémaphore (circulation normale) proposée dans la description du signal pleine voie. A partir du 11, alimenter l'inverseur 6, 5, 7 du relais BAU S 27 P. En 7, alimenter la led "A" puis en 5, alimenter un inverseur sur un relais P 2 A 27 (position déviée de l'aiguille 27). Le contact à fermeture alimentera les leds "RLT", et celui à ouverture la led "VL". Concernant le relais P 2 A 27, je n'ai volontairement utilisé que ce relais pour la compréhension. Or, en relayage analogique (ça va être de l'archi rabâché pour certains), quand on a besoin d' un contact à fermeture sur le relais de position déviée, il peut être remplacé par un contact à ouverture sur le relais de position directe. Il faut environ une dizaine d'inverseurs pour tout cet ensemble "RLT et RRLT". Les quelques millisecondes (voir explications sur le fonctionnement du "Zat") de différence n'ont aucune incidence sur le fonctionnement du signal. La prochaine fois, ce sera au tour du "RLT" 60 et le sémaphore clignoté. Bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Sam 26 Août 2017, 10:31 
Bien le bonjour. Comme convenu, je vais vous décrire le RLT 60. Et à partir du RLT 30, il faut commencer par débrancher sur le contact du P 2 A 27 le fil qui alimente les deux leds RLT. Puis, il faut créer une chaîne série, à partir d'une source clignotée : alimenter le 12 - 11 de l' IC 283 bis, aller ensuite vers le BAU S 282 bis P au repos (pas de train sur ce canton), puis vers BAU S 272 P (canton libre lui aussi), et alimenter, après avoir utilisé un contact à fermeture du P 2 A 27, les deux leds RLT. Côté voie, le signal C 26 P peut afficher RLT (ce que je viens de décrire), mais aussi A : quand le canton 28 bis, ou le canton 28 est occupé suivant la position de l'aiguillage 27. Il faudra donc ajouter, si l'on reprend le schéma général au début de ce sujet, au niveau de R 262 P (le pré-ralentissement), un contact ouvert quand P 2 A 27 sera dévié, avec les contacts 9 - 8 des BAU 281 et 281 bis. Passons au sémaphore clignoté. C'est un type d'exploitation qui concerne principalement le réseau "banlieue" Ile de France. En modélisme, c'est réalisable. Ca va consister à faire entrer le train suiveur sur le même canton que le train précédent ; et ce sont les feux de fin de convoi de ce train qui serviront de "carré" au train suiveur. Plusieurs contraintes supplémentaires sont à venir. Il va falloir diviser le canton en ZR 1, Zat 1 ; ZR 2 et Zat 2. La banalisation n'est plus indispensable, et la longueur de vos rames "banlieue" devra obligatoirement être inférieure à la moitié de celle du canton. Puis compter en demi-cantons : 1 pour le S clignoté, 2 pour le A et 4 pour VL. Pour peu qu'un RLT / RRLT vienne "s'inviter" ; je vous laisse imaginer toutes les possibilités de ralentissement à installer sur chaque demi-canton. Entre le 15, 30, 60 et la vitesse normale. Côte matériel roulant ; rouler à 15 km/h va nécessiter une qualité de roulement proche de la perfection qui peut rester possible en palier. Mais pour les circulations en rampe ? Je vous laisse le soin de jugez vous-même. Au final, un grand chambardement pour obtenir un résultat qui sera somme toute, et selon mon humble avis, satisfaisant sans plus. Et pour finir avec les signaux, voyons le carré violet. C'est réservé aux voies de service : violet, il est "fermé". Blanc, il autorise une manœuvre. Parfois, il est au "blanc clignoté" ; c'est quand la bretelle de sortie des voies de service est aiguillée vers le tiroir de manœuvres. Il peut fonctionner en bloc, ou ne dépendre que de la position des aiguillages. La prochaine fois, je vous propose de dire "adieu" à : P 2 A 27 ! et voir ce qui se passe, pour circuler au travers des appareils de voie, quand on entre ou sort d'une gare. Bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Mar 12 Sep 2017, 10:51 
Bien le bonjour. Maintenant, c'est au tour des appareils de voie (aig, TJS, etc.). Et comme pour le bloc, quelques "principes" de repérage ; où il faudra commencer par "relayer" les deux positions de chaque appareil de voie. Ainsi pour un aiguillage, ça pourra être : P (position) 2 (déviée) D (module du réseau) 3 (3ème aiguille de ce module). C'est "perso", et libre à chacun d'en faire l'usage qui lui convient. Et pour les aiguillages qui doivent fonctionner simultanément ; je vais prendre le cas d'une bretelle avec deux aiguilles en position déviée, je vous propose un petit montage que certains d'entre vous doivent connaître. A partir d'un + S, on alimente le 1 du 1er aiguillage, on relie ensuite les communs (0), et on alimente la bobine du relais 1 à partir du 1 du 2ème aiguillage. Et pour la position déviée, le + S arrive en 2 du 2ème aiguillage, et on alimente la bobine du relais 2 à partir du 2 du 1er aiguillage. Avec ce montage vous êtes sûr que vos deux aiguilles sont bien positionnées. Et pour le repérage : le 1, c'est quand un train ne circule que sur un des deux aiguillages ; et le 2, c'est quand le train emprunte la bretelle. Après avoir relié, à partir d'un + S, les contacts de chaque aiguillage concerné ; vous allez alimenter la bobine d'un "relais d'aiguilles". Il y aura autant de relais d'aiguilles, qu'il y aura de possibilités d'entrées et d' accès aux voies de votre gare. C'est la 1ère étape (les relais d'aiguilles) ; et je vous propose une gare à double voies avec accès à la voie "E" qui dépend du faisceau "pair" de cette gare. Il va y avoir le relais V1 - VE, et le relais V2 - VE (penser à les appeler VE - V1 et VE - V2 pour l'autre côté de votre gare). Comme le bloc que je propose est banalisé, il va y avoir des CNO : circulation normale ; et des CCS : circulation de contre-sens. Il faut donc réserver sur chaque relais d'aiguilles, deux inverseurs pour les relais d'itinéraires, et ça va être la 2ème étape. Pour accéder à la voie "E" depuis la voie 1, il faut à partir du 10 de l' IC "direct" voie "E" (CCS sur voie E), récupérer un contact du relais V1 - VE et alimenter le bobine du relais d'itinéraire "En V1 - VE". Et pour sortir de la voie "E" vers la voie 1, c'est à partir du 10 de l' IC "direct" voie 1 (CCS sur voie 1), récupérer le 2ème contact du relais V1 - VE et alimenter le relais d'itinéraire "So VE - V1". Et pour la voie 2, cela devient : toujours en CCS sur voie "E", c'est encore le 10 de voie "E", un contact du relais d'aiguilles V2 - VE, et le relais "En V2 -VE". Pour la sortie, ce sera le 8 de l' IC V2 (CNO sur voie 2) qui récupèrera le 2ème contact du relais V2 - VE et alimentera le relais d'itinéraire "So VE - V2". La même borne des IC peut être sollicitée, je conseille donc, bien qu'elles ne soient pas indispensables, d'installer autant de diodes qu'il y a de départs ou d' arrivées sur les bornes des IC ou les bobines des relais d'itinéraires. Pour la prochaine fois, je vous décrirai la dernière étape : "BAL", relais d'itinéraire, et "BAU" ; sans oublier la "zone commutable". En attendant, bonne "digestion", et bon courage à tous.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Mar 03 Oct 2017, 09:56 
Bien le bonjour, Je vais commencer par une petite précision concernant l'appellation des relais d'itinéraires. Sauf à avoir plusieurs gares, chaque relais doit avoir sa propre dénomination, et il ne doit y en avoir qu'un seul par gare. Je vous propose une circulation Voie 1 qui va desservir la Voie E, et retrouver la Voie 1 en sortie de gare. Bien que cette Voie E soit parcourue en CCS (elle fait partie du faisceau pair), le relais d'itinéraire s'appellera : En CNO V1 -VE ; et pour sortir, ce sera : So CNO VE - V1. C'est une appellation un peu "lourde" j'en conviens, mais si l'on se dit ; le train : En, circule en : CNO, de : V1, vers : VE ; ça me paraît un peu plus "digeste", et ça évite le risque d'erreurs. Je reviens maintenant, c'est l'étape 3, du côté de la gare décrit avec le "trio" : V1, V2, et VE ; pour les raccordements des 4 possibilités offertes. Pour la voie 1, c'est à partir du 10 de l'IC aval BAL (cette fois) de la voie "E" qu'il faut récupérer un contact à fermeture de : En CNO V1-VE, pour alimenter les bobines BAU xxx I Voie et Signal de la voie 1. Pour sortir, c'est le 10 de l' IC aval BAL voie 1 qui récupère un contact de : So CCS VE - V1 pour les BAU xxx P V et S de la voie "E" . Avec la voie 2, ça devient : encore le 10 de l' IC aval BAL voie "E", pour : En CCS V2 - VE et les BAU xxx I V et S de la voie 2. Enfin pour la sortie : c'est le 8 de l' IC aval BAL voie 2 pour : So CNO VE - V2, et encore les BAU xxx P V et S de la voie "E". Comme vous avez pu le constater, il peut y avoir plusieurs départs ou arrivées au niveau des IC et BAU. Je conseille donc d'installer une diode par départ ou arrivée, elle n'est pas indispensable mais ça évite des retours "parasites". Ne pas oublier au passage "l'appétit" du relais P 2 A 27 (jusqu'à 7 à 8 contacts dans certaines descriptions "signal" précédentes). Pour ce faire, retour à l'étape 1. C'est très souvent, dans les itinéraires de gares, l'aiguillage de "tête" qui demande : RRLT ; il va donc falloir doubler, parfois tripler le relais de position de cet aiguillage, et à défaut, vous pouvez utiliser les contacts en réserve du relais d'itinéraire (avec réserves). Bien sûr, il reste à faire la même chose pour chaque voie desservie ; et bien entraînés, l'autre côté de la gare vous attend ! Je vais maintenant décrire la Zone Commutable (ZC). La ZC, c'est un ensemble d'appareils de voie situés à l' intérieur de "doubles coupures" (DC). On y entre par une DC, et on en sort par une 2ème DC ; et ce quel que soit l'itinéraire emprunté. Je conseille donc de commencer par dessiner votre entrée de gare au "rail par rail" sans s'occuper des sens de circulations. Tous les rails gauche à gauche, et les droits à droite. Puis un bref retour à l'étape 1 ; dans la chaîne "série" pour les relais d'aiguilles, il y a obligatoirement un aiguillage qui permet d'aller sur le faisceau "pair" à partir du faisceau "impair", et un autre aiguillage qui permet l'inverse. C'est donc, à partir des relais de position de ces deux aiguillages que l'on va alimenter la "ZC". Soit les inverseurs 15, 14, 16 (gauche), et 9, 8, 10 (droit) des relais de ces deux aiguillages. Pour alimenter la "ZC", c'est entre deux "pointes" d'aiguillages ou dans les courbes extérieures d'une "TJD" qu'il faudra raccorder les 15 et 9 du 1er relais ; les 16 et 10 seront connectés à la 1ère possibilité d'alimentation ; les 14 et 8 seront connectés aux 15 et 9 du 2ème relais ; les 16 et 10 à la 2ème possibilité d'alimentation ; et les 14 et 8 restent en attente pour une éventuelle 3ème possibilité d'alimentation. Pour les possibilités d'alimentation, c'est en général les fils du coupon de rail adjacent à la "ZC" (à bien vérifier avant la mise sous tension). Seul bémol à cette installation : pour les "sorties" : RAS ; mais pour les entrées, le signal d'entrée de la gare ne se fermera (extension de la zone d'arrêt) lorsque le 1er essieu du train sera sur la voie "E". Autrement dit, une bonne moitié du train aura franchi un signal resté "ouvert". Mais le signal "amont" est encore "fermé" ; il n'y a donc aucun risque pour la fin du train. La prochaine fois, je m' attarderai sur les relais "IC", et le tableau de contrôle optique (TCO). En attendant, bon courage à tous, et à bientôt.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Lun 16 Oct 2017, 10:23 
Bien le bonjour. Maintenant que les BAU par BAL n'ont plus de secret pour vous, il reste à voir les BAU par "aiguillage(s)". Si je dois garer un train sur voie "E" pour laisser passer d'autres circulations ; bien que les BAL V1 et V2 les détectent, aucun itinéraire de sortie voie "E" n'est prêt, les BAU xxx P V et S de cette voie ne sont pas alimentés, et ce train peut rouler. Il faut donc, à partir d'un +S : alimenter un contact à ouverture de : So CNO VE - V2, puis en série, un autre contact à ouverture de : So CCS VE - V1, et souder une 3ème diode pour alimenter les BAU xxx P V et S de cette voie. C'est à recommencer pour toutes les sorties de gares et évitements / garages du réseau. Pour les entrées (gares, évitements ...) ; c'est le même principe, il faut mettre en série tous les itinéraires possibles à partir de chaque entrée. Sur le réseau, il y a aussi parfois un ou deux aiguillages en pleine "campagne". Dans ce cas, il y a 3 BAU concernés (deux talons et un en pointe) pairs et impair, ou l'inverse. Dans ce cas, pour les BAU "talon" ; à partir d'un +S, il faut alimenter un contact à ouverture d'un relais de position de cet aiguillage, et souder une diode pour alimenter les BAU V et S de ce "talon", et recommencer pour le 2ème "talon". Pour le BAU de "pointe", il faut tenir compte des polarités "rail" des cantons "aval". A partir du 10 de IC "direct", souder une diode, puis récupérer un contact à fermeture du relais de position, et encore une diode pour alimenter les BAU V et S "pointe". Et comme la voie permet de circuler c'est donc à partir du 8 de IC "aval BAL" de ce même canton qu'il faut souder une diode à raccorder avec l'autre diode en amont du contact à fermeture de la position d'aiguillage. Bien faire attention au "tandem" 8 - 10 ou 10 - 8 des IC. Puis recommencer pour la 2ème possibilité "aval". Quand il y a 2 aiguillages, il faut suivre la même méthode (3 talons et 1 pointe) ; mais quand 2 aiguillages sont "pointe à pointe" (4 talons), il va y avoir une ZC (4 doubles coupures). Je soude donc un fil sur chaque rail entre les 2 aiguillages et, comme la ZC n'a plus de secret pour vous, je vous laisse "phosphorer" sur cette situation. Dès qu'il y a 3 aiguillages et plus, appliquer le système : relais d'aiguilles et itinéraires. Je passe donc au fonctionnement des relais "IC". Ce bloc banalisé permet plusieurs types d'exploitation. 1/ tous les relais IC sont au repos : c'est un réseau SNCF. 2/ tous les relais IC sont alimentés : c'est la version "Alsace -Lorraine" de la SNCF. 3/ les relais IC, alimentés sur une voie et au repos sur l'autre : les trains rapides doublent les trains lents. Et 4/ la "version croisée" qui consiste à envoyer une circulation en CCS d'un côté de la gare et la retrouver en CNO, (ou l'inverse) de l'autre côté de la gare, après un tour de réseau. Il va falloir à minima équiper le réseau d'un évitement 3 voies (voir Blaisy-bas - Dijon en réalité). En modélisme, les débits de circulations sont très supérieurs à la réalité, et il sera préférable de réaliser une gare intermédiaire avec 3 ou 4 voies d'évitements. Je vous expliquerai la prochaine fois un principe d'exploitation. En attendant, bon courage à tous et à bientôt.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Re: Bloc automatique Français en analogique

Publié: Mar 07 Nov 2017, 16:41 
Bien le bonjour, je vais vous décrire la "version croisée" pour le fonctionnement des IC. Le "centre nerveux", ça va être la gare intermédiaire. Je commence par le repérage en ne touchant pas aux voies 1 et 2. Pour les évitements, ces voies seront toutes paires ou impaires, et les appeler : Z, Y, X ... en évitant S (signal) et V (voie). Pour l'automatisme, c'est la même recette que pour la gare principale : relais d'aiguilles, puis relais d'itinéraires. Ainsi pour la voie Z vous allez avoir : En CCS V1 - VZ ; En CNO V2 - VZ ; So CNO VZ - V1 ; So CCS VZ - V2 pour ce côté ci de la gare intermédiaire ; et 4 autres possibilités, à partir de cette voie Z, pour l'autre côté de cette gare ; ne pas oublier de recommencer pour les autres voies d'évitements. Pour la commande des relais "IC", rester en commande manuelle pour chaque voie desservie, évitement, garage, tant en gare principale que sur le reste du réseau ; ça permet d'être certain de préparer un itinéraire et d'avoir un évitement disponible pour "garer". Et pour les "IC" situés entre les deux gares qui devront être commandés simultanément, il faut : à partir de chaque BAL, souder une diode à la sortie du contact "travail", ou sur le 9 de l'IC aval BAL ; puis réunir tous les "aval" diodes de cette portion de réseau à la bobine d'un relais CR 1, puis 11, éventuellement 111 pour les autres portions sur voie 1 ; et 2, 22 ... pour voie 2. Et pour le basculement de source sur ces portions de réseau, il faut : à partir d'un +S, alimenter un poussoir ; à sa sortie, alimenter un interrupteur à clé "en" et "hors" ; à chaque sortie, récupérer un contact "repos" du relais CR concerné pour alimenter les deux bobines d'un relais "bi-stable" que j'appellerai : CCS 1, CCS 11 ... en voie 1. Et pour ce bi-stable, la bobine "en service" correspond aux contacts : 12, 13 ; 6, 7 ; 15, 16 ; et 9, 10 fermés, pas de changement avec les relais instantanés. Et à partir d'un +S (en 12 ou 6...), sortir en 13 pour alimenter toutes les bobines des "IC" de cette portion de réseau ; et ce n'est qu'avec l'inter en position "en" et une impulsion sur le poussoir que les relais "IC" seront bien alimentés, et les polarités de voie sur cette portion de réseau inversées. Côté signaux, la bonne logique voudrait que cette gare obéisse au "tandem" RLT / RRLT. Mais parcourir tout la canton d'accès au RLT va encore ralentir le débit des circulations. Exceptionnellement, on peut "s'offrir" des jaunes avec ID et TIV. Nooon ! pas le pastis, mais un Avertissement avec Indicateur de Direction et Tableau Indicateur de Vitesse. Il suffira de remplacer les résistances : xx2 P ou I (pré-ralentissement) sur les cantons concernés par des :6,8 ou 8,2 ohms au lieu de 4,7 ; ça vous fera des entrées "plus pépère" sur ces évitements. Equipés comme cela, vous ne devriez pas avoir trop de problèmes pour des circulation banalisées. Bon courage à tous, la prochaine fois je devrais pouvoir vous décrire le T.C.O. (Tableau de contrôle Optique). A bientôt.
Patry
Bavard
 
Messages: 67
Inscrit le: Lun 18 Mai 2015, 10:11
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Daniel

Précédent

Retour vers Electricité, électronique, alimentation

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 16 invité(s)