patine d'une loco vapeur

Peindre, patiner, décorer... Vos idées, vos trucs et astuces, vos conseils.

Modérateur : MOD

Compte sup suite demande

Message par Compte sup suite demande » ven. 28 oct. 2005, 18:30

merci

8)

Avatar du membre
Tyrphon
Exubérant
Messages : 2877
Enregistré le : jeu. 18 août 2005, 19:10
Site Internet : http://photos.tyrphon-trains.fr/.
Localisation : Rueil-Malmaison
Âge : 75

Message par Tyrphon » dim. 30 oct. 2005, 01:01

A propos des caisses latérales de la Stainz 2. A l'origine, elle avait de toutes petites caisses (a eau, je pense, vu le couvercle ovale au dessus de chaque caisse), comme ses 3 soeurs des STmLB.

Cette version d'origine est reproduite par Fleischmann, sous l'immatriculation K3, qui représente la numéro 1 après sa vente à "Forstindustrie(?) Lemberg".

La Stainz 2 a été transformée en 1969 (application de la surchauffe et conduite à un seul agent) lorsqu'elle a été mutée de la ligne de Stainz au Murtalbahn pour assurer des trains touristiques. Elle a également reçu à cette occasion ses caisses plus grandes, dont la plus haute (à gauche), sert manifestement à stocker du charbon (couvercle rectangulaire).

Celà a dû être fait pour augmenter son autonomie, car les parcours sont plus longs et plus difficiles sur le Murtalbahn que sur la lighe de Stainz.

Source : Schmalspurig durch österreich, Slezak 1975
Jean-Pierre Dumont

Compte sup suite demande

Message par Compte sup suite demande » dim. 30 oct. 2005, 10:45

un truc me chiffonne, comment le chauffeur fait pour pelleter le charbon et le jetter dans le foyer ??
il sort par la fenêtre ?

il y a un système qui déverse le coke dans la cabine non ?

j'ai jamais visité l'intérieur d'une cabine de ce genre en vrai, j'ai encore tellement de choses à découvrir, je suis encore un nourrisson.

arti, petit nourrisson de 90 kg, élevé au banania.

Avatar du membre
Pélican.be
Ventilateur ferroviaire
Messages : 7320
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 07:46
Site Internet : http://www.passion-metrique.net/
Localisation : Belgique- Thiméon
Âge : 62

Message par Pélican.be » dim. 30 oct. 2005, 11:15

il faut faire un accompagnement en cabine, dans ce genre de machine pour voir la pénibilité du travail!! c'est tout petit à l'intérieur et sur le petit train de la Scarpe, Joel a confectioné un manche raccourci pour pouvoir pelleter à l'aise !
Pélican
Pelicsburg Streetcar

Avatar du membre
Dakota 94
Démonstratif
Messages : 1521
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 16:23
Echelle pratiquée : HO / IIm
Localisation : Jouet sur l' Aubois (18320)
Âge : 67

Message par Dakota 94 » dim. 30 oct. 2005, 11:19

Pour répondre à Hervé, il y a effectivement une trappe où le charbon se déverse à l'intérieur de l'abri. Bonne idée que d'aller faire un tour sur des chemins de fer touristiques pour voir en "vrai" les conditions de travail de l'équipe de conduite.
A plus.

Pascal.

Avatar du membre
Tyrphon
Exubérant
Messages : 2877
Enregistré le : jeu. 18 août 2005, 19:10
Site Internet : http://photos.tyrphon-trains.fr/.
Localisation : Rueil-Malmaison
Âge : 75

Message par Tyrphon » dim. 30 oct. 2005, 11:24

Sauf erreur, dans la Stainz première version, et dans les petites locos style Decauville, il n'y a pas de trémie à charbon, et le combustible est stocké sur le plancher de la cabine. me trompe-je?
Jean-Pierre Dumont

Avatar du membre
Scootcouf
Compteur de traverses
Messages : 1639
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 13:44
Site Internet : http://scootcouf.free.fr
Localisation : paris

Message par Scootcouf » dim. 30 oct. 2005, 11:29

non, tu as raison.
[url]http://scootcouf.free.fr[/url]
[img]http://scootcouf.free.fr/index/avatar.jpg[/img]

Avatar du membre
232 u 1
Loquace
Messages : 1120
Enregistré le : lun. 15 août 2005, 10:58
Localisation : Valenciennes

Message par 232 u 1 » dim. 30 oct. 2005, 11:36

PARC VAPEUR

020T-03 030T-06 020T-12 020T-13 020T-15 020T-18 030T-19

Une locomotive 020T-03 020T Decauville Type "Progrès N°1027 de 1926 Chaudière n°5346 de 1914 (ex châssis 876). Avant 1943, cette machine appartenait aux Etablissements Basseux à Armentières, puis elle est acquise par la Société des schistes et grès d'Eperin à Béthune. Elle est acquise par les usines Céramiques de Beugin-la-Comté à La Comté par Houdain en 1950.

Achetée par un particulier, elle est arrivée au CFC le 14/09/1985 et remis en état par l'équipe en 1986. Exploitation de 1985 à 1991.

Epreuves décennales, les 03/02/1943, 19/09/1950, 21/10/1986.

poids à vide 5 tonnes timbre 12 bars
poids en charge 6,750 tonnes surface de chauffe 12,00 m2
longueur hors tout 3,640 mètres volume de vapeur 200 litres
largeur hors tout 1,550 mètre soute à eau 1000 litres
hauteur 2,600 mètres soute à charbon 300 kilos
empattement 1,100 m effort au crochet 1036 kilos
distribution Walschaert

La 020T-03 en manœuvre sur la voie 1 du dépôt.

La 020T-03 quitte la station Ferme d'Enfants pour attaquer la rampe d'accès à la passerelle.

La 020T-03 juste après sa restauration au CFC.

Caractéristiques d’après le catalogue Decauville



Une locomotive 030T Decauville (030T-06) de 1920 n° 1770. Numéro de chaudière 5750, éprouvée à l'usine de Corbeille 28 Avril 1920 et livrée le 1er Juillet de la même année à Morillon et Corvol.

Elle est rachetée ensuite par les Ciments d'Origny Sainte Benoîte avec les mêmes numéros. Achetée par un particulier en 1970, elle a circulé sur différents réseaux touristiques en région parisienne (St Eutrope, CIP, MTVS).

Cette locomotive est arrivée en 1987 sur le Chemin de Fer des Chanteraines qui après une grande révision et l'épreuve décennale, l'a remis en service. Elle a circulé jusqu'à l'automne 1998, date à laquelle le renouvellement de la chaudière a été demandé par l'APAVE. Propriété de l'association du CFC, elle est actuellement en cours d'inscription à l'inventaire des Monuments Historiques et sera prochainement remise en service.

poids à vide 8,000 t timbre 12 bars
poids en charge 10,500 t surface de chauffe 17,35 m2
longueur hors tout 4,612 m volume de vapeur 200 l
largeur hors tout 1,620 m soute à eau 1150 l
hauteur 2,600 m soute à charbon 0,6 t
empattement 1,600 m effort au crochet 1752 Kgs
distribution Walschaert




Photographiée dans le dépôt après sa grande révision et épreuve décennale en 1988

En manoeuvre sur le grill avant la prise de service. Sur la voie 9 pour l'allumage.

Toujours dans le dépôt Prête pour la mise en tête

.

Une locomotive 020T-12 "Bertha", 020T Orenstein & Koppel de 1905 N° 1627.
Construite à Berlin en 1905, elle a été livrée à Liebold & Co, Langbrück le 26 juillet 1905.
Dernières affectations : Etablissement LECAT à Péronne (Somme), puis Chemin de Fer d'Intérêt Privé à Dannemois Seine et Marne.
Arrivée au CFC le 23/05/1992. la chaudière a été changée avant la remise en service

poids à vide 6,5 t timbre 12 bars
poids en charge 7,5 t surface de chauffe 14,46 m2
longueur hors tout 4,25 m production de vapeur 0,36 t/h
largeur hors tout 1,6 m soute à eau 550 litres
hauteur 2,7 m soute à charbon 0,39 t
empattement 1,10m effort au crochet 1065 Kgs
distribution O&K


Au pont d'Epinay, les premières chauffes. Au dépôt, dans sa livrée verte

La Bertha 020T-12 en cours d'allumage La Bertha prête au service.



Une locomotive 020T-13 Tabamar, 020T Decauville, construction sous-traitée à Borsig de 1911 N° 8069. Cette machine a participé à la guerre de 1914-18. On la retrouve dans une carrière dans le Vaucluse, puis aux Etablissements Ruvenshort et Humbert à Villeneuve-la-Guyarde. Puis Musée des Transports de Valmondois. Arrivée au CFC le 11/04/1994.


poids à vide timbre 15 bars
poids en charge surface de chauffe
longueur hors tout volume de vapeur
largeur hors tout soute à eau
hauteur soute à charbon
empattement effort au crochet
distribution

Remise en tète au Pont d'Epinay,début 2001 La Tabamar 020T-13

La Tabamar 020T-13 au cours d'essais au Pont d'Epinay, en tête du train de service et en tête d'un train début 2001



Une locomotive 020T-15 "Trixie" une 020-T une saddle tank construite par Alan Keef en 1973/74, affectée au Bala Lake au Pays de Galles, elle retourna chez son constructeur qui la céda au Chemin de fer de Meirion Mill où le succès ne fût pas au rendez-vous. En 1976/77, elle passa en Belgique sur le Rebecq-Rognon où là encore elle ne roula pas comme ses constructeurs l'avaient espéré, à cause de conformité avec l'administration et fut remisée à Noisy-sur-Ecole. Son nom d'origine était TRIXIE, mais elle pris celui de Paula sur le R-R. Ses plaques ont été volées, elles portaient les noms de ses constructeurs.

poids à vide timbre
poids en charge surface de chauffe
longueur hors tout volume de vapeur
largeur hors tout soute à eau
hauteur soute à charbon
empattement effort au crochet
distribution

Trixie sur la voie 1 du dépôt. Vue 3/4 arrière.



Une locomotive 020T-18 "La Bouillote" 020T Decauville N° 869 type "Progrès" nouveau modèle a été construite en 1914 à Corbeil et livrée le 09/02/1914 à la Société Anonyme des Hauts Fourneaux Forges et Aciéries Denain et Anzin (Nord). Son écartement était alors de 765 mm, comme pour les 870 et 871 qui avaient les mêmes spécifications. La chaudière porte le n°5325 a été éprouvée la première fois 15/04/1913. La médaille, en cuivre frappé, est encore sur la chaudière. Ensuite, on la retrouve entre 1930 et 1970 dans l'entreprise de travaux publics Blanchard à Agen où elle participa à la construction de l'aérodrome de Limoges. Vendue en adjudication en 1971, elle quitte le Lot-et-Garonne pour le parc de Risle Vallée dans l'Eure. Acquise par un particulier en 82, elle arrive au CFC en Mars 2001, où elle retrouve son timbre d'origine, après deux ans de restauration.

poids à vide 5 tonnes timbre 12 bars
poids en charge 6,750 tonnes surface de chauffe 12,00 m2
longueur hors tout 3,640 mètres volume de vapeur 200 litres
largeur hors tout 1,550 mètre soute à eau 1000 litres
hauteur 2,600 mètres soute à charbon 300 kilos
empattement 1,100 m effort au crochet 1036 kgs
distribution Walschaert

Caractéristiques d’après le catalogue Decauville


La Bouillote après son arrivée sur le CFC. Sur la fosse dans le dépôt, vue trois-quart avant. Vue trois-quart arrière.


Vue sur le grill. Aux Journées Portes-Ouvertes 2001. (Photos FB et MD) Après sa restauration en 2003.



Une locomotive 030T-19 Orenstein & Koppel de 1914, numéro de constructeur 7429.
De type Cn2T, donné pour une puissance de 50 chevaux, faisait partie d'une commande de la forteresse de Grodno portant sur dix locomotives à l'écartement de 750mm.
Construites à l'usine de Nowawes (environs de Berlin), les locomotives portant les numéros 7423 à 7432 ne purent être livrée à leur commanditaire initial du fait du déclenchement des hostilités en 1914. Elles furent modifiées conformément aux besoins de l'Inspection des Troupes de transport ("Inspektion der Verkehrstruppen") de Kruschwitz pour la desserte de la sucrerie locale, mises à l'écartement de 716 mm et équipées de tampons doubles. La livraison des locomotives eut lieu en décembre 1914, probablement par expédition directe à Kruschwitz
A la fin de la guerre, elles furent récupérées par les PKP. L'unification du matériel les fit transformer à nouveau pour les mettre à l'écartement de 600 mm.
A l'invasion de la Pologne en 1939, ce qui restait de la série fut vraisemblablement pris par l'Organisation Todt et la 7429 fut employée à la construction de la ligne Siegfried, puis amenée en France dans la suite de la guerre. Il est permis de penser qu'elle a été alors à nouveau employée par la même organisation dans des travaux de fortifications peut-être en Normandie.
Il semble bien qu'elle ait ensuite été utilisée par l'entreprise A. Gouery, Carrières de Breuilpont (Eure et Loir) où elle a côtoyé entre autres machines, une 020 du même constructeur : la 5729.
Elle est à nouveau identifiée de façon sûre (... mais avec le numéro 5729 !) aux Sablières de Nemours, cette société ayant racheté l'ensemble du matériel de Gouéry en septembre 1950.
Rachetée à Nemours par monsieur Parent en 1972, elle est exploitée au Parc de Bagatelle à Merlimont dans le Pas de Calais où son faisceau tubulaire a été renouvelé par la Société Industrielle de Constructions et Réparations en décembre 1972. Elle y est en service de début 1973 (épreuve décennale, le 21/02/1973) jusque vraisemblablement fin 1982 (dernier contrôle APAVE en septembre 1981). Elle a été cédée en décembre 89 à un particulier et est arrivée au CFC en Mars 2001.

Elle a reçu, à une date indéterminée (probablement pendant son séjour au Sablières de Nemours), la chaudière n°5729 provenant d'une 020 O&K construite à l'usine de Drewitz (environs de Berlin) en 1913 et livrée à Jacob Gorges, Weimar.
Cette dernière machine a été en service dans les Carrières de Breuilpont (Eure et Loir), chez A. Gouery, puis affectée aux Sablières de Nemours en septembre 1950.

La machine immatriculée 030 T 19 au CFC a deux numéros: sur son livret figure le numéro 5729 qui est celui de sa chaudière, alors que les pièces mécaniques portent le numéro 7429. Des recherches sont en cours pour retrouver les caractéristiques de la chaudière d'origine en vue de sa reconstruction. Les informations fournies par le Verkehrsmuseum de Dresde, qui conserve d'importantes archives de la société O&K, font apparaître que cette chaudière d'origine avait à très peu de choses près les caractéristiques de la chaudière actuelle, ce qui aurait largement facilité le remplacement.

Les machines O & K était construites par assemblage d'éléments standards (types de cylindres, de chaudières), en fonction des besoins du client : puissance, écartement etc. Il existe donc de nombreux modèles différents.

Des locomotives du même constructeur et de type similaire ont assuré la traction de trains de marchandises et de voyageurs sur des réseaux français en voie de 600 mm notamment en Bretagne
La 030T 7429 est vraisemblablement le seul exemplaire de ce type subsistant en France.

poids à vide 7,5 tonnes timbre 12 bars
poids en charge 10 tonnes surface de chauffe 14,11 m2
longueur hors tout 4510 mm volume de vapeur
largeur hors tout 1620 mm soute à eau 1020 l
hauteur soute à charbon 460 Kg
empattement 1400 mm effort au crochet 1780 Kgs
distribution Walschaert rayon minimum 30 m

La 030T-19, prise sur le grill, et en manoeuvre (Photos MAD)


Caracteristiques données par le C F des Chantraines.
232

Compte sup suite demande

Message par Compte sup suite demande » dim. 30 oct. 2005, 12:06

voilà ce que j'appelle une réponse exhaustive :shock:

un pro !

Compte supprimé à la demande de l'utilisateur

Message par Compte supprimé à la demande de l'utilisateur » dim. 30 oct. 2005, 12:08

OUHHHH kilèlé son avatar !!!!!!!!!!!! :shock:

La Mouette !!

Avatar du membre
Prof
MIMO pur jus
Messages : 26357
Enregistré le : ven. 12 août 2005, 22:23
Echelle pratiquée : H0
Site Internet : http://rail.castrais.free.fr
Localisation : 81-Castres
Âge : 76

Message par Prof » dim. 30 oct. 2005, 14:00

Tcherno, surveille ton orthographe : c'est "kilélè", pas "kilèlé".
Mais pour le fond, rien à dire, ilélè, lavataràlarti.
Mais de mais, pour ce qui concerne le patinage, c'est beau comme l'antique ! Bravo l'Harti-ste !
Je suis toujours mimo d'Oc

Compte sup suite demande

Message par Compte sup suite demande » dim. 30 oct. 2005, 16:52

Merci prof, je sais depuis long que tu comptes parmi mes admirateurs et qui sait peut être, mes futurs clients 8)

mon avatar, y vous dit bien des choses, ça fait beauf à mort mais j'm'en fiche, c'est fait exprès rien que pour vous narguer...

Tiens, mon meilleur admirateur, trice, mon épouse m'a gentillement ( y a intérêt ) fait remarquer que je devrais aussi patiner l'intérieur de la cabine qui lui semble trop vert à son goût, et elle a parfaitement raison ! Que ferions nous sans les femmes... la java tout l'temps... je vais donc me remettre à l'ouvrage avec un peu d'huile avant le voile final de vernis mat...

Arti, encore vert lui aussi...

Avatar du membre
Tyrphon
Exubérant
Messages : 2877
Enregistré le : jeu. 18 août 2005, 19:10
Site Internet : http://photos.tyrphon-trains.fr/.
Localisation : Rueil-Malmaison
Âge : 75

Message par Tyrphon » dim. 30 oct. 2005, 22:36

C'est vrai, la couleur intérieure de la cabine! J'ai pas sopuvent fait attention. Vous avez des exemples?
Jean-Pierre Dumont

Avatar du membre
Pélican.be
Ventilateur ferroviaire
Messages : 7320
Enregistré le : sam. 13 août 2005, 07:46
Site Internet : http://www.passion-metrique.net/
Localisation : Belgique- Thiméon
Âge : 62

Message par Pélican.be » dim. 30 oct. 2005, 23:32

couleur intérieure de la cabine souvent idem l'extérieur, mais sale ... poussière de charbon !
Pélican
Pelicsburg Streetcar

130 T
Causant
Messages : 257
Enregistré le : mar. 23 août 2005, 08:28
Localisation : Le Crotoy

Message par 130 T » lun. 31 oct. 2005, 08:22

Bonjour tout le monde !

Il me semble que sur la Stainz , la K3 (et la Neumeyer de l' APPEVA ) , la soute à eau est entre les longerons de chassis , sous la chaudière . Trés bien pour le centre de gravité , mais plutôt moyen pour l'autonomie .
Et il me semble que les DECAUVILLE possédaient aussi une 3' soute à eau
au centre du chassis .

PS : J'ai lu sur un autre fil qu'un FDEM projetait de transformer un quad en Draisine à voie métrique ...... Il est des sujets sur lesquels on ne plaisante pas Mossieur !!!

Bonne journée à tous , pleine de cambouis , de charbon , de colle , de flocage et de voies étoites !
130 T

Répondre